Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 juin 2009

La fiscalité verte

fiscalite-verte_cle2a9595.gif

La fiscalité verte est un ensemble de mesures incitant les particuliers et les entreprises à consommer moins d’énergie, à rejeter moins de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et à utiliser moins de produits polluants. Des allègements fiscaux récompensent les efforts et inversement.

En mai 2007,  Nicolas Sarkozy a proposé l’instauration d’une TVA à taux réduit sur les produits « propres ».

En mars 2009,   la Commission Européenne y a renoncé.

En Octobre 2007, Nicolas Sarkozy s’est engagé à ce que la révision générale des prélèvements obligatoires se penche sur la création d’une taxe « climat-énergie » en contrepartie de l’allègement de la taxation du travail pour préserver le  pouvoir d’achat et la compétitivité.

La contribution climat-énergie, nationale, devrait faire partie de la loi de finances, mais  en… 2011, si tout va bien !

En Avril 2007, Nicolas Sarkozy a souhaité la mise en place d’une taxe sur le carbone importé applicable aux produits issus de pays qui ne respectent pas le protocole de Kyoto.

Cette taxe aux frontières relève de la compétence de l’Union européenne. De nombreux pays sont réticents par crainte de ne pas respecter les règles du commerce international. Il faudra attendre les résultats du sommet de Copenhague en décembre 2009.

En 2007, dans le programme de l’ UMP pour les législatives, la création d’un crédit d’impôt environnement devait soutenir les ménages et les entreprises réduisant leur consommation énergétique ou investissant dans les énergies renouvelables. Un prêt à taux zéro complétait ce crédit sous certaines conditions.

Ce crédit d’impôt est, en réalité, apparu en 2005. Il a été étendu depuis. En particulier l’éco-prêt à taux zéro de 2009  s’adresse à tous les particuliers souhaitant rendre leur résidence principale plus économe en énergie.

[D’après l’analyse de Karine Le Loët , journaliste à Terra eco. www.terraeco.net].

« Dire ce que l’on fait », en politique, n’égale pas « faire ce que l’on dit ».

Les discours politiques gagneraient peut-être à intégrer les contraintes prévisibles.

Publié dans Ecologie, Fiscalité, France | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, france, fiscalité, écologie | | |  Facebook

16 juin 2009

Les résultats européens des élections du 7 juin 2009

elections europennes 2009.jpg

C’était le 30ème anniversaire de ces élections au suffrage direct, la 7ème élection et la 1ère  concernant les 27 états de l’Europe.

375 millions d’électeurs, dont 45 millions de français devaient voter pour élire 736 députés dont 72 français.

La principale observation est commune à tous les états : le taux d’abstention est très élevé : 58% pour l’Europe et 59% pour la France. Ce taux s’est accru depuis la précédente élection de 2004 et les jeunes sont particulièrement concernés.

L’analyse de cet échec électoral massif quant au fonctionnement des démocraties est presque impossible puisque l’abstention, c’est vouloir « se taire ».

Des hypothèses explicatives pourtant sont communes à divers états :

  • détournement du scrutin par une nationalisation non pertinente de l’élection,
  • déficit de pédagogie politique pour énoncer des positionnements clairs et des priorités pour le futur, pour définir un modèle spécifique et un projet refondateur,
  • faiblesse et brièveté dans le temps des stratégies occultant les forces acquises par l’Europe, dont la paix durable et la résistance de l’euro dans la crise, au lieu de les promouvoir.

L’intérêt des citoyens pour l’Europe cependant ne peut être nié, de très nombreuses enquêtes de terrain l’attestant, les eurosceptiques sont minoritaires.

Les forces de droite, conservatrices, progressent en général, les partis écologiques aussi, mais dans une moindre mesure.

En Autriche, Finlande et Hongrie, les partis d’extrême droite se renforcent, contrairement au Front National.

La France s’émancipe de la domination de deux seuls grands partis, du fait du bon résultat de la liste « Europe Ecologie » et de l’existence de plusieurs autres listes, sans pouvoir deviner l’avenir de cette situation politique.

Publié dans Europe, France | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, france, europe, européennes, élections | | |  Facebook