Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 novembre 2009

A deux ans, tu seras grand, mon fils !

puteaux_grandir_maternelle_2_ans.jpg

Il y a quelques mois, notre ministre de l'éducation nationale du moment, très inspiré, fustigeait la redoutable efficacité des enseignants de maternelles, à mots choisis : « Est-ce qu'il est vraiment logique, alors que nous sommes si soucieux de la bonne utilisation des crédits délégués par l'Etat, que nous fassions passer des concours bac +5 à des personnes dont la fonction va être essentiellement de faire faire des siestes à des enfants ou de leur changer les couches ? »*

Je vous fais part, en primeur, d'un choc reçu il y a deux semaines, lors de la réunion du Conseil d'Ecole à Défense 2000 (4 classes de maternelles). La Mairie souhaite que la directrice accueille quelques enfants de deux ans révolus (trois enfants, pour le moment), dans une des classes de petite section !

En d'autres termes, pour que le mot si vulgaire de M Darcos trouve sa pleine justification, on bouscule les règles de l'Education Nationale et on décide de placer en maternelle des petits qui, bien évidemment, ne sont pas encore propres, et ne peuvent en aucun cas, en débarquant ainsi en cours d'année (au 15 novembre), suivre un quelconque programme, qui de toute manière, n'est pas conçu pour eux. Inspecteur d'Académie, dites-vous ? Aux abonnés absents, politique de l'autruche... Elle est belle notre République de la Liberté, l'Égalité et la Fraternité...

En d'autres termes encore, Madame le Maire, qui ne fait pas beaucoup d'efforts, depuis sa prise de poste en 2004, pour faire mieux que son père, c'est à dire,  pour ouvrir des lits de crèche archi-nécessaires (en 2007, à la Rotonde, à une question que je lui avais posée à ce sujet, elle m'avait dit que toutes les statistiques indiquaient une baisse du nombre des enfants sur les 5 ans à venir ! La réalité, même statistique, est exactement inverse**... hormis pour les enfants de 2 ans, en effet ! Je ne sais pas qui lui communique ses chiffres...), préfère tordre le cou à certaines règles nationales pour pallier au manque de place en crèche. Sans compter la probable manipulation démagogique : l'école ne coûte rien aux parents (enfin, hormis la cantine) au contraire de la crèche...

N'est-ce pas un sujet qui vous fait bondir ? Personnellement, j'en suis resté « estomaqué » ! Et la directrice est "contrainte" d'accepter, parce que sur ses quatre classes, elle n'atteint pas le quota minimum francilien, de 26 enfants par classe ! Son inquiétude est la suivante : refuser, c'est s'exposer à une vérification de l'IA, et peut être voir celle-ci décider d'une fermeture de classe pour l'année prochaine...

Lire la suite

Publié dans Ecole, France | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : puteaux, ecole, maternelle, fcpe | | |  Facebook

28 novembre 2009

Accueil des enfants de 2 ans en maternelle : la position d’Alain Bentolila

accueil enfants 2 ans 01.jpg

Alain Bentolila est professeur de linguistique à l'Université Paris-V- Sorbonne, conseiller scientifique de l'observatoire national de la lecture et de l'agence nationale de lutte contre l'illettrisme.

« L'apprentissage de la langue conditionne le destin scolaire et social de chacun de nos enfants...

C'est en leur transmettant avec autant de bienveillance que d'exigence les vertus pacifiques du Verbe que l'on peut espérer qu'ils en viennent aux mots plutôt qu'aux mains. »...

Une mère et un père devraient pouvoir conjuguer leur travail et l'éducation de leurs enfants.

« ... Avant d'exprimer ma façon de penser sur l'accueil des enfants de 2 ans à l'école, je voudrais dire combien il m'apparaît injuste et scandaleux qu'une femme ne puisse pas conjuguer avec sérénité son travail et son rôle de mère. Au lieu d'avoir octroyé à tous les français des loisirs supplémentaires à travers la loi sur les trente-cinq heures, j'aurais aimé que l'on fit un effort significatif pour permettre aux mères (ou aux pères d'ailleurs) de jeunes enfants de partager leur temps entre leur profession et l'éducation de leurs petits et ce, avec l'assurance totale que ce partage ne nuirait en rien à l'avancement dans leur carrière. On ne peut pas condamner un enfant de 2 ans à ne voir sa mère qu'une heure à peine par jour pendant la semaine: on ne peut condamner une mère à laisser toute la journée son enfant à des gens qui n'auront que peu de temps à lui consacrer...

Lire la suite

Publié dans Ecole, France | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, école, éducation, maternelle, alainbentolila | | |  Facebook