Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 mai 2010

Michel Serres : le temps des crises

 

le temps des crises.jpg

Les politiques ne connaissent pas cette science complexe qu'est l'écologie. La sortie de crise, pour Michel Serres, académicien,  suppose l'implication, éthique, des savants.

Mais que révèle le séisme financier et boursier  qui nous secoue aujourd'hui ? Si nous vivons une crise, aucun retour n'est  possible. Les termes relance et réforme sont hors de propos. Il faut donc inventer du nouveau. Financière et boursière la crise qui nous secoue aujourd'hui cache et révèle des ruptures qui dépassent, dans le temps, la durée même de l'Histoire.

EXTRAITS "LE TEMPS DES CRISES" - Manifeste Le Pommier

LES RUPTURES

1. L'agriculture

Au 20ème siècle, le néolithique se termine : l'humanité occidentale, bien qu'elle continue à se nourrir d'elle, quitta donc, ici au moins, la terre. Parallèlement, la proportion d'humains vivant dans les villes avoisinera les 75%, en 2030. Or, lorsque se déterritorialise ainsi la majorité des humains, le rapport au monde se transforme.

Premier coup : tout devient politique, du grec polis, la ville. Second coup : or, précisément, à ce moment-là, le monde se venge et menace les hommes. Dès lors, rien ne sera plus vraiment politique au sens traditionnel. Basculement.

2. Les transports

La mobilité des hommes a cru. En 2008, elle s'élève, pour le transport aérien, à trois mille milliards de kilomètres- passagers. La distance d'où proviennent les marchandises dans les hypermarchés se chiffre par milliers de kilomètres. La France devient une cité  dont le TGV est le métro et les autoroutes, les rues.

3. La  santé

Après les années 50 émerge un organisme humain d'une nouveauté dont nous ne nous formons peut- être pas encore une idée assez juste : moins de souffrances, moins de maladies incurables, moins de traces de ces douleurs sur la peau. Le temps de naître, les pics de douleur, la durée des maladies dépendent en partie de nous désormais, même peut- être le moment de la mort que nous pouvons , en partie, différer.

4. La démographie

Le nombre des humains passera bientôt à 7 milliards, le plus souvent serrés en gigantesques mégalopoles. L'espérance de vie augmente de 3 à 6 mois par an. C'est une recomposition du paysage humain qui n'est pas accompagnée des transformations en profondeur des institutions et des coutumes.

5. La connexion

Après le monde et le corps : nos relations. Les dites nouvelles technologies changent nos liens, nos voisinages, nos savoirs et nos manières d'en prendre connaissance. Le connectif remplace le collectif.

6. Les conflits

La seconde guerre mondiale fut le premier conflit où, selon les experts, les humains réussirent à tuer plus de leurs semblables que ne le firent les microbes et les bactéries au cours des précédents affrontements. Quel modèle atroce de domination. Il n'est pas sûr que le plus fort, même de plus en plus fort, reste très longtemps le maître.

En dépensant plus de mille milliards de dollars, l'hyper-puissance incontestable n'a pu gagner, en ces jours, une guerre contre l'un des pays les plus faibles de la planète. Etrange crise de la puissance.

En quelques décennies se transformèrent radicalement : le rapport au monde et à la nature, les corps, leur souffrance, l'environnement, la mobilité des humains et des choses, l'espérance de vie, la décision de faire naître et parfois de faire mourir, la démographie mondiale, l'habitat dans l'espace, la nature du lien dans les collectivités, le savoir et la puissance.

 

Lire la suite

Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : atelierdesidees, politique, monde, crise, michel serres, science | | |  Facebook

04 mai 2010

Statut Auto-Entrepreneur : de moins en moins simple

 

logo-auto-entrepreneur.gif

Le statut d'auto-entrepreneur a connu un énorme succès dès son lancement le 1er janvier 2009,  atteignant 320 000  sur 580 200 créations d'entreprises en 2009. Ce régime a permis une croissance formidable du nombre de créations d'entreprises, malgré la crise (331 400 entreprises seulement  avaient été créées en 2008).

Mais ce statut, auquel j'ai souscrit,  réserve bien des surprises. Voici un tour d'horizon sur ce statut et  ses nombreux pièges .

La création

Pour la création rien de plus simple, il faut se connecter sur:

https://www.cfe.urssaf.fr/autoentrepreneur/CFE_Bienvenue

et suivre la procédure en quelques clics. Ce service est gratuit et très rapide. Mais attention, le résultat de la recherche du mot "Auto- Entrepreneur" sur les moteurs de recherche comme Google affiche des sites payants, ou propose des services souvent inutiles et payants ... Autre possibilité,  se rendre au CFE (Centre de Formalités des Entreprises) installé à l'URSSAF.

 

L'enregistrement

Les auto-entrepreneurs sont dispensés d'immatriculation au RCS (registre du commerce et des sociétés) ou au RM (répertoire des métiers)

Cependant, à compter du 1er avril 2010,  pour les activité libérales ou commerciales, et notamment les artisans, la dispense sera levée, et l'enregistrement deviendra obligatoire, même pour ceux qui sont déjà en activité.

 

L'éligibilité

Pour pouvoir bénéficier du régime d'auto-entrepreneur,  il y a une limitation sur le chiffre d'affaires :

- 80 300 €  pour une activité de vente de marchandises, d'objets, de fournitures, de denrées à emporter ou à consommer sur place ou pour une activité de fourniture de logement,

- 32 100 €  pour les prestations de services relevant de la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou des bénéfices non commerciaux (BNC).

En cas de création en cours d'année, le chiffre d'affaires est au prorata du temps: par exemple une entreprise de service créée en juillet 2009 ne doit pas dépasser 16 050 € correspondant à 6 mois d'activité.

Certaines professions sont réglementées et ne donnent pas droit au statut d'auto-entrepreneur (majorité des entreprises immobilières, location de marchandise ...)

Un employeur, ancien ou actuel, ne peut être auto-entrepreneur. Cependant on peut cumuler le statut d'auto-entrepreneur et de salarié,  d'auto-entrepreneur et de chercheur d'emploi, grâce aux systèmes de l'ACCRE (Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d'Entreprise). Les jeunes de moins de 25 ans peuvent également  créer leur auto-entreprise et bénéficier des exonérations de l'ACCRE .

Lire la suite