Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 juin 2009

Les résultats européens des élections du 7 juin 2009

elections europennes 2009.jpg

C’était le 30ème anniversaire de ces élections au suffrage direct, la 7ème élection et la 1ère  concernant les 27 états de l’Europe.

375 millions d’électeurs, dont 45 millions de français devaient voter pour élire 736 députés dont 72 français.

La principale observation est commune à tous les états : le taux d’abstention est très élevé : 58% pour l’Europe et 59% pour la France. Ce taux s’est accru depuis la précédente élection de 2004 et les jeunes sont particulièrement concernés.

L’analyse de cet échec électoral massif quant au fonctionnement des démocraties est presque impossible puisque l’abstention, c’est vouloir « se taire ».

Des hypothèses explicatives pourtant sont communes à divers états :

  • détournement du scrutin par une nationalisation non pertinente de l’élection,
  • déficit de pédagogie politique pour énoncer des positionnements clairs et des priorités pour le futur, pour définir un modèle spécifique et un projet refondateur,
  • faiblesse et brièveté dans le temps des stratégies occultant les forces acquises par l’Europe, dont la paix durable et la résistance de l’euro dans la crise, au lieu de les promouvoir.

L’intérêt des citoyens pour l’Europe cependant ne peut être nié, de très nombreuses enquêtes de terrain l’attestant, les eurosceptiques sont minoritaires.

Les forces de droite, conservatrices, progressent en général, les partis écologiques aussi, mais dans une moindre mesure.

En Autriche, Finlande et Hongrie, les partis d’extrême droite se renforcent, contrairement au Front National.

La France s’émancipe de la domination de deux seuls grands partis, du fait du bon résultat de la liste « Europe Ecologie » et de l’existence de plusieurs autres listes, sans pouvoir deviner l’avenir de cette situation politique.

Publié dans Europe, France | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, france, europe, européennes, élections | | |  Facebook

12 juin 2009

Vin blanc + Perrier = Champagne !!

puteaux_vin_rose_coupe.jpg

Si cette équation vous paraît choquante, il devrait en être de même pour : Vin blanc + vin rouge = rosé.

Un petit cours d'œnologie, peut-être nécessaire, vous permettra  de soutenir les « terroirs » lors des discussions  auxquelles vous participerez. C’est un sujet d’actualité puisque la Commission Européenne, sensible aux protestations de la France et de l’Italie, en particulier, vient de renoncer à ce projet.

Explications

Certains cépages (variétés de raisin) ont la caractéristique de pouvoir donner du blanc, du rosé, ou du rouge.

En effet, ce qui donne la couleur au vin n'est autre que la peau du raisin, et non le jus. Ainsi lors des vendanges, pour faire du vin rouge, il faut retirer la rafle (morceau de « bois » qui tient les raisins) et laisser macérer la peau du raisin avec le jus pour que les pigments de couleurs contenus dans la peau du raisin se diffusent dans le jus.

La différence entre le vin rosé et le vin rouge, réside dans le fait que la macération se fait :

  • avant la fermentation pour le rosé
  • pendant la fermentation pour le rouge

Lire la suite

Publié dans Europe, France, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, france, europe, vin, champagne, perrier | | |  Facebook