Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 avril 2013

L'ENTHOUSIASME DU SCANDALE.

 

jérôme cahuzac,corruption,réprobation,reanud van ruymbeke,pierre lascoumes,scandale

La choquante mais opportune visibilité de la corruption noire de Jérôme Cahuzac est finement synthétisée par Renaud Van Ruymbeke. Ce  juge d’instruction strict, désigné, avec Roger le Loire, pour enquêter sur l’affaire de blanchiment de fraude fiscale du ministre du Budget concentre  les faits individuels, politiques, médiatiques et citoyens d’actualité dans « l’enthousiasme du scandale ».
La corruption de responsables politiques, quels qu’en soient les partis, incessante au cours de l’histoire, n’avait pas créé une émotion aussi intense et surtout unanime avant ce dernier choc.
La réprobation absolue cette fois, posture morale certes gratuite, est  étonnamment consensuelle. Aucune voix n’utilise les procédés habituels d’indulgence, de tolérance, pour le déviant, ni d’ambiguïté grise tels que  la minorisation des faits, l’euphémisation, le déni,  le renversement de culpabilité, le cynisme, la recherche de bouc émissaire, l’exploitation de circonstances atténuantes…
Les thèses passionnantes sur les corruptions, de Pierre Lascoumes*, directeur de recherches au CNRS, éclairent l’atteinte à la probité publique de Jérôme Cahuzac. Le ministre du budget a commis les deux erreurs jugées les plus graves  par les Français: la tromperie dans la fonction publique et le mensonge qui brise toute crédibilité. De plus, Jérôme Cahuzac, victime de lui-même, « pris la main dans le pot de confiture », comme l’écrit Luc Ferry, a commis un acte transgressif quant au droit, une recherche de maximalisation de son profit financier et trahi, peut-être, l’intérêt général par son lobbying pour l’industrie pharmaceutique. Trilogie amorale et fatale du droit, de la finance et de l’intérêt général.

Les trois ordres sociaux d’aujourd’hui, le politique, le  médiatique et le  public se regroupent  dans une perception commune, une condamnation sévère, de la corruption. Cette unanimité rare et sans doute éphémère relève de la conception classique de l’intégrité républicaine, celle que Pierre Lascoumes rapproche de la « civic » culture puritaine décrite par Arnold Heidenheimer.
« L’enthousiasme du scandale » pourrait signifier, avec un humour glacé, ce rassemblement civique au cœur de la morale alors que d’ordinaire les jugements portés sur les corruptions sont confus, imbriquant des positions des trois ordres laxistes, ambivalentes, coopératives, compréhensives, mouvantes et, très minoritairement, intransigeantes. Habituellement, un quart des citoyens seulement seraient apte à un choix rationnel de leurs représentants politiques et opposés à tout vote vénal.
Il paraît actuellement peu probable que le retour éventuel de Jérôme Cahuzac à l’Assemblée Nationale puisse requalifier sa corruption à l’aide d’un rituel de restauration de son image.
Ses anciens amis ne semblent pas compréhensifs.

Il existe déjà, en France, des organismes et des services anti-corruption. Ils dysfonctionnent. L’OCDE aussi a publié plusieurs rapports, Martin Hirsch a proposé des mesures contre les conflits d’intérêts. La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques ou CNCCFP créée par la loi du 15 janvier 1990 est inefficace. Le ministre de l’économie et des Finances dispose de moyens d’investigation qu’il n’utilise pas toujours…
Les gouvernements de droite et de gauche freinent ou empêchent les poursuites. Par principe, tout le monde est pour la probité publique, en pratique beaucoup la redoutent et trouvent d’efficaces moyens pour la rendre inopérante : le théâtre de l’actualité française accrédite l’affirmation.
Le président de la République annonce des mesures de moralisation. L’avenir dira s’il s’agit d’une volonté réelle.
Plutôt que d’étaler les patrimoines des élus dans un souci de transparence, mieux vaut en contrôler la véracité. Les électeurs n’ont que faire de ces listes qu’ils ne peuvent vérifier. François Fillon a décliné son patrimoine sur la seconde chaîne, devant David Pujadas, ce dont nous le remercions, mais pourquoi n’a-t-il pas cité sa société de consulting « 2F Conseil », créée en juin 2012 ?...
Comme le demandent les vrais spécialistes des répressions des fraudes, il s’agit de lutter contre la fraude fiscale interne, de supprimer le cumul des mandats, d’interdire le renouvellement des mandats, contre le népotisme, et de prononcer l’inégibilité à vie des politiques condamnés.

