Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juillet 2011

Una ilusion compartida...un espoir partagé

espana_puerta del sol_estoy_indignado.jpg

Un espoir partagé avec les indignés de la Puerta Del Sol...

Des intellectuels et artistes espagnols ont signé un manifeste, marquant leur solidarité avec les contestataires de la Puerta del Sol. En Europe et autour de la Méditerranée, des révolutions, des révoltes ou des manifestations contestataires partagent le rejet du capitalisme financier, fondé sur une économie virtuelle prédatrice et inégalitaire, réclament un pouvoir accru des citoyens et doutent du bipartisme.

Traduction du manifeste

Le discrédit de la politique et les questions permanentes sur la corruption de la vie démocratique ne peuvent laisser indifférentes les consciences progressistes. Les personnes, de différentes idéologies, sont nombreuses à s’être senties exposées au milieu de cette crise économique, sociale et institutionnelle. L’absence d’horizon de la gauche explique le progrès des forces réactionnaires aux dernières élections. Tandis que les marchés financiers imposent le démantèlement de l’Etat- providence, par la recherche de profits démesurés, un gouvernement socialiste a été incapable d’imaginer une autre recette que celle d’accepter les pressions antisociales et de dégrader les droits publics et les conditions de travail…

Mais, ce n’est pas le moment de perdre « l’espoir », parce que la rue et les réseaux sociaux ont investi le domaine politique pour démontrer leur révolte. Cette énergie civique, rénovée et contrastée, a quatre préoccupations décisives ; la régénération démocratique, l’accès à la dignité des conditions de travail, la défense des services publics et le développement d’une économie durable, liée au respect écologique et au service à la personne. Ce sont les grandes inquiétudes du XXIème siècle par rapport à un système de plus en plus avare, qui détruit la solidarité internationale, la dignité de la nature et des êtres humains.

La corruption démocratique s’est montrée la meilleure alliée de la spéculation, séparant les destins politiques de la souveraineté civique et décomposant, de l’intérieur, les pouvoirs institutionnels. Pour cela, il faut rechercher de nouvelles formes de démocratie participative et regrouper en un espoir commun tous les idéaux démocratiques de la gauche démocratique et sociale.

Les pouvoirs financiers comptent sur notre solitude et notre peur. Leurs menaces tentent de nous paralyser, de neutraliser nos consciences, de nous soumettre à la loi de l’égoïsme et du « sauve qui peut ». Mais l’énergie du tissus social peut faire converger les sensibilités diverses à gauche et rencontrer le consensus nécessaire pour créer un espoir partagé.

L’appui et les efforts de tous sont nécessaires, parce que rien n’est écrit et que tout est possible… La mémoire de l’émancipation humaine exige un regard honnête vers les valeurs et le futur. Nous sommes convaincus de la nécessité de reconstruire le présent de la gauche. Et toi ?

indignados_almodovar_penelope cruz.jpg

balthazar_garzon.jpg

Ce manifeste, traduit de l’espagnol, a été signé par Baltasar GARZON, juge de l’Audience Nationale, Pedro ALMODOVAR, réalisateur, Penelope CRUZ, actrice, Juan CAPELLA, titulaire  émérite de la chaire de philosophie du droit de l’Université de Barcelone, Rosalia MERA, cofondatrice de ZARA…

La liste complète des signataires  se trouve sur le site : www.ciranda.net

11 février 2011

Une nouvelle politique contre la pauverté mondiale

bhanduflo115.jpg

L’ ECOLE: CONSTRUIRE POUR INSCRIRE OU INSTRUIRE ?

Des  économistes soulignent l’importance de la santé et de l’éducation comme valeurs et facteurs de croissance. Le rapport de 2009 sur les huit objectifs du millénaire que 189 pays se sont fixés pour 2015  fait état d’avancées réelles mais, malgré cela, l’état de l’éducation et de la santé, dans le monde, n’incite pas à l’optimisme.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, déclare que l’on a progressé vers les objectifs internationaux et William Easterly, spécialiste de l’économie du développement, conclut que toute aide extérieure a été gaspillée.En réalité, il n’y a pas eu d’évaluation.

Il est cependant possible de s’inspirer des essais cliniques pour conduire des programmes pilotes en matière d’éducation et de santé, soutenus par le combat contre la corruption, partout, et l’amélioration de la gouvernance locale. La lutte contre la corruption s’appuie sur la combinaison de deux contrôles : par le haut, par des audits, des contrôles administratifs et par le bas, la supervision  par les usagers. La gouvernance locale peut être améliorée en prêtant attention aux règles qui l’encadrent.

Première titulaire de la chaire internationale 2009 « Savoirs contre pauvreté » au Collège de France, Esther Duflo, professeur au Massachussets Institute of Technology , http://econ-www.mit.edu/faculty/eduflo/, démontre les naïvetés et les approximations qui entendent tout miser sur l’initiative des pauvres et propose une expérimentation scientifique, sans relâche, pour améliorer concrètement leur vie.

Pour tester l’effet des nouveaux médicaments, la recherche pharmaceutique a mis au point « les essais cliniques », un nouveau médicament est testé sur un échantillon choisi au hasard, un groupe témoin recevant le placebo. Le choix aléatoire du groupe témoin et du groupe auquel est administré le traitement garantit que la comparaison entre les deux permettra d’isoler exclusivement l’effet du nouveau produit. Ce n’est qu’après une expérience avec assignation aléatoire qu’un nouveau médicament est approuvé et mis sur le marché.

Lire la suite