Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 mai 2011

La double violence de l'identité nationale

identité_nationale_italie_lampedusa.jpg

Depuis longtemps les chercheurs en sciences humaines et sociales s’interrogent sur les quêtes individuelles et collectives d’identité, et sur les raisons qui font que nous parlons si souvent  d’identité. Leurs recherches les mènent vers les limites, les frontières, les contacts, bien loin de la croyance en une unité « vraie », essentielle, figée. Pour les sciences sociales comme pour les sciences humaines, il s’agit d’accompagner ce long travail que chacun mène dans sa vie- chaque personne ou chaque collectif-  pour accepter l’idée que l’identité est insaisissable et indéfinissable, qu’elle est une sorte de foyer virtuel auquel il nous est indispensable de nous référer pour expliquer un certain nombre de choses, mais sans qu’il y ait jamais d’existence réelle. Prétendre la définir (en faisant donc croire qu’elle est définissable) c’est produire des normes identitaires, donc une double violence. Violence pour ceux qu’elle met au défi de s’inclure et de rester « sous contrôle identitaire » au prix d’humiliations culturelles et mémorielles (faisant ainsi violence, par exemple, à la part africaine, antillaise ou maghrébine de l’histoire de France) ...

Mais la définition officielle, gouvernementale pour être précis, d’une identité nationale provoque une autre sorte de violence, en direction de tous ceux qu’elle exclut, qu’ils soient d’ailleurs ou d’ici .Car cette identité normative a comme toutes les normes pour fonction essentielle de produire des anormaux et de les exclure. Faire exister « l’étranger » dans nos esprits et dans des politiques xénophobes est le seul résultat et la seule vérification empirique d’une identité nationale improbable. Cette politique de l’identité prend la forme caricaturale de l’inventaire des traits ethno-nationaux comme aux temps les plus reculés de l’ethnologie  folkloriste. .. Et le contrôle de la conformité de ce « kit identitaire » national, enfermé et appauvri sur le plan culturel, est l’instrument de la politique de rejet de l’étranger. Pourtant jamais satisfaite de ses propres définitions essentialistes, cette politique entraîne toujours plus de procédures d’identification, de vérification, de tri des personnes et donc davantage de police, de murs, d’enfermement et de mise à l’écart. Comme si la mise en œuvre des procédures d’identification et de contrôle des indésirables était la seule fin de cette politique identitaire. 


identité_nationale_malte.jpg

Qui est finalement l’étranger? C’est d’abord cet autre d’autrefois mais qui est maintenant en nous-mêmes, d’abord en moi-  au plus reculé du temps de chaque généalogie, tous les ancêtres furent des étrangers… La France, c’est bien connu, est un pays d’étrangers qui ont migré et sont restés...

Il y a bien un conflit à l’échelle mondiale: d’un côté des états qui font la guerre aux migrants, recréant partout la peur, la haine, la mise à distance de « l’étranger »; de l’autre, des migrants qui circulent et affirment leur présence, récalcitrante, dans le monde .C’est un monde incertain, au sein duquel il est pourtant sûr que les mobilités humaines sont appelées à prendre une place décisive pour recomposer la forme sociale mondiale à venir…

idendité_nationale_tunisie_djerba.jpg


Une politique du monde est essentiellement par l’hospitalité. C’est ce principe moteur d’une socialité mondiale qui est aujourd’hui encore largement inaudible, et qui met les questions de l’exil et de l’hospitalité au centre de toute réflexion sur la possibilité du monde « en tant que monde »...

Les prévisions des déplacements en réaction aux changements climatiques, aux chaos politiques et aux crises économiques, en cours et à venir, évoquent un milliard de personnes en déplacement dans les 40 années à venir...

Extraits de : « Le couloir des exilés. Etre étranger dans un monde commun » de Michel Agier, aux Editions du Croquant

Michel Agier est anthropologue, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Il mène depuis dix ans des enquêtes sur les réfugiés et migrants du monde.

Images : www.eurosduvillage.eu- www.petitrenard.ch-www.idh-toulon.net

www.atelier-idees.org

Annie Keszey

Les commentaires sont fermés.