Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 octobre 2011

Primaire présidentielle 2012 : Ségolène Royal

ségolène royal,primaire de la gauche,socialisme,élection présidentielle 2012

LETTRE A TOUS LES RESIGNES ET LES INDIGNES QUI VEULENT DES SOLUTIONS. SEGOLENE ROYAL. PLON. 9 €.

www.desirsdavenir.org

ségolène royal,primaire de la gauche,socialisme,élection présidentielle 2012

En 2007, Ségolène Royal est arrivée au second tour de l’élection présidentielle avec 17 millions d’électeurs derrière elle. Plusieurs fois ministre, elle est Présidente du Conseil Régional du Poitou-Charentes, qui est son laboratoire de solutions. Elle vient d’y créer une banque publique d’investissement pour les Petites et Moyennes Entreprises : 33 millions d’euros de crédits régionaux seront mis à disposition en 2 ans, davantage ensuite à partir d’apports de la caisse des dépôts ou d’investisseurs privés. Elle souhaite un « Small business Act » (www.ec.europa.eu)  aux niveaux national et européen. Une société d’économie mixte produira de l’électricité solaire. Elle continue d’appliquer localement des propositions fortes de son programme pour la primaire de la gauche. C’est l’honnêteté de la politique par la preuve. Quelle plus belle preuve que de pouvoir rendre des comptes sur la façon dont on a exercé ses responsabilités politiques, que d’en faire le bilan et la démonstration de l’efficacité, de la volonté de s’engager sur un nouveau modèle de croissance économique, écologique et sociale.

Ségolène Royal est une candidate très déterminée, libre dans ses relations avec le PS, qu’elle surplombe. Son programme, entre la défense ferme des valeurs traditionnelles et la conscience pertinente du futur, appelle un large rassemblement allant des altermondialistes, à la gauche de la gauche jusqu’aux Centristes humanistes et aux Gaullistes républicains. Elle emprunte d’ailleurs au Général de Gaulle l’ambition de « Viser haut et se tenir droit ». Depuis 4 ans, elle a acquis, par ses déplacements, une connaissance concrète du  monde avec laquelle aucun autre candidat ne peut rivaliser. Elle a mené aussi de nombreux dialogues avec des chefs d’Etat très divers, hommes et femmes, pour en appliquer des leçons (Lula da Silva, Manmohan Singh, Tarja Halonen, Dilma Roussef, Michelle Bachelet, Christina Kirchner)…

Le programme collectif de la gauche reprend plusieurs de ses propositions. La plus grande injustice, pour elle se situe entre ceux qui subissent leur vie et ceux qui ont les moyens de leur liberté. Il faut arrimer solidement l’une à l’autre la responsabilité individuelle et la solidarité équitable qui sont aujourd’hui très affaiblies, voire détruites. Je veux, écrit-elle, une France qui protège et qui avance. Je propose aux Français de construire un ordre social juste, appuyé sur la force citoyenne de chacun d’entre vous, de chacun d’entre nous.

Ségolène Royal adhère, contrairement à ses concurrents, à la Démocratie participative. Dans son livre de 156 pages, elle s’adresse directement aux forces citoyennes et propose aux Indignés et Résignés de se mettre en mouvement pour les rejoindre. Attachée à l’Europe, elle veut construire, marche après marche, les Etats-Unis d’Europe  et propose des règles pour moraliser le système financier dont la création d’une agence publique de notation et l’interdiction, pour les banques, de spéculer sur la dette des états.

Si la priorité de François Hollande est la jeunesse, celle de Martine Aubry, l’emploi, Ségolène Royal veut faire de la France un pays d’entrepreneurs, la première puissance écologique d’Europe. L’éducation (formation des enseignants, internats et classes relais, rapprochement entre les Universités et les Grandes Ecoles, droit égal au Savoir et à l’Art), la sécurité (l’encadrement éducatif militaire, la fin de la politique du chiffre), la réforme bancaire, la politique européenne, ramènent au programme collectif, avec davantage de courage cependant, dans l’expression. Sa politique pour les banlieues se démarque, parce qu’elle les connaît bien et ses mesures pour les minorités invisibles (femmes seules, travailleurs âgés) lui sont personnelles. L’égalité homme-femme passe par l’éradication des violences faites aux femmes et par le combat contre le sous-emploi des femmes. Elle définit aussi des mesures spécifiques pour les outre-mers. 

Les entreprises du CAC 40 seront davantage imposées à partir d’une réforme juste du système fiscal. Les comptes excédentaires en début de mois seront rémunérés, puisqu’ils sont pénalisés en cas de découverts, la distinction sera faite entre les activités spéculatives et les activités d’investissement, les bonus individuels seront prohibés et les paradis fiscaux interdits, L’ordre social juste c’est un équilibre entre les droits et les devoirs. C’est un contrat donnant-donnant, sans tricheurs ni prédateurs. Il s’agit de construire des compromis dynamiques afin de dépasser les oppositions dans l’intérêt bien compris de chacun .C’est ce que j’appelle des «  cercles vertueux ».

