Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 juin 2011

L'inepte Conseil Municipal de Puteaux...

zero_absolu_puteaux.jpg

Suite au témoignage d’Evelyne Hardy, conseillère indépendante.

La politique est un art; si nombreuses soient les connaissances sur lesquelles elle s’appuie, elle demeure un art non seulement par les qualités inventives et créatrices qu’elle exige, mais aussi par sa capacité d’affronter l’écologie de l’action. Par « écologie de l’action », on entend que toute action, une fois engagée, entre dans un jeu d’inter-rétro-actions dans le milieu où elle se déroule, et peut non seulement dériver de sa voie, mais déclencher des forces adverses plus puissantes que celles qui l’ont initiée pour finir par revenir, comme un boomerang frapper la tête de ses auteurs…Saint Just en a révélé les difficultés : « Tous les arts ont produit leurs merveilles ; seul l’art de gouverner n’a produit que des monstres…

En même temps, l’art politique, celui qui se donne pour mission non seulement de réaliser un idéal de liberté, d’égalité, de fraternité, mais aussi d’ouvrir la Voie qui sauverait l’humanité du désastre, doit composer avec le réel pour le modifier…L’art politique doit donc être en auto-examen et en autocritiques permanents…

Or, la pensée politique en est au degré zéro. Elle n’a plus de pensée. Elle n’a plus de culture. Elle ne sait pas que Shakespeare la concerne. Elle ignore les sciences humaines. Elle ignore les méthodes qui seraient aptes à traiter la complexité du monde…

La nouvelle politique obéirait à une double orientation : celle d’une politique de l’humanité, celle d’une politique de civilisation.

Edgar Morin.

L’espoir : à partir d’un zéro politique, on ne peut que progresser.

www.atelier-idees.org

Annie Keszey

Publié dans Conseil Municipal, Puteaux | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

20 juin 2011

CM Puteaux du 17/06/2011 : Ça suffit ! (Evelyne Hardy)

Tribune publiée sur le blog d'Evelyne Hardy

La ligne rouge a été franchie vendredi soir, 17/06/2011, par le Maire de Puteaux et son fils, Vincent Franchi,  au dernier Conseil Municipal. Alors qu’il n’avait même pas pris la parole,  Bruno Lelièvre s’est fait interpeller violemment par le Maire,  sur ses absences, son blog …

A la fin du conseil,  lors d’une question posée par Christophe Grébert sur le rôle des délégués de quartier, le Maire, Madame Ceccaldi-Raynaud, change soudain de ton et de  sujet pour interpeller Bruno Lelièvre sur un tout autre sujet, en lui demandant si, lui, avait fait le compte rendu de son travail d’élu, insistant sur une absence de plus d’un an , raillant son blog qui n’est plus  mis à jour …

La soudaineté de l’attaque, son intervention manifestement préparée, laissent d’abord pantois les élus de l’opposition. Puis Bruno Lelièvre demande la parole pour répondre, ce qui lui est refusé, avec virulence, par le Maire, avec un  « je vous interdis de répondre (sic). »  Des élus de la majorité se mettent ensuite à crier, hurler et huer Bruno Lelièvre qui cherche toujours, dans ce chahut, à prendre la parole.

Bruno Lelièvre,  devant l’impossibilité de parler, se lève, se dirige vers l’estrade où siège le Maire pour lui parler et Vincent Franchi, conseiller de la majorité, arrive à grandes enjambées pour les rejoindre : il menace, invective Bruno Lelièvre, jusqu’à l’estrade où il est alors ceinturé par des amis-conseillers de la majorité qui tentent de le calmer en lui disant de  « faire gaffe, parce qu’il y a des journalistes dans la tribune publique ! »

Ce personnage, élu Conseiller Général  lors des  dernières élections, dans les pas de « maman », nous dispense régulièrement, en Conseil Municipal, ses grognements, bruits d’animaux, cris en tous genres, lors des interventions des conseillers municipaux d’opposition pour couvrir leurs paroles. Il a encore  montré, cette fois, le niveau et la tenue qu’il donne à ses fonctions !

Son comportement aurait pu se transformer en violence s’il n’avait été arrêté à temps par ses pairs.

Je suis révoltée  par cette échauffourée provoquée par le Maire, qui a cherché l’incident. C’est inadmissible de refuser la parole à l’élu incriminé comme elle l’a fait,  abusant de l’autorité que lui confère son statut de Maire.

C’est inadmissible que le Maire n’incarne pas les valeurs de tolérance et de respect de ses conseillers municipaux, jetant des critiques en pâture sur un élu alors  qu’elle sait que les membres de sa majorité sont toujours prêts à s’enflammer, son fils encore plus que les autres. Je suis interloquée également qu’aucun élu de la majorité n’ait le courage, la lucidité, la liberté pour s’opposer à ces pratiques, entrainé  dans une posture où tout le groupe fait corps et où tout semble permis, galvanisé par quelques meneurs et n’osant aucune  prise de position  personnelle.

Un rappel à l’ordre par le Préfet est nécessaire, il reste encore trois années de mandat. Ce climat délétère est  néfaste aux débats et contraire à l’intérêt des citoyens. Ces attaques personnelles sont intolérables. J’en appelle à la raison et aux valeurs fondatrices de notre République.

Evelyne Hardy. Conseillère municipale indépendante.

Publié dans Conseil Municipal, Puteaux | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook