Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 octobre 2011

Une analyse persuasive de l'actualité politique

Entre les deux tours des Primaires de la gauche.

Philippe Bilger est avocat général à la cour d’appel de Paris. Sur son blog « Justice au singulier », il commente, en général, pour ses lecteurs, des affaires judiciaires.

Actuellement cependant, entre les deux tours des Primaires de la gauche, nouvelle pratique démocratique, il publie une analyse politique « Charles de Gaulle à toutes les sauces », dont un extrait suit.

« Charles de Gaulle, mythifié sans mesure, ne saurait cependant constituer un argument décisif pour toutes les causes. Il est incongru, presque choquant, de le voir mis en avant dans le cadre d'une polémique conjoncturelle, alors que pour l'essentiel, notamment la pratique de l'Etat, l'éthique personnelle et la morale publique, le comportement privé et l'attitude présidentielle, ces quatre dernières années ont été sans doute les plus éloignées qui soient du gaullisme dans ce qu'il avait de respectable pour tous. Il est trop facile de faire surgir le Général à mauvais escient pour oublier sa mémoire quand tant d'épisodes,  d'épreuves et de scandales auraient justifié qu'on y songeât à bon escient ! »

Philippe Bilger articule les paroles et les actes des principaux acteurs politiques du moment : Nicolas Sarkozy, François Fillon, de droite, Arnaud Montebourg, François Hollande, Martine Aubry, Eva Joly, de gauche, Hervé Morin et Rama Yade, des centres. Le site www.philippebilgert.com publie ce texte raisonnable et convaincant terminé par… « la droite est gauche » !

www.atelier-idees.org

Annie Keszey

17 décembre 2010

Brice Hortefeux ignore le droit !

Le tribunal correctionnel de Bobigny, le 10/12/2010, a condamné sept policiers à des peines allant de six mois à un an de prison ferme pour « dénonciations calomnieuses » et « faux en écritures publiques. »

plaider_coupable_hortefeux_maitre_eolas.JPG

BRICE HORTEFEUX, MINISTRE DE L’INTERIEUR, IGNORE LE DROIT

Il a estimé, en effet, publiquement que « ce jugement peut légitimement apparaître comme disproportionné. »

Article 434-25 du Code pénal : Le fait de chercher à jeter le discrédit, publiquement par actes, paroles, écrits ou images de toute nature, sur un acte ou une décision juridictionnelle, dans des conditions de nature à porter atteinte à l’autorité de la justice ou à son indépendance est puni de six mois d’emprisonnement et de 7500 euros d’amende.

Maître Eolas (nom d’emprunt), expert en droit, avec sa rigueur habituelle (et son humour), expose la situation :..« Dans cette affaire, des policiers ont, au cours d’une poursuite en voiture, renversé un collègue. D’un commun accord, ils ont décidé de tous déclarer à l’unisson que le conducteur du véhicule en fuite avait volontairement renversé ce policier, l’accusant donc d’homicide volontaire aggravé puni de la réclusion criminelle à perpétuité. Le conducteur en question a de plus été roué de coup au sol par trois des policiers lors de son arrestation. À l’audience, le parquet avait requis de 3 à 6 mois de prison avec sursis. Le tribunal est allé au-delà, prononçant de 6 mois à un an ferme, et refusant la non inscription au casier judiciaire de cette condamnation pour cinq d’entre eux, qui seront donc très probablement révoqués de la police… Les policiers et le parquet ont fait appel de ces condamnations jugées trop sévères.»

Le site: www.maitre-eolas.fr présente une analyse détaillée.

Publié dans Justice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, politique, ump, hortefeux, police, justice, société, maitre eolas | | |  Facebook