Ségolène Royal rejoint les chefs de gouvernements du monde et les ONG qui disent l’urgence d’un modèle alternatif de développement qui assure la prééminence de l’intérêt général sur les intérêts particuliers et sur la loi du plus fort. Un nouveau modèle dont le critère ne soit plus la boulimie financière de quelques-uns, mais le développement humain et la vie digne à laquelle chacun a droit. Les pays malmenés par la crise ont besoin d’un état anticipateur, porteur d’une vision à long terme de l’intérêt général. Morale et croissance, justice et performance économique, voilà ce qu’il faut conjuguer et mesurer à l’aide d’indicateurs de développement humain plus représentatifs que l’archaïque PIB.

Les cinq candidats socialistes à la primaire de la gauche.

Manuel Valls, nouvelle génération, insiste sur la rigueur budgétaire et la sécurité.

Arnaud Montebourg, comme Manuel Valls, s’oppose au projet de « régulation » du PS, qu’il estime dépassé, il refuse le libre-échange et défend une démondialisation verte.

Martine Aubry et François Hollande restent proches, mais Martine Aubry incarne un socialisme central sérieux et ambitieux tandis que la prudence marque les interventions de François Hollande.

Ségolène Royal constate que ses idées novatrices de 2007 ont été finalement intégrées au projet du PS.

LA PRIMAIRE CITOYENNE AURA LIEU LE DIMANCHE 9/10/2011

Annie Keszey

LE Rêve français. François HOLLANDE.

françois hollande,le rêve français,primaire  de gauche,socialiste,changement,justice fiscale,priorité à l'école

Discours  et entretien (2009-2011). Editions Privat. 9.80 €.

Après avoir si souvent porté la parole collective, j’ai voulu faire entendre une parole singulière. J’ai travaillé, rencontré, écouté. De ces échanges, j’ai tiré l’énergie d’une candidature et l’intuition des priorités à mettre en œuvre.

www.francoishollande.fr

françois hollande,le rêve français,primaire  de gauche,socialiste,changement,justice fiscale,priorité à l'école

Le programme de François Hollande couvre 286 pages d’entretien avec quatre journalistes puis de discours prononcés dans diverses villes de France de juin 2009 à juillet 2011. François Hollande est député et Président du Conseil Général de Corrèze. Il fut Premier Secrétaire du Parti Socialiste, avant Martine Aubry.

La France n’avance que si elle est portée par une grande ambition. Je propose de reprendre ce rêve français, ébauché par l’esprit des Lumières, dessiné par les révolutionnaires en 1789, affirmé dans la fondation de la République, renouvelé avec la Résistance…Ce rêve de progrès, d’égalité, de justice, de partage, de force collective et de destins individuels qui s’unissent pour faire la France.

La social-démocratie doit redéfinir son modèle. L’avenir du Parti Socialiste (PS) dépend de notre capacité collective à réduire deux tensions : unité/diversité et pouvoir/protestation.

Le PS reconnaît l’économie de marché, mais est un antilibéralisme économique, puisqu’il fait prévaloir les valeurs de solidarité, d’égalité, de réciprocité sur les critères de rentabilité, d’immédiateté ou de rareté.

Arnaud (Montebourg) a fait de la démondialisation son axe de campagne, mais la France ne peut pas prendre le risque de se replier. Quant à Manuel (Valls), il traduit à juste raison le besoin de renouvellement. Les socialistes ne dirigeront pas seuls le pays : je  propose aux écologistes la même diminution du nucléaire civil que l’Allemagne : 50% de la part du nucléaire dans la production d’électricité en 2025.

Le prochain président devra combattre le fatalisme économique, la rancœur sociale et le scepticisme politique. Mais je ne veux pas d’un « omniprésident ». La concentration du pouvoir a conduit paradoxalement à son impuissance. Etre un président « normal », c’est être un président républicain garant des principes fondamentaux. Le chef de l’Etat incarne à la fois une espérance d’action et une référence de stabilité.

L’Union Européenne pourrait au moins se mettre d’accord pour s’en prendre aux paradis fiscaux, aux agences de notation, aux bonus bancaires, aux profits dérivés. La France limitera les écarts de rémunération et envisagera la suppression des stocks options. L’Europe a besoin de traités d’harmonisation fiscale, sociale, budgétaire, économique, voire énergétique. Elle a besoin d’un nouvel élan mené par le couple franco-allemand. Il faut que l’Europe emprunte à la place de la Grèce et que l’Europe puisse régulièrement emprunter.

