Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 juin 2009

NON au redoublement à l'école !

puteaux_retraite_non au redoublement.jpg

Pour la première fois, cette année, l’Education Nationale a instauré un soutien hebdomadaire régulier, pour des élèves en difficulté, en dehors des heures de classe.

Or, ce nouveau mode de fonctionnement risque de coexister avec  le redoublement de classe, au lieu de le remplacer.

La France est un des pays européens où le redoublement est le plus fréquent : 20% des élèves ont redoublé au moins une fois en école primaire et 38% des élèves sont en retard en fin de 3ème de collège.

Toutes les recherches disponibles, étrangères et françaises convergent vers la même conclusion : le redoublement n’est pas une seconde chance.


puteaux_que_vaut_enseignement_en_france.jpg1. Le redoublement n’améliore pas les résultats scolaires.

Les élèves qui ont redoublé ont, en moyenne, des résultats inférieurs à ceux qui n’ont pas redoublé, au cours de leur scolarité. En fin de 3ème, ils sont, pour 80% d’entre eux, majoritairement orientés vers des études courtes.

Le redoublement du cours préparatoire est particulièrement pénalisant.

 

2. Le redoublement démotive les élèves parce qu’il les stigmatise.

Les arguments courants utilisés pour justifier cette orientation inefficace ne résistent pas à l’analyse : le manque de maturité d’un élève, par exemple, qui lui impose  une année supplémentaire avec des enfants plus jeunes que lui ! Or, même à niveau de compétence égale, les élèves qui ont redoublé sont moins motivés et se sous-évaluent.

 

3. Le redoublement est inéquitable.

Les décisions de redoublements qui engagent l’avenir des jeunes pénalisent surtout les élèves d’origine modeste et compromettent leur cursus scolaire dans un système qui fonctionne « à la norme d’âge ».

NON, donc, AU REDOUBLEMENT !

Ce constat a été établi à partir de nombreuses enquêtes portant sur de grands nombres d’élèves, par 3 spécialistes de l’Education Nationale: Christian Forestier, Claude Thélot et Jean-Claude Emin.

Christian Forestier, IGEN, recteur, directeur de cabinet, a présidé le Haut Conseil de l’Evaluation et de la Prospective de 2003 à 2005.

Claude Thélot, Conseiller maître à la Cour des Comptes a présidé ce même conseil de 2000 à 2003 et la Commission du débat national sur l’avenir de l’école de 2003 à 2004.

Jean- Claude Emin est sous- directeur à la direction de l’Evaluation, de la Prospective et de la Performance.

Ces informations sont extraites de leur publication aux éditions Stock : Que vaut l’enseignement en France ?

Annie Keszey

 

Liens utiles sur le sujet :

Dossier redoublement sur La Lettre des Parents

Le redoublement sur Les Cahiers Pédagogiques

De la maternelle au Baccalauréat sur le site du Ministère de l’Education Nationale

Publié dans Ecole, France | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, école, éducation, france, redoublement | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.