Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 novembre 2018

ERREURS DANS UN ARTICLE DE FRANCE BLEU.

27/11/2018. Annie Keszey, keszey.annie@neuf.fr, 44 ans d’Education nationale, à Monsieur Jean-Etienne Poirier, Responsable du site «France Bleu », LRAR, copie à Madame Jocelyne Jean, Rédactrice en chef.

Objet : https://www.francebleu.fr/infos/société/ vivre-dans-sa-voiture-le-quotidien-d-une-habitante-de-puteaux-1543257895

               Monsieur le Responsable,

Pendant 18 mois, par solidarité élémentaire, j’ai aidé  « l’habitante de Puteaux » Marie Vieira  et l’ai accompagnée dans de nombreuses démarches. Je connais son histoire.   

L’article cité en objet, de Florian Cazzola, trahit les obligations de la charte professionnelle des journalistes : « le journaliste publie une information de qualité qui ne peut se confondre avec la communication...Le sérieux de l’enquête et la vérification des sources sont primordiaux… Le journaliste fait en sorte de rectifier rapidement toute information qui se révèlerait inexacte…

Florian Cazzola ne connaît pas la différence entre les demandeurs ordinaires de HLM et ceux d’entre eux qui ont été déclarés prioritaires DALO. Marie Vieira est prioritaire DALO. Ce n’est pas le Maire de Puteaux qui ne fait rien pour elle puisque c’est le Préfet des Hauts-de-Seine qui doit lui attribuer un logement. Le nombre de logements et l’ordre des attributions de l’article sont faux. Marie Vieira, sur son dossier DALO, avait demandé plusieurs communes et ce fut une erreur dans la mesure où elle n’en souhaitait qu’une. Trois logements ont été proposés à Marie, dans l’ordre : Vaucresson, un second logement à Puteaux, un troisième à Villeneuve- la- Garenne. Elle a refusé Vaucresson, mais a eu au-delà de 48 h pour se décider puisqu’elle et moi avons eu le temps de le visiter ! Pour Villeneuve-la-Garenne, elle a bénéficié de beaucoup plus de 48 h. Florian Cazzola ignore aussi la rapidité avec laquelle il faut agir dès que l’on reçoit une proposition de logement DALO parce qu’un même logement est attribué à deux « prioritaires »   différents, en attente et en concurrence. J’ai aidé et aide plusieurs prioritaires DALO dans leurs galères et l’extrême rapidité de leur acceptation est impérative : dès le lendemain de la réception du courrier (un désistement est toujours possible après). Marie, après la réception de l’attribution d’un logement social à Puteaux, a décidé de le refuser : j’ai discuté avec elle pour lui signifier que son refus ne reposait pas sur des motifs impérieux reconnus par les bailleurs : seule, elle voulait deux pièces pour recevoir parfois sa fille résidant à l’étranger et ne voulait pas mettre son lit et sa table dans la même pièce. J’ai tenté de la faire changer d’avis, mais en vain.  Je me suis absentée deux mois et j’ai appris, à mon retour, qu’elle avait enfin accepté ce logement de Puteaux, mais avec retard, et il avait été attribué à un autre prioritaire.   Justifiez l’obligation de composer un dossier dans les 48 heures !

Malgré ces refus et cette hésitation dont elle est seule responsable, Marie est toujours reconnue « prioritaire » DALO !

Marie n’est plus tous les soirs devant la porte de la mairie et si elle dort dans sa voiture (ce que Florian Cazzola a dû vérifier !!!), c’est parce qu’elle dit refuser les propositions d’hébergements. Quand Marie a été expulsée, sa fille est revenue de l’étranger pour l’aider avec affection et efficacité. Elle est repartie après avoir constaté l’hébergement de Marie, sa mère, chez des amis bienveillants.  Marie a quitté cet hébergement, de son plein gré, et sans prévenir sa fille, pour venir s’installer devant la mairie. Qui le lui a conseillé ?

Une personne âgée, « dans un bel  appartement du 16ème », que Marie aide depuis de nombreuses années lui a aussi proposé de l’héberger. Marie ne le souhaite pas pour des raisons à respecter.