J’entends défendre une France ouverte et européenne, qui envisage de vraies relations d’égalité pour le développement des pays les moins avancés.

Les jeunes sont aujourd’hui sacrifiés. Ils sont d’abord frappés par les difficultés du système éducatif, producteur d’inégalités et par l’inadaptation des formations. Nous sommes au 24ème rang sur les 27 pays de l’Union Européenne en matière d’emplois des jeunes. L’idée de  « contrat de génération » procède d’une volonté de solidarité intergénérationnelle : il incitera les entreprises à embaucher des jeunes et à les faire former par des seniors. L’employeur sera exonéré de cotisations sociales sur les deux emplois. (Martine Aubry ne partage pas cette proposition). La redistribution consistera en particulier à s’occuper des pauvres, des enfants pauvres qui sont 2.7 millions, en France, à vivre sous le seuil de pauvreté et le plus souvent dans des familles monoparentales.

La dette est mon ennemie et je la combattrai car je suis conscient des dangers et des menaces qu’elle fait peser sur la France et sur l’Europe, avec une spéculation qui ne ralentira pas si l’Europe n’est pas capable de fédérer les énergies et d’apporter une réponse politique rapide.

Une loi de programmation pour l’école prendra pour premier acte la fin de la suppression des postes dans l’Education Nationale : les moyens seront sanctuarisés. Le second acte est la reprise de la formation des enseignants. Le troisième acte est l’augmentation des jours d’école.

Le candidat Sarkozy s’est laissé aller à des formules dangereuses : la « racaille » devait être éradiquée à coup de « Karcher »comme si la sécurité pouvait être assurée à coups de menton comme hier à coups de bâton. La lutte contre la violence se gagne quand tous les leviers sont actionnés en même temps : l’éducation par la famille, l’apprentissage des règles dans l’école, la prévention par des associations, la présence des forces de sécurité, la répression quand elle est nécessaire, la sanction, les établissements pour mineurs délinquants, la réparation pour les victimes…

Garantir l’exécution des décisions de justice est une garantie contre les récidives, à condition de faire de la prison un lieu de réinsertion et pas seulement le lieu de la punition. Conciliation et médiation doivent être encouragées pour désencombrer les tribunaux. Le coût d’accès à la justice doit baisser sérieusement.

L’esprit d’entreprise est le contraire de l’esprit de rente. Nous avons besoin de davantage de PME et surtout de les faire grandir. De même l’artisanat reste un formidable potentiel à condition de lui éviter des concurrences déloyales (comme l’auto-entreprise).

Un commissariat général au Plan concevra une stratégie de ré-industrialisation  sur dix ans. Une meilleure affectation de l’épargne vers un livret « industrie », à l’image du livret A, financera les entreprises innovantes.

En politique étrangère deux priorités s’imposent : les efforts constants pour aboutir à une paix durable et à  une sécurité permanente entre Israéliens et Palestiniens ; le soutien aux révolutions arabes.

Les négociations d’adhésion de la Turquie à l’Europe doivent être menées à leur terme et loyalement. J’y ajouterai,  pour ma part, la reconnaissance du génocide arménien.

A ces extraits discontinus, incomplets, il convient d’ajouter l’essentiel des propositions de Martine Aubry exposées dans sa lettre aux Français : base commune aux candidats socialistes.

 

Martine Aubry, François Hollande.

Ces deux candidats socialistes sont idéologiquement, politiquement et professionnellement très proches, peu différentiables dans leur projet. François Hollande, par son livre, nous permet d’accéder à des propositions concrètes plus nombreuses mais tous deux produisent un travail d’analyse méticuleux, réaliste, de la situation et ne dérogent pas aux valeurs théoriques socialistes.

Le vainqueur de la primaire socialiste aura besoin ensuite de tous les talents pour concrétiser, chiffrer, approfondir les nécessités absolues : croissances-décroissances-stabilisations*, éducation, justice sociale, industrialisation verte, primauté de l’économie réelle, amélioration des relations.

« Travaillons à diagnostiquer, à transformer. Travaillons à relier, toujours relier.

Répétons-le : les réformes sont solidaires. Elles ne sont pas seulement institutionnelles, économiques, sociales, elles sont aussi mentales, et nécessitent une aptitude à concevoir les problèmes globaux et fondamentaux, aptitude qui requière une réforme de l’esprit…L’espérance n’est qu’illusion si elle ignore que tout ce qui ne se régénère pas dégénère.

La question vitale du XXIème siècle est celle de la Voie nouvelle et de la métamorphose. » Edgar Morin*.

www.atelier-idees.org

Annie Keszey

Programme  suivant : Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solutions. Ségolène Royal.