Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 novembre 2012

PUTEAUX BLEU-MARINE.

PUTEAUX BLEU-MARINE, sortez de votre machine à remonter le temps !
Ce blog récent est tenu par un collectif rédactionnel qui pourrait être passionné, du fait de son nom, par le bleu sombre de la mer telle qu’elle paraît vers le grand large de  l’île d’Ouessant.
Mais non. L’idéologie confinée du blog,  devrait engager ses rédacteurs à user d’un télescope pour voir haut et loin.


A partir d’un petit privilège sans doute, un message particulier de cette rédaction est accessible hors- champ ! « …Nous avons une ligne rédactionnelle qui privilégie en priorité les intérêts des proches par rapport aux plus éloignés. La famille avant les amis, la ville avant le département, la France avant les pays éloignés et ainsi de suite …rien de transcendant puisque de très naturel !… »
Ce message, tant il est « préhistorique », doit être une traduction du celte ancien ou de témoignages d’envahisseurs barbares…

Au cœur de la mondialisation, aujourd’hui et souvent, ce qui devient  naturel c’est l’éloignement des proches.

Un exemple prouvable. Elle.

Son grand-père,  officier de  la Marine (nationale), breton « de souche ! », a appelé sa première fille, Carmen, malgré l’opposition de Victorine, la maman; Carmen, marque indélébile d’une rencontre séduisante. Elle, fille de Carmen, a épousé un Hongrois de Roumanie, de l’ancienne noblesse, venu à pied vivre en France après la confiscation de ses biens familiaux par l’Etat communiste. Ce long périple d’une précarité, en temps et en distance à travers l’Europe, a favorisé l’acquisition, par Istvan, d’un capital culturel précieux de cinq langues parlées : le hongrois, le roumain, l’allemand, le français littéraire et l’espagnol.

Elle, a ainsi pour premier beau-frère (frère d’Istvan), Albert, un naturalisé américain marié à une italienne, ils vivent tous deux Sunset- Boulevard à Los Angeles ; leur fils, Philippe, à double nationalité américaine et française est l’époux d’une cubaine.
Son second beau- frère de nationalité canadienne, Georges, et sa femme anglaise, reposent dans le cimetière de Montréal; leur fille Valérie, canadienne également, hôtesse sur Air Canada, parcourt le monde, naturellement.
Un neveu d’Istvan, de Targu Mures, tzigane, s’est spécialisé dans l’étude de sa culture à la fois  nomade et sédentaire. Quatre autres cousins ont choisi de devenir allemands.

Emirates.jpgIstvan et Elle  ont un gendre belge, époux de leur seconde fille qui fut hôtesse de l’air pour Emirates Airline. Les hôtesses de cette compagnie portent un voile léger, accroché au chapeau, qui entoure le cou.
Le recrutement est international !
L’ancienne hôtesse est maintenant directrice d’une entreprise suisse, à Paris.
Image :French.chine.org.cn
Elle, apprécie ses amitiés très proches en pensée, indéfectibles malgré les distances: Espagne, Portugal, Allemagne, Maroc…Bretagne, Charentes, Puy-de-Dôme, Bourgogne, Pyrénées… et puis, Puteaux…
Annie Keszey

Les commentaires sont fermés.