Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 juin 2010

Cracking Art et précarité : épicerie sociale de Puteaux

art et épicerie.jpg

La ville de Puteaux a ouvert son épicerie sociale, le 3 juin, rue Gerhard. Ce lieu d'approvisionnement  en produits alimentaires et d'hygiène, local rénové et sobre, accueillera une demi- journée par semaine, le jeudi de 9H à 12 H, les personnes en difficulté, accréditées par un travailleur social, après un entretien sur dossier. Les « demandeurs » se présenteront d'abord au CCAS, créateur de l'épicerie en partenariat avec la Croix-Rouge, au Service Social de la rue Blanche ou au responsable d'une association caritative, après avoir pris un rendez-vous (Informations reçues du Service Social). Pour avoir accès à l'épicerie sociale, il faut être domicilié à Puteaux depuis 5 ans.

 

Centre Communal d'Action Sociale : téléphone 01 46 92 93 10

Service Social, 34 Rue Auguste Blanche : téléphone 01 41 38 30 10

Ultérieurement, une ouverture en soirée pourrait être organisée afin d'accueillir les personnes qui travaillent. Provisoirement donc, ces bénéficiaires s'y feront représenter.

Cette initiative de Madame Le Maire, pourtant très tardive, mérite aujourd'hui la mention TRES BIEN,  parce qu'elle s'adressera d'abord aux putéoliens concernés par le seuil de pauvreté, même si les conditions générales d'acceptation ne sont pas encore diffusées. Les personnes choisiront leurs denrées et les paieront à 10% du prix du marché. C'est un prix très bas : la plupart des épiceries sociales et des épiceries solidaires proposent les aliments entre 50% et 15% (Emmaüs, à Beauvais) des prix courants.

Lire la suite

Publié dans Puteaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, social, atelierdesidees, puteaux, épicerie sociale | | |  Facebook

01 mars 2010

Puteaux : débat d'orientation budgétaire 2010

blabla de zinc chimulus.jpg

L'action des collectivités locales est principalement conditionnée par le vote de leur budget annuel. Le débat d'orientation budgétaire, obligatoire, précède ce vote. Il a pour but de renforcer la démocratie participative en instaurant une discussion au sein de l'assemblée délibérante sur les priorités et les évolutions financières de la collectivité. Il améliore l'information transmise à l'assemblée délibérante. Il donne aussi aux élus la possibilité  de s'exprimer sur la situation financière de leur collectivité. Il doit se concevoir comme un outil pédagogique associant la majorité et l'opposition.

Le document d'orientation budgétaire.

1. La forme

C'est un document écrit de 5 pages, relativement précis dans sa première partie, (concernant les décisions de l'état  modifiant le financement des collectivités par la suppression de la taxe professionnelle, en particulier), et « vide » quant aux coûts des actions communales.

Il est parvenu aux conseillers municipaux le lundi 22/02 pour le conseil municipal du 26/02. Ce délai, certes légal, est trop court pour  procéder à un examen sérieux.

La Mairie, pour la seconde année consécutive, néglige les conseils du Ministère des Finances sur la nécessité de choisir une présentation écrite et visuelle, rendant accessible, sans la simplifier, la politique budgétaire de la commune.

La forme est indigente, non travaillée, et la mairie de Puteaux devrait s'inspirer de nombreuses autres collectivités nationales.

Divers sites proposent des exemples de documents rigoureux.

Sur www.mairie-caen.fr,17 pages présentent des textes, des tableaux d'évolutions de 2002 à 2009, des graphiques en colonnes et en couleurs, des graphiques en courbes, parfois prospectifs (l'effet ciseau de la croissance annuelle de 2005  à 2012)

Sur www.vandoeuvre.fr, 26 pages présentent également l'orientation budgétaire à partir de documents visuels présentant des évolutions sur plusieurs années et des essais  de projections dans le futur.

Sur www.ville-serignan.fr, les 15 pages incluent un lexique des termes spécifiques pour permettre aux citoyens ordinaires d'accéder au document.

La ville de Rouen et le conseil de Picardie furent cités en exemple pour la qualité de leur présentation sur le site www.colloc-bercy.gouv.fr

Lire la suite