Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 juillet 2009

Conseils municipaux de Puteaux et d'ailleurs

puteaux_conseil_municipal.jpg

L’atelier des idées, à partir d’une liste de critères fixes, va observer le déroulement de plusieurs conseils municipaux, afin d’en dégager les points communs de fonctionnement et les particularités.

LE CONSEIL MUNICIPAL DU 3 JUILLET 2009 A PUTEAUX

Ce conseil a duré 3H45, de 19H à 10H45.

Il s’est tenu dans la salle du Conseil. Cette salle est de « conception scolaire » hiérarchisée. Une ligne composée d’un vaste bureau central de 4 places, surélevé, et de tables latérales, fait face à des rangées de bureaux de 2 places.

La salle est équipée d’un écran de télévision et de micros individuels.

Chaque place, outre la bouteille d’eau et le verre, comprend des cadeaux pour les membres du conseil : l’enregistrement de 16H01, film sur le thème de la sécurité, impliquant de jeunes putéoliens, présenté en ouverture de séance et un cahier de vacances.

Le public occupe un espace « en balcon » qui surplombe le conseil. De ce lieu, on ne voit, de face, que la rangée dont le centre est occupé par le Maire. Le son reçu est de qualité médiocre et inaudible en provenance de certains intervenants. Il y a 33 chaises, quelques- unes sont réservées dont 1 à la demande de M Badinter.


L’étrange conception architecturale de ce « balcon » défie le fonctionnement de cette démocratie de proximité.

Le Député- Maire, Madame Ceccaldi- Raynaud, appartient à la majorité UMP. Les 5 conseillers de l’opposition sont dispersés : 3 appartiennent au PS, 3 au groupe Alternance, 1 est l’élue de la liste de l’ancien Maire de Puteaux (père du Maire actuel), UMP, et 1 est indépendante de tout parti. Il n’y a pas de travail en commun.

Le règlement intérieur du Conseil permet l’expression des conseillers en cours de séance, selon le rappel du Maire. Le public n’a pas le droit de s’exprimer et cette règle a été parfaitement respectée pendant la totalité de la séance, (l’hypothèse contraire émise par un conseiller d’Alternance Puteaux était erronée).

Le Maire a une attitude et une tonalité de voix stables pendant le déroulement. Elle veille à capter les questions et y répond, sans pouvoir juger toutefois si ces réponses satisfont ceux qui les posent.

Des conseillers de la majorité interviennent pour lire des questions à l’ordre du jour et pour voter à mains levées. Ils ne débattent pas en séance. Des réponses techniques précises sont apportées à certaines questions par les responsables présents, ainsi en fut-il par exemple du rapport entre les emplois de titulaires et ceux des non- titulaires.

Les interventions des conseillers de l’opposition sont inégales en nombre, durée, pertinence et créativité. Une conseillère, ce soir-là, est presque inexistante, un autre conseiller semble prisonnier de son désir d’exister. Les rapports du Maire avec les représentants de l’opposition sont corrects, en général. Cependant les interventions de 2 conseillers du groupe Alternance suscitent, souvent, une irritation collective née du ton prétentieux et provocateur de l’un et de la voix « traînante, snobe et surannée » de l’autre. Ces modes d’expression s’ajoutent à la redondance de critiques systématiques. Il est illusoire de prétendre être efficace à partir de ces brouillages de la communication.

37 points ont été traités.

L’opposition est intervenue, au cours de ce conseil, pour demander:

- la fin des gaspillages et la priorité aux actions de fond,

- la fin des recours coûteux aux tribunaux,

- le renoncement aux nouvelles taxes,

- la priorité à l’école et aux crèches, sujet qui tient à cœur au PS,

- la stabilité des coûts de diverses prestations (repas, abonnements…),

- la priorité à la gestion communale (la petite enfance) ou son contraire (la gestion d’un bar-restaurant),

- le raccourcissement des délais de réalisation de projets,

- le respect de la laïcité quant aux subventions (avec l’ambiguïté toutefois de certaines interventions),

- Le recours au sponsoring (exemple de Saint Quentin) ou le refus du sponsoring (Puteaux), selon le type de sponsoring (!!!),

- La maîtrise des loisirs communaux et leur ouverture aux « extérieurs ».

« PUTEAUX EN PLAGE » a été particulièrement développé.

Cette initiative estivale, sur l’île, a reçu 40 000 visites l’été 2008. Son coût, trop élevé, a ému légitimement. La mise en concurrence, demandée en particulier par la conseillère indépendante de l’opposition qui assiste aux commissions d’appels d’offres, a eu pour résultat de diminuer le coût, très significativement, pour 2009.

Cet effort est à poursuivre. Le transport du sable, en particulier, sera soumis à la question, par l’atelier, pour 2010.

Alternance Puteaux a voté contre Puteaux en Plage, afin de s’opposer publiquement à l’indépendance, de cette conseillère d’opposition : petitesse d’une conception politique démodée.

La commune organise un voyage d’élèves, aux Etats- Unis, pendant les vacances. Le maire fait savoir que 4 membres du personnel communal et elle-même, iront 5 jours dans diverses villes américaines afin de prévoir, avec les autorités médicales, des plans d’intervention en cas de grippe A. Les parents ont apprécié cette initiative, faite pour les rassurer.

Suit un échange sur le rapport entre l’utilité réelle du déplacement et le cadeau républicain que constitue ce déplacement de Madame Le Maire aux frais de la princesse communale.

Et si Madame Le Maire payait ce voyage avec ses deniers personnels ? La question ne lui a pas été posée.

Le procès-verbal des délibérations du conseil sera accessible sur le site de la Mairie. Il ne rendra pas compte des débats en cours de séance.

Le prochain conseil observé sera celui présidé par un maire socialiste d’Ile de France, en septembre 2009.

Publié dans Conseil Municipal, Puteaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, puteaux, conseilmunicipal, démocratie | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.