Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 février 2011

Une nouvelle politique contre la pauverté mondiale

bhanduflo115.jpg

L’ ECOLE: CONSTRUIRE POUR INSCRIRE OU INSTRUIRE ?

Des  économistes soulignent l’importance de la santé et de l’éducation comme valeurs et facteurs de croissance. Le rapport de 2009 sur les huit objectifs du millénaire que 189 pays se sont fixés pour 2015  fait état d’avancées réelles mais, malgré cela, l’état de l’éducation et de la santé, dans le monde, n’incite pas à l’optimisme.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, déclare que l’on a progressé vers les objectifs internationaux et William Easterly, spécialiste de l’économie du développement, conclut que toute aide extérieure a été gaspillée.En réalité, il n’y a pas eu d’évaluation.

Il est cependant possible de s’inspirer des essais cliniques pour conduire des programmes pilotes en matière d’éducation et de santé, soutenus par le combat contre la corruption, partout, et l’amélioration de la gouvernance locale. La lutte contre la corruption s’appuie sur la combinaison de deux contrôles : par le haut, par des audits, des contrôles administratifs et par le bas, la supervision  par les usagers. La gouvernance locale peut être améliorée en prêtant attention aux règles qui l’encadrent.

Première titulaire de la chaire internationale 2009 « Savoirs contre pauvreté » au Collège de France, Esther Duflo, professeur au Massachussets Institute of Technology , http://econ-www.mit.edu/faculty/eduflo/, démontre les naïvetés et les approximations qui entendent tout miser sur l’initiative des pauvres et propose une expérimentation scientifique, sans relâche, pour améliorer concrètement leur vie.

Pour tester l’effet des nouveaux médicaments, la recherche pharmaceutique a mis au point « les essais cliniques », un nouveau médicament est testé sur un échantillon choisi au hasard, un groupe témoin recevant le placebo. Le choix aléatoire du groupe témoin et du groupe auquel est administré le traitement garantit que la comparaison entre les deux permettra d’isoler exclusivement l’effet du nouveau produit. Ce n’est qu’après une expérience avec assignation aléatoire qu’un nouveau médicament est approuvé et mis sur le marché.

Lire la suite

28 janvier 2011

Haïti : solidaires ici, ailleurs et toujours. Oui, mais comment ?

solidarité_scoutisme_haïti_puteaux.jpg

Cette formule sur la solidarité partout et toujours, remarquablement humaniste, ne se réalise que très imparfaitement puisqu’elle est sous contrainte: les actions de solidarité publiques relèvent de choix raisonnés, planifiés, coordonnés et surtout hiérarchisés, tant les besoins sont immenses, d’importances inégales et de coûts variables.

La solidarité exclusivement émotionnelle, majoritairement privée, est libre dans ses choix. Souvent éphémère et médiatique, parfois efficace pour les situations d’urgence, elle n’est pas la plus adaptée aux aides de longues durées.

Il y a 8 millions de pauvres en France dont 1.8 millions avec moins de 602 €/ mois et 90 000 sans-logis. Il y manquerait 800 000  logements.

421 millions d’individus, dans le monde, vivent dans une extrême pauvreté.

776 millions d’adultes sont analphabètes.

9 millions d’enfants de moins de 5 ans meurent chaque année de maladies que l’on sait guérir…

Le Maire de Puteaux vient de charger Nadine Jeanne, conseillère municipale d’opposition d’une mission d’observation, à HAITI, afin d’étudier la faisabilité d’une action concrète de solidarité, dans le cadre de la coopération décentralisée.

Lire la suite

Publié dans Monde, Puteaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, puteaux, ps, ump, haïti, solidarité | | |  Facebook