Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 octobre 2009

Pourquoi l'Académie de Créteil ridiculise l'Enseignement Professionnel ?

academie_creteil_puteaux.jpg

Pourquoi l'Académie de Créteil ridiculise l'Enseignement Professionnel ?

Un vent de modernité souffle sur notre pays ces dernières semaines. Confrontée aux ravages de la crise financière, la France ne s'en laisse pas compter en développement son sens du génie et de l'innovation. Une idée originale nous arrive cette semaine de l'Académie de Créteil qui se lance dans l'Enseignement Professionnel qui « paye » ses élèves pour assister à leurs cours !

Le chantier national de l'Education Nationale visant à lutter contre l'absentéisme à l'école a trouvé, pour l'enseignement professionnel, un porte-parole de choc en la personne du Recteur de l'Académie de Créteil qui justifie cette nouvelle mesure pour palier la désaffection de ses élèves dans trois Lycées Professionnels de son secteur.

Dès le lundi 5 octobre, les élèves concernés signeront un engagement de présence et d'assiduité aux cours qui sera récompensé en retour d'une cagnotte versée à l'ensemble de la classe pour le financement d'un voyage de fin d'année ou des cours de Code de la route. Cette cagnotte pourra s'élever jusqu'à 10.000 €. Cette mesure pourra être étendue à la rentrée prochaine à une trentaine d'autres établissements.

Cette idée n'est en rien novatrice. Elle porte gravement atteinte au travail mis en œuvre par les professeurs de ces établissements qui subissent déjà une ségrégation vis-à-vis de certains de leurs collègues du général. Elle assène un coup violent à l'image de la filière professionnelle où, ses élèves ne seraient qu'un ramassis de cancres qui passent en courant devant la porte de leur Lycée. Elle déresponsabilise un peu plus les parents et les élèves qui pourraient considérer que l'Ecole est devenu un ticket de loterie où si tu grattes au bon endroit tu gagne une récompense !

Lire la suite

23 septembre 2009

Le panier de crabes : les dessous d'une campagne électorale

veronique vasseur_panier de crabes.jpg

Ce texte suit une précédente publication du site: « Vers la fin de la bipolarisation politique ».

Véronique Vasseur, médecin, travaille à l'Assistance publique des Hôpitaux de Paris. Elle fut médecin-chef à la prison de la santé. Elle est l'auteur de plusieurs livres dont Médecin- chef à la prison de la santé et l'Hôpital en danger. Ces publications sans complaisance vont l'estampiller « pasionaria » des détenus ou « grande gueule socialisante »

Avant 2006, année de son immersion dans le militantisme, comme représentante de la société civile, Véronique Vasseur n'avait jamais fait de politique.

Elle n'est ni de droite, ni de gauche, favorable à un libéralisme mesuré et social.

Du fait de sa notoriété, l'UMP l'appelle pour être candidate aux législatives, dans la 10ème circonscription de Paris, imprenable par la droite, lieu d'échec pour Jacques Toubon. L'UMP la rappelle une seconde fois pour devenir la tête de liste aux élections municipales de Paris, dans le 13ème arrondissement, imprenable ! Elle  accepte parce qu'elle idéalise le pouvoir de Nicolas Sarkozy, désirant changer les choses au profit de la société.

Elle perd ces élections. Elle perd ses illusions.

Son livre décrit avec expertise et sensibilité ses deux campagnes électorales, « cavales en politique, dans un panier de crabes ». Ses observations, critiques et propositions sont une mise en cause pertinente des campagnes électorales et des partis politiques.

Les extraits suivants ne sont qu'une partie très limitée du témoignage de l'auteur qui détaille, dans son livre, ses prises de position.

Lire la suite