Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 mars 2009

L'assurance maladie aux Etats-Unis

medicaid_puteaux.jpgL’assurance maladie universelle française à payeur public unique, exceptionnelle, n’existe pas aux Etats-Unis et la réforme du système de santé pour réduire l’inégalité et l’insécurité est la priorité de l’actuel gouvernement.

En 2009, 20% de la population devra acquitter 80% des frais médicaux et le 1% le plus malade aura besoin de plus de 150 000 dollars de soins. Très peu d’américains peuvent acquitter de tels montants et c’est leur assurance privée qui le fait pour 198 millions d’entre eux, (dans le monde l’assurance maladie est publique, financée par l’impôt ou par des cotisations). Medicare cependant, étatique, couvre les plus de 65 ans, Medicaid protège certains pauvres, les anciens combattants sont assistés : 70 millions d’habitants sont concernés.

15% de la population n’a pas d’assurance, soit 45 millions d’américains

La dépense par habitant en 2004 était de 6.102 dollars pour une espérance de vie de 77.50 ans. Le double au moins de la dépense du Canada, de l’Allemagne, de la France (3.150 dollars) et de la Grande Bretagne : ces 4 pays ayant des espérances de vie supérieures (79,6 ans pour la France).

L’Organisation Mondiale de la Santé classe le système américain au trente-septième rang. Ce coût de 6102 dollars n’indique pas un haut niveau de prestations médicales mais une étrange inefficacité des assurances privées dont les frais administratifs de gestion sont excessifs. De plus, l’absence d’administration centralisée et la multiplicité des payeurs ne permettent pas de négocier le prix des médicaments. Des erreurs dans la géographie des équipements pèsent sur les dépenses. Les frais de gestion représentent 31% des dépenses contre 17% au Canada.

Ces assureurs privés résistent aux remboursements et excluent d’ailleurs, par anticipation, les citoyens à risques ou exigent de leur part des assurances coûteuses. Ils ne financent pas la médecine préventive.

Le système réussit cependant à fonctionner, parce que pour la grande majorité des américains obtiennent leur assurance privée par le biais de leur employeur. Cependant une crise est amorcée, le progrès médical entraînant l’augmentation constante des primes, des employeurs se désistent…Les exclus augmentent, ce qui permet aux inclus d’accéder aux soins de pointe.

medicare_puteaux.jpgLes obstacles à la réforme

Le plan Clinton de 1993 a échoué. Les conservateurs se sont fortement opposés à toute mesure d’un état-providence. Le lobby des assurances privées s’est activé contre l’assurance publique. L’industrie pharmaceutique a craint une négociation des prix des médicaments.

Barack Obama va rencontrer les mêmes obstacles, déterminés, mais sans doute va-t-il agir plus vite que Clinton, dans la période de « son état de grâce ». Il a préparé son action et la vaste majorité des américains, angoissée par la crise, attend ce plan.

L’assurance maladie universelle pourrait se fonder sur 4 éléments :

  • Un tarif unique,
  • L’aide aux plus pauvres,
  • La couverture obligatoire,
  • Le choix entre l’assurance publique ou l’assurance privée (assurances en compétition).

L’arrêt daté de la guerre en Irak dégagera des fonds pour réaliser ce projet.

Les Etats-Unis retrouveraient alors la solidarité et une première réduction de l’inégalité sociale.

Sources : OMS, OCDE, Paul KRUGMAN.

Publié dans Monde, Santé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, usa, santé, assurancemaladie, obama | | |  Facebook

06 mars 2009

Chronique de Pambazuka News : « la crise mondiale a fait voler en éclats le vernis des apparences en Guadeloupe » par Maryse Condé et Luigi Trèfle

L’Atelier des Idées souhaite compléter son article sur les chroniqueurs d’Afrique du Pambazuka News en présentant un texte de Marylise Condé et Luigi Trèfle, qui ont analysé la longue grève qui vient de s’achever en Guadeloupe.

 

pambazuka news_puteaux.jpg

 

Chronique à consulter sur Pambazuka News

Depuis le 5 janvier, la Guadeloupe est agitée par un large mouvement social. Lancé par des forces syndicales et porté aujourd’hui par un collectif global, ce soulèvement qui s’exprime à travers des revendications contre la vie chère et contre un système d’exploitation qui assujettit les populations, porte en lui même des remises en cause plus profondes. Deux cents ans après la fin de l’esclavage, une faible minorité, descendants des «maîtres blancs», contrôlent le destin de toute une population, dans un ordre capitaliste que la Métropole a laissé prospérer et que les populations contestent.

Après un mois d’agitations dont l’intensité est allée croissant, jusqu’à la mort d’un des leaders du mouvement social, dans la nuit du 17 au 18 février, le président Sarkozy a pris les choses en main. Mais pour quelles solutions ? Pambazuka News a invité la romancière guadeloupéenne Maryse Condé et le journaliste guadeloupéen Luigi Trèfle, à analyser les fondements et les perspectives de ce mouvement social dont les racines dépassent l’expression des frustrations actuelles.

Lire la suite

Publié dans France, Monde, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, greve, guadeloupe, pambazuka news | | |  Facebook