Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 juillet 2016

La France sociale-démocrate.

...Les combats internes à la gauche, si inexpiables qu’ils paraissent, sont des combats internes à la social-démocratie. L’opportunisme de François Hollande est résolument un opportunisme social-démocrate, et la radicalité de Jean-Luc Mélenchon est une réalité sociale-démocrate...

Qu’est-ce enfin que la gauche dans sa totalité ? Le parti des acquis sociaux, le parti de l’intégralité sociale-démocrate...

Dans les pays anglo-saxons et scandinaves, là-bas, la social- démocratie c’est trois choses : l’articulation organique partis-syndicats, la négociation sociale à tous les niveaux, la culture du compromis. Aucun de ces ingrédients ne figure comme tel dans le melting-pot social-démocrate des Français. En France, la social- démocratie, c’est la protection sociale maximale sous l’égide de l’Etat...

En France, pour être agréée, une réforme ne doit pas paraître avoir été octroyée, ni même négociée, mais « arrachée ». Le réformisme pour y réussir, ne peut s’y répartir d’un certain puritanisme de classe, voire d’une certaine esthétique de la violence, héritée de 1789...

Car la politique française, c’est le plus souvent 90 % d’imaginaire pur, avec de temps en temps 10 % d’intrusion du réel...

Si elle veut être autre chose que le parti du capital et de la tradition, la droite classique devra bien reconnaître que tous ses projets libéraux seront confrontés à cette résistance sociale-démocrate.

On peut à loisir déplorer que l’idéal social-démocrate, à base protectionniste et sécuritaire, l’ait emporté en France sur l’idéal républicain, qui impliquait le dépassement de l’individualisme par un projet de mobilisation autour d’objectifs nationaux communs...

Si aujourd’hui, en France, la République ne mobilise plus guère, c’est faute d’un destin collectif. La France n’existe plus comme objet politique. Il n’y a plus que les Français.

La nation aura-t-elle la ressource de faire surgir de ses profondeurs, l’Idée, l’Homme, le Mouvement capables de transformer son attachement légitime à la protection sociale en un élan collectif ? Renouer avec un destin, de cela aussi les Français, d’un bout à l’autre de notre horizon politique, ressentent l’obscur besoin...

Extraits du Carnet de Jacques Julliard. Le Figaro du 6/06/2016.

Les commentaires sont fermés.