Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 octobre 2009

Jean Sarkozy ou le dilemme de l'EPAD

nepostisme_jean_sarkozy_epad_puteaux.jpg

Jean Sarkozy, jeune fils du Président de la République, conseiller général des Hauts- de- Seine pour le Canton de Neuilly-sur-Seine sud, est candidat à la présidence de l'Etablissement public d'Aménagement de la Défense (EPAD).

Cette candidature interpelle légitimement sur l'impartialité du pouvoir en place mais « Jean » est le « bouc émissaire » d'une nouvelle campagne contre le Népotisme français, permanent, enraciné dans des siècles de Monarchie et entretenu par des courtisans républicains.

Le lynchage médiatique, procédé barbare, n'apporterait qu'une réponse éphémère à cette exception héréditaire.

Les promesses politiques de tous bords d'une « autre civilisation », d'une « société humaniste » supposeraient plutôt l'organisation d'un « GRENELLE » REFONDATEUR DES VALEURS DE LIBERTE, D' EGALITE ET DE FRATERNITE.

Comment une revendication pour l'égalité, sans restreindre la liberté, pourrait-elle rester fraternelle et aboutir ?

A court terme, l'instauration d'une DIRECTION COLLEGIALE pour l'EPAD, induisant un travail d'équipe pour gérer la complexité, serait une modernisation de sa gouvernance et un apaisement entre les générations.

L'AGE

Jean Sarkozy a 23 ans. Il fut élu conseiller général à 21 ans et président de son groupe UMP-Nouveau Centre a 22 ans. Il devrait obtenir sa licence en droit, fin 2010.

Les responsables politiques actuels ne forment pas un ensemble homogène par l'âge, ni par l'expérience, ni par le diplôme. Tous ne sont pas diplômés.

Le plus jeune conseiller général du Calvados, non élu, est une femme de 21 ans, fille de maire*. Bonaparte fut Général d'armée à 23 ans et 1er Consul à 30 ans.

La plupart des grands Généraux de l'armée de Napoléon avaient moins de 30 ans, nul n'étant trop jeune pour mourir au champ d'honneur.

Violaine de Montclos rappelle que le duc de Coislin, petit neveu de Richelieu, entra à l'Académie Française à 16 ans. Il en était le doyen 50 ans plus tard !

Le réseau des Ministères français et néerlandais des Affaires étrangères organise depuis 2005 des rencontres de Jeunes Talents issus du monde politique, économique, scientifique, culturel, associatif...

Lire la suite

05 octobre 2009

Pourquoi l'Académie de Créteil ridiculise l'Enseignement Professionnel ?

academie_creteil_puteaux.jpg

Pourquoi l'Académie de Créteil ridiculise l'Enseignement Professionnel ?

Un vent de modernité souffle sur notre pays ces dernières semaines. Confrontée aux ravages de la crise financière, la France ne s'en laisse pas compter en développement son sens du génie et de l'innovation. Une idée originale nous arrive cette semaine de l'Académie de Créteil qui se lance dans l'Enseignement Professionnel qui « paye » ses élèves pour assister à leurs cours !

Le chantier national de l'Education Nationale visant à lutter contre l'absentéisme à l'école a trouvé, pour l'enseignement professionnel, un porte-parole de choc en la personne du Recteur de l'Académie de Créteil qui justifie cette nouvelle mesure pour palier la désaffection de ses élèves dans trois Lycées Professionnels de son secteur.

Dès le lundi 5 octobre, les élèves concernés signeront un engagement de présence et d'assiduité aux cours qui sera récompensé en retour d'une cagnotte versée à l'ensemble de la classe pour le financement d'un voyage de fin d'année ou des cours de Code de la route. Cette cagnotte pourra s'élever jusqu'à 10.000 €. Cette mesure pourra être étendue à la rentrée prochaine à une trentaine d'autres établissements.

Cette idée n'est en rien novatrice. Elle porte gravement atteinte au travail mis en œuvre par les professeurs de ces établissements qui subissent déjà une ségrégation vis-à-vis de certains de leurs collègues du général. Elle assène un coup violent à l'image de la filière professionnelle où, ses élèves ne seraient qu'un ramassis de cancres qui passent en courant devant la porte de leur Lycée. Elle déresponsabilise un peu plus les parents et les élèves qui pourraient considérer que l'Ecole est devenu un ticket de loterie où si tu grattes au bon endroit tu gagne une récompense !

Lire la suite