Cet article doit être rectifié. La source (ou les sources) d’information de Florian Cazzola  ne sont pas rationnelles et paraissent plutôt rejoindre un mouvement émotionnel, d’ailleurs de tout repos. Il est possible aussi, puisque nous sommes à Puteaux, que le malheur de Marie soit exploité, à leurs profits strictement personnels, par certains politiciens traditionnels qui veulent la place du maire actuel.

Je peux mettre à votre disposition l’histoire de Marie que je viens d’écrire, mais à titre strictement confidentiel, afin que vous puissiez mesurer l’égarement, certainement involontaire,  de votre journaliste.

Ne me demandez pas (comme d’autres journalistes) si je suis Pour ou Contre le Maire. Je suis pour la Vérité.

La vérité, c’est aussi l’intérêt de Marie, aucun responsable n’étant dupe.

Annie Keszey.

www.atelier-idees.org

 

 

 

22 novembre 2018

MARIE QUI CAMPAIT DEVANT LA MAIRIE DE PUTEAUX...

21/11/2018.

Mon nom, KESZEY, est aussi celui de mon mari et nul ne saurait le salir, sauf preuves publiques de faits illégaux dont j’aurais été involontairement responsable.

Dossier 1 « Marie Vieira qui campait à la mairie de Puteaux pour être relogée. » Dépôt de plaintes d’Annie Keszey, pour outrages publics et diffamation publique, sur Twitter #Puteaux, contre Adama TRAORE, Catherine POMMERE et Amadou Ndiaye*(*écriture sur Twitter.) 

Deux autres dossiers composent ces dépôts de plaintes.

Les photocopies de tous mes tweets depuis septembre 2018 et des tweets adverses seront jointes au dossier.

Sur #Puteaux, j’ai écrit le tweet suivant : « LaREM- Génération. Marie, prioritaire « DALO », qui campe devant la mairie de Puteaux, a refusé deux logements sociaux et a trop tardé pour accepter celui de Puteaux donné à un autre propriétaire »  Cette information reprenait, avec exactitude, l’obstacle majeur empêchant, depuis plusieurs mois, d’aboutir au relogement de Marie. Le tweet  avait pour but d’informer la presse, après l’article incomplet, sur Marie, dans le journal Le Parisien et, en particulier, les deux journalistes que je venais de rencontrer auprès de Marie. Le Parisien a publié ultérieurement un autre article rectificatif sur Marie. Marie, très dépressive, déformait la réalité de son dossier afin de n’engager que la responsabilité du Maire, Madame Ceccaldi-Raynaud (Je pense, depuis, à partir du témoignage de Marie, à vérifier, qu’elle aurait pu joindre « une opposition viscérale » au maire de Puteaux parce que, dit-elle, quelqu’un de secret le lui aurait conseillé). De plus, à ce moment, il fallait être sûr que « le camping » de Marie devant la mairie se faisait à l’endroit approprié. Cet endroit eut été approprié si Marie avait perdu sa priorité DALO, après ses refus, mais inapproprié si elle restait prioritaire DALO. Marie s’est renseignée auprès de l’OPH, à ma demande, le vendredi  9/11/2018. Le préfet n’avait pas annulé sa priorité « DALO ». Un miracle ? Il fallait donc qu’elle aille camper à la Préfecture plutôt qu’à la Mairie. J’ai proposé de l’y accompagner le mardi 13/11/2018. Il est important de savoir, en effet, que les maires de Puteaux, de Neuilly-sur-Seine et peut être de Courbevoie ne gèrent  pas  les attributions de logements aux prioritaires DALO.