Deux listes de corrompus, de droite et de gauche, dans l’article suivant, rappelleront la permanence et la variété des dérives de nos représentants.
*Une démocratie corruptible- Arrangements, favoritisme et conflits d’intérêt. Pierre Lascoumes. Seuil.

Image: Christain Esquines.

www.atelier-idees.org

Annie Keszey.

02 avril 2013

L'ECHEC DU LYCEE AGORA DE PUTEAUX.


Puteaux, lycée Agora,inégalité des chances, évaluation des lycées, échec, Richard Descoings, Philippe Meirieu

Le lycée public, général et technologique, 120 rue de Verdun à Puteaux, est le moins efficace des lycées du département des Hauts-de-Seine, d’après la dernière évaluation du Ministère de l’Education nationale et les interprétations raisonnées de la presse. Cette grave situation requiert une  séance de travail, pour établir un plan urgent et exigeant de rétablissement du lycée, entre tous les responsables impliqués : Recteur, Proviseur, représentants des professeurs, des parents et des élèves, représentants de la région, du département et Maire de Puteaux. Les niveaux d’enseignement, avant le lycée, écoles maternelles, écoles élémentaires, collèges ne sont peut-être pas eux-mêmes performants.
Les participants pourraient être porteurs des dernières connaissances sur les réformes à entreprendre diffusées par des spécialistes : Claude Thélot, Marcel Gauchet, Philippe Meirieu, Richard Descoings…Ce dernier, le 2 juin 2009, après avoir parcouru la France et réalisé un grand nombre d’entretiens a remis ses préconisations au Président de la République, Nicolas Sarkozy, dans un rapport précieux.
Les résultats de l’évaluation des lycées proviennent du Ministère de l’Education nationale. Les classements divers entre établissements sont des déductions qui proviennent d’autres sources.
Le lycée Agora est classé dernier du département des Hauts-de-Seine, d’après le journal « Le Parisien »: 51ème sur 51! Le lycée public, Frédéric et Irène et Joliot- Curie de Nanterre, occupe la 50ème place. Le lycée privé sous contrat, Madeleine Daniélou, de Rueil-Malmaison, est premier. Le journal appuie ce classement sur les données ministérielles.
Au classement régional, le lycée Agora est 446ème sur 463 et au classement national 2270ème sur 2297.

Les indicateurs de valeur ajoutée des lycées évaluent non seulement la réussite des élèves de terminale d'un établissement au baccalauréat, mais aussi la capacité de cet établissement à accompagner le maximum d’élèves de seconde jusqu'à l'obtention de ce diplôme, en prenant en compte les caractéristiques sociodémographiques et scolaires des élèves. Ils offrent en cela une analyse plus fine que le taux de réussite au baccalauréat qui ne permet pas d’apprécier le caractère plus ou moins sélectif des établissements et le parcours scolaire des élèves depuis leur entrée au lycée jusqu’au baccalauréat.
Trois indicateurs sont utilisés pour mesurer la "valeur ajoutée", valeur précieuse, d'un établissement.
Le taux de réussite au baccalauréat, c’est-à-dire la proportion de bacheliers parmi les élèves ayant passé le baccalauréat : le taux global de réussite au baccalauréat 2011- 2012, 63%, du lycée Agora, est très inférieur au taux moyen attendu calculé par le ministère pour des élèves d'âge, d'origine sociale, de sexe et de niveau scolaire comparables et scolarisés dans des lycées comparables en termes d'âge, d'origine sociale et de sexe de l'ensemble de l'académie de Versailles, 77% . La valeur ajoutée attendue n’est pas atteinte, moins 14% ! Le taux de réussite au baccalauréat du lycée public Louis Pasteur de Neuilly, 13ème sur 51, par exemple, est de 98%. La valeur ajoutée attendue est exactement atteinte.

