Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 février 2020

Puteaux. La moralisation politique.

Nouvelle publication des insultes ordurières passées de Sylvie Cancelloni contre le maire de Puteaux et son fils, à partir d'une haine strictement personnelle et laide. Un tweet, ce jour, évoque S. Cancelloni "une vraie belle profondeur d'âme"... Sylvie Cancelloni, maintenant à LaREM dont la charte impose le respect d'autrui, ne peut être candidate aux élections municipales: elle ne peut représenter le peuple qui mérite mieux. On ne peut trouver  pire horreur linguistique.

[L’avocat de Sylvie Cancelloni, par son professionnalisme, saura distinguer la diffamation, l’insulte, l’injure et le dénigrement.]

Chut ? Non !

Surtout, chers Putéoliens, ne plions pas sous la menace d’une représentante de l’opposition politique locale qui souhaite continuer à s’exprimer sans obstacle, malgré l’impéritie morale que révèlent certains de ses propos.

Critiquer intelligemment une politique publique locale, celle du maire Mme Ceccaldi-Raynaud, par exemple, est une aide judicieuse au progrès collectif, à la condition toutefois de connaître parfaitement les dossiers pour dégager des contrepropositions positives. Ce positionnement, dans l’intérêt général, fondé sur la compétence personnelle, s’oppose aux expectorations inquisitoriales  automatiques,  inopérantes.

Une position critique efficiente n’est hélas pas celle de l’opposante concernée  qui collectionne ses infamies avec son impunité parfaitement admise.

Relevé de « perles » sur le site Twitter de Sylvie Cancelloni, de 2017 à 2015. 

20/06/2016. La pol gnagnagna de la majorité de Puteaux. Pas plus haut que la braguette, on risquerait de regarder l’horizon.

22/05/2016. FOUZYTOUT et Cie ...chez@Joëlle CR.

14/03/2016. # Puteaux : la médiocrité du débat politique. Pour cacher celle de son fils, l’âne, qui refuse de présenter le budget...

13/03/2016. # Puteaux, Joëlle CR, une démocratie pour les nuls...

10/03/2016. Puteaux,# Joëlle CR ...propose de voter des travaux dont l’appel d’offres a déjà été lancé ! Du Ceaucescu* pur jus ... (* Non, écrire Ceaușescu ou ne pas écrire d’ailleurs !)

10/06/2016. Immature, affligeant, le comportement de l’adjoint aux finances, fils de #Joëlle CR.

18/09/2015. Histoire d’une vulgaire profiteuse cachée par un physique de dame patronnesse

20/06/2015. Une star is borning @Hautbourg C pendant qu’une vieille star à  la com indigne@ Joëlle CR entame son naufrage.  

20/06/2015.Intéressant de suivre sur Twitter @Joëlle CR. Ce n’est pas un maire qui s’exprime mais une chipie revancharde. Cela promet ! # Indigne.

14/06/2015. Le bing bang à Puteaux, c’est pour demain. Aujourd’hui un système familial en sursis, caricatural et indigent, reprend du service pour 4 ans.

8/06/2015. # Puteaux a besoin non pas d’un potentat à bout de souffle et d’aboyeurs serviles... Etc.

Mais son mensonge classique politique du 14/05/2015, largement prouvé deux ans plus tard, souligne l’imposture de ces trois dernières années : la même écrivait alors sur Twitter : « Espérer une campagne électorale belle et digne sur Twitter, à Puteaux, loin des invectives et des procès. Cela ferait du bien à la politique. »

Rappelons encore que dans une de ses publications récentes, de mai 2017, on retrouve cette même « grâce épistolaire douce et aimable» ! Le candidat local de La République En Marche aux élections législatives Laurent Zameczkowski, dont elle écrit mal le nom et qu’elle ne connaît pas, « est d’une inexpérience totale avec un côté Jean de la lune, la minceur de son profil professionnel serait un obstacle ) ». Il est assimilé à « un pâle clone ânonnant le catéchisme macroniste ». Quant au maire de Puteaux (cible obsessionnelle, à la fonction jalousée par Sylvie Cancelloni) « elle a tout d’une bleuette (écrire bluette) en matière de compétence et de légitimité » (la légitimité du maire repose légalement sur son élection).

Depuis des mois, particulièrement, les Français ont exprimé leur colère envers les représentants politiques traditionnels, usés, dépassés, inefficaces : c’est une lucidité justifiée.

Annie Keszey.

http://notreputeaux.com

http://rupture-et-metamorphose.org

http://atelier-idees.org

 

 

Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : moralisation politique, dénigrement, sylvie cancelloni | | |  Facebook

01 janvier 2020

Le meilleur maire du monde.

Depuis 2003, le prix World Mayor récompense, tous les deux ans, le meilleur maire du monde. En 2018, « Les maires de la ville » la fondation City Mayors de Londres a décidé de mettre à l'honneur les femmes. En France, anormalement, 16% des maires seulement seraient des femmes. Dans le monde existe cette même inégalité.

        Ce prix est décerné à "celles qui ont bien servi leurs communautés et qui ont contribué au bien-être des villes, à l’échelle nationale et internationale. Pour choisir les nominés, le comité s'est basé sur plusieurs critères comme le "sens aigu des affaires financières, commerciales et économiques", "l'honnêteté et l'intégrité dans la prise de décision", la "répugnance à utiliser le poste de maire pour l'enrichissement personnel" ou encore "l'équité face aux besoins et préoccupations variés des citoyens".

        Mais aussi la "passion pour favoriser la tolérance et l'amitié entre les différentes communautés", la "croyance de travailler avec d'autres villes à l'échelle nationale et internationale", la "vision d'une ville qui offre prospérité, sécurité et bonheur aux futures générations de citoyens", la "conviction que la protection et l'amélioration de l'environnement n'est pas une option mais un impératif absolu" et enfin l'intérêt envers les "groupes de citoyens défavorisés".

        La fondation a institué un code d’éthique, de 11 articles, pour le dirigeant de la ville qui souhaite s’acquitter de ses fonctions au-delà de tout reproche. Ce code est accessible sur :

http://www.citymayors.com

38 maires de 24 pays, dont 4 Françaises, avaient été retenus pour participer au concours.

        C’est Valeria Mancinelli, maire d’Ancona, en Italie, qui a obtenu la première place en 2018. Nathalie Appéré, maire de Rennes, a reçu la mention « Commendation », Martine Aubry, maire de Lille et Anne Hidalgo, maire de Paris, en particulier, ont reçu la mention « Distinction ».

        Une nouvelle élection aura lieu en 2020.

Annie Keszey.