J’aidais Marie, régulièrement, dans ses nombreuses démarches,  depuis 18 mois, et je pensais continuer. J’ai interrompu ce « travail » après avoir pris connaissance de tweets de deux personnes (que je n’ai jamais rencontrées), Catherine POMMERE et Amadou Ndiaye et  d’Adama TRAORE (rencontré une fois, lors d’une réunion de 2 h, avec témoins). Dénaturant un tweet public de  trois lignes sur un total de quelques quatre cents lignes (11 pages) de textes relatant des actions concrètes de soutien, non publiés à cet instant, ils s’attribuent une commisération offusquée et rugissent d’indignation contre moi. Or, leurs tweets fallacieux, fondés sur l’ignorance absolue de l’histoire de Marie et sur leur absence totale d’actes d’aides concrets envers elle, ne peuvent se comprendre que par leur préoccupation éternelle qui est de « casser » le maire de Puteaux, pour servir leurs seuls intérêts personnels, servir aussi les intérêts politiques de certains de leurs amis qui aimeraient « gagner » la mairie de Puteaux. Un soutien, de tout repos, à une « démunie » pourrait peut- être servir d’éventuelles carrières ?

Quels tweets ? « C’est gentil de claironner prouver) votre connaissance du dossier- ça va bien l’aider...c’est au nom de la vérité que vous la saquez ? » (Preuve ?)

Ndiaye amadou approuve le tweet précédent. D’après  Marie il lui aurait téléphoné, sans venir la voir et aurait décidé de récolter des signatures.

« Agissez discrètement alors- Parce que quand la personne aidée ne correspond pas à votre « éthique »,

(faux  en écriture, Catherine POMMERE ne connait strictement rien à mon éthique) la balancer sans vergogne ne va résoudre son problème...grave. (Preuve ?)

« Bonjour @catpom27, J’admire votre courage...Très bon week-end (. ?) Amitié  Adama TRAORE approuve Catherine POMMERE et continue :

« C’est encore plus honteux une telle explication (. ?)

Elle a 70a... (ans) : aucune explication ne tient la route ». Adama TRAORE, actif au sein du Comité secondaire de LaREM écrit  sans rien savoir. Ce n’est pas la première fois qu’il trahit la charte des valeurs du parti : respect d’autrui, vérité, fraternité concrète, transversalité politique droite/gauche*. Il veut me nuire parce que je suis à LaREM mais avec un refus éthique* d’appartenir au Comité de Puteaux. Ce refus ne concerne en rien les adhérents intègres et civiques de ce même comité.

« Par ailleurs, je remarque que vos abonnés, et vos « re-tweeters » sont essentiellement des #LR ou #UDI, adversaires virulents d’@enmarche et d’@Emmanuel Macron. Vous êtes-vous donné pour mission de les convertir ? » Catherine POMMERE devrait s’informer au-delà de l’espace restreint de Twitter. Mes relations politiques et/ou amicales sont transversales, extrêmes exclus. Le  seul justificatif de ce tweet est de me nuire, encore, par un mensonge et de délégitimer mon appartenance à LaREM. Ce ne sera pas aussi simple.

« C’est sûrement la chargée de communication de la mairie ». Le dossier  suivant sur Marie Vieira  prouve l’ineptie de cette information malfaisante d’Adama TRAORE. D’autres dossiers personnels annulent cette affirmation fondée sur du vide. La pièce 5 du 11/04/2018, dans les pages suivantes, suffit à contredire cette affirmation malhonnête ! Je communique librement avec la mairie, rationnellement, sans injure ni outrage et en langue correcte, jamais dans mon intérêt personnel, toujours pour soutenir autrui. La communication de la mairie est, d ‘autre part, une activité obligatoire envers les citoyens mais je n’y participe absolument pas : il m’arrive de la critiquer, démocratiquement, positivement ou négativement : il ne me viendrait jamais à l’idée de la blâmer en bloc, par détestation, comme le fait Adama TRAORE, peu apte lui-même à des communications fiables et qui devra prouver ses affirmations, en justice.

Un conditionnement du professeur d’histoire que je suis m’engage à conserver et classer tous les documents  concernant les personnes que j’aide depuis 10 ans, dont Marie. Ce ne sera donc pas inutile.

17 documents suivent. Sur mon blog, public, les documents existants ne seront pas apparents, réservés à mon avocat et au comité d’éthique de LaREM. Tous les documents apparaîtront  sur les envois par courriels, confidentiels* (Marie a livré sa vie, cependant, publiquement*).

Les documents personnels de Marie ne sont évidemment pas inclus.

Annie Keszey.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Logement, Puteaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marie vieira, sdf, puteaux, hlm | | |  Facebook