Puteaux, lycée Agora,inégalité des chances, évaluation des lycées, échec, Richard Descoings, Philippe Meirieu

Le lycée privé breton Diwan de Carhaix-Plouguer, lycée bilingue, est remarquable d’efficacité, malgré ses classes surchargées. La valeur ajoutée attendue est dépassée! Le Figaro du 28 mars 2013 le classe 1er des lycées d’enseignement général de France. Les enseignements se font en breton par une pédagogie d’immersion. 
Le taux d’accès au baccalauréat, qui est la proportion d’élèves de seconde ou de première qui obtiennent le baccalauréat en restant dans l’établissement : cette proportion pour le lycée Agora est de 39%. Pour le lycée Louis Pasteur, par exemple, elle est de 87%.
3. La proportion de bacheliers parmi les élèves qui quittent l'établissement.
72% des élèves de terminale quittent le lycée Agora avec leur BAC en poche, en prenant en compte les redoublements. Au lycée Louis Pasteur, la proportion de bacheliers qui quittent l’établissement est de 98 %, redoublements également pris en compte.

Le ministère de l’Education nationale ne souhaite pas réaliser un classement des lycées mais  proposer, à travers cette notion de « valeur ajoutée », une image de la réalité complexe et relative que constituent les résultats d'un établissement. La presse et les usagers traduisent les résultats en classements, parfois durs mais toujours positifs s’ils induisent les nécessaires modifications des projets d’établissement.
D’autres données, non encore exploitées publiquement par le ministère, interpellent. Au lycée Agora, sur 36 élèves reçus au baccalauréat général, 2 ont eu la mention «Très bien » et 7 la mention «  Assez bien ». Au lycée Pasteur, sur 86 élèves reçus au Baccalauréat général, 50 ont eu la mention « Très bien », plus de 50% donc, et 10 la mention « Assez bien ». Titulaires d’un baccalauréat national, les élèves du lycée Agora, sans mention, rencontrent une autre inégalité quant à l’accès aux Grandes écoles ou aux inscriptions en classe préparatoire. Ils ne sont pas préparés à cette autre compétition.


La situation de ce lycée Agora est contraire aux objectifs fondamentaux de l’égalité des chances et de la réussite scolaire. L’objectif de promotion de la jeunesse n’est pas atteint. Le déterminisme social ne semble pas dépassé. L’évolution des résultats depuis 2008 interpelle.


Des grilles nombreuses d’analyse des établissements scolaires, depuis des décennies, ont été construites par des experts. Ont-elles été utilisées depuis 2008, au lycée Agora ? Quelques critères:
-    Les exclusions d’élèves par le proviseur ou le conseil de discipline sont supprimées. Les élèves perturbateurs sont inclus, en heures supplémentaires, au CDI, dans une autre classe, dans un atelier… pour y travailler.
-    Les jours ou heures d’absence, sauf dans les cas justifiés, sont récupérés. Les devoirs sont obligatoirement faits et les leçons sues. Un groupe d’adultes spécialement constitué interdit l’absentéisme et les pertes d’élèves en cours de scolarité.
-    L’emploi du temps prévoit le travail, en équipes disciplinaires, des professeurs, une heure par semaine .L’alignement d’une heure au moins de chaque discipline dans l’emploi du temps de plusieurs classes, d’un même niveau, permet d’ouvrir la classe pour l’organiser en groupes de besoins. La liberté pédagogique du professeur ne peut être revendiquée en situation d’échec. La cohésion, l’entraide, l’échange de documents de cours entre enseignants doivent prévaloir.
-    Chaque élève, en début d’année, pense et rédige son projet scolaire annuel et son désir d’orientation. Les parents sont impliqués.
-     Le proviseur, travailleur, présent, accessible, sévère, exigeant, très juste est formé à la pédagogie et aux évaluations scientifiques. Souple quant aux statuts rigides dépassés, il soutient les professeurs en difficultés par des aides concrètes et s’engage dans les initiatives les plus complexes pour les élèves en difficultés. Avec les équipes, il instaure, implacablement, un climat collectif studieux de respect mutuel. Il écoute et donne confiance.
-    Des formations collectives, régulières, sur place, apportent des réponses scientifiques, modernes aux vieilles questions et inventent une pédagogie « vraiment éclairée »…
Le site www.lycee-agora.fr ne publie aucun résultat, ce1er avril 2013.    Images : puteaux.fr et Ouest-France. Annie Keszey. www.notreputeaux.com