Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 juin 2010

Le métier de professeur

sebastien clerc professeur.jpg

« Un professeur transmet des connaissances. L'école publique dans laquelle il exerce, en 2010, est en difficulté ».

Dans le passé, le Ministère de l'Education Nationale, n'a jamais accepté de reconnaître la complexité du métier de professeur au- delà de sa fonction unique, originelle, de transmission d'une matière, par des cours magistraux, de préférence.

Le recrutement des professeurs se fait à partir d'examens et de concours qui évaluent des connaissances. Les aptitudes à parler, communiquer, intéresser,  gérer des groupes,  maintenir l'ordre,  travailler en équipe, se former en permanence,  prévenir la violence,  innover en instruction et en éducation sont des qualités professionnelles indispensables, dont l'apprentissage, paradoxalement, n'est pas ou peu proposé par l'Institution.

Les cadres de l'Education Nationale, majoritairement, ont une idéologie conservatrice, éloignée de la « pédagogie », mot- valise rejeté, déraisonnablement. Ils sont les principaux responsables de l'état actuel, injuste, du Système.

Sébastien Clerc, jeune professeur de Français et d'Histoire vient de publier  « Au secours ! Sauvons notre école », aux éditions OH. Après une analyse approfondie des difficultés graves et variées de l'acte d'enseigner, il propose des solutions pour sauver l'école. C'est une rare description du métier de professeur dans sa réalité actuelle qui interpelle, avec sincérité, cette Institution plutôt muette et ses usagers !

La réalité pédagogique décrite est celle d'un lycée professionnel de Seine-Saint-Denis : ce n'est pas la réalité de l'Education Nationale. L'égalité des chances n'est pas harmonieusement répartie, en effet, sur le territoire de la République. »

Lire la suite

15 juin 2010

Cracking Art et précarité : épicerie sociale de Puteaux

art et épicerie.jpg

La ville de Puteaux a ouvert son épicerie sociale, le 3 juin, rue Gerhard. Ce lieu d'approvisionnement  en produits alimentaires et d'hygiène, local rénové et sobre, accueillera une demi- journée par semaine, le jeudi de 9H à 12 H, les personnes en difficulté, accréditées par un travailleur social, après un entretien sur dossier. Les « demandeurs » se présenteront d'abord au CCAS, créateur de l'épicerie en partenariat avec la Croix-Rouge, au Service Social de la rue Blanche ou au responsable d'une association caritative, après avoir pris un rendez-vous (Informations reçues du Service Social). Pour avoir accès à l'épicerie sociale, il faut être domicilié à Puteaux depuis 5 ans.

 

Centre Communal d'Action Sociale : téléphone 01 46 92 93 10

Service Social, 34 Rue Auguste Blanche : téléphone 01 41 38 30 10

Ultérieurement, une ouverture en soirée pourrait être organisée afin d'accueillir les personnes qui travaillent. Provisoirement donc, ces bénéficiaires s'y feront représenter.

Cette initiative de Madame Le Maire, pourtant très tardive, mérite aujourd'hui la mention TRES BIEN,  parce qu'elle s'adressera d'abord aux putéoliens concernés par le seuil de pauvreté, même si les conditions générales d'acceptation ne sont pas encore diffusées. Les personnes choisiront leurs denrées et les paieront à 10% du prix du marché. C'est un prix très bas : la plupart des épiceries sociales et des épiceries solidaires proposent les aliments entre 50% et 15% (Emmaüs, à Beauvais) des prix courants.

Lire la suite

Publié dans Puteaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, social, atelierdesidees, puteaux, épicerie sociale | | |  Facebook