Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 avril 2017

DEUX FUTURS.

...« La France est à la croisée des chemins. L’un mène vers l’abîme et la haine de l’autre ; l’autre, quoiqu’incertain, est porteur de renouveau et d’espérance. Résumons. Notre pays, ballotté par la crise, rongé par l’angoisse identitaire, attaqué par  le terrorisme islamiste, fracturé de toutes parts depuis une dizaine d’années, a donc accouché d’un duo de finalistes qui s’opposent en tous points. D’un côté, les tenants d’une France ouverte, partisans de ce que quelques naïfs biens nés appelaient jadis « la mondialisation heureuse », se sont ralliés au panache juvénile d’Emmanuel Macron. De l’autre, les oubliés de la modernité, les perdants de la robotisation, les sacrifiés de la transition numérique, se sont rangés une fois encore derrière l’oriflamme lepéniste.

L’irruption aussi soudaine qu’inattendue d’Emmanuel Macron comme la progression aussi continue qu’inéluctable de Marine Le Pen sont les deux faces d’un même phénomène. Elles illustrent la mort d’un vieux système, l’épuisement de cette alternance pavlovienne entre partis de gouvernement de droite comme de gauche qui se sont succédé en vain au pouvoir depuis trente ans. C’est cette impuissance commune qui a condamné le Parti socialiste et Les Républicains...

Apparu comme un antidote au déclinisme ambiant, Emmanuel Macron doit renouer de toute urgence avec les classes populaires...S’il se fait défricheur de nouvelles pratiques et inventeur d’un nouveau modèle social, Emmanuel Macron peut contribuer à accoucher d’une nouvelle France, plus moderne, plus juste et surtout enfin apaisée"...Extraits de Renaud Dély. (Marianne n°1048.)

..."Ne nous y trompons pas : la défaite de la gauche désormais désertée par le peuple,  est d’abord une défaite intellectuelle. Sur la société moderne, celle dans laquelle nous allons vivre de plus en plus, la gauche n’a rien à dire en dehors de vagues condamnations morales. Et une gauche qui n’a plus de jugement sur le présent ne peut avoir de programme pour l’avenir. Ce n’est plus qu’une droite un peu balourde, un peu vertueuse. Qui n’a pas compris que le revenu universel du gentil Benoît Hamon ne pouvait pas apparaître dans la conjoncture actuelle comme autre chose  que la généralisation préventive à la société entière de l’assurance chômage." Extrait de Jacques Julliard. (Marianne n° 1048.)

Lâché de toutes parts le candidat de la droite a donné les clés de sa campagne à son courant le plus radical, identitaire et réactionnaire, celui de « Sens commun ». Les modérés de son camp n’ont pu le suivre... « La droite est au beau milieu de Ground Zéro ».

Benoît Hamon, le candidat socialiste, au nom de son Parti,  l’UDI, de nombreux politiques de droite, ont appelé à s’opposer au Front National en votant Emmanuel Macron. Ils sont républicains : qualité majeure dans le monde tel qu’il devient. Jean-Luc Mélenchon : dégagez ! Votre refus d’appeler à voter pour Emmanuel Macron trahit les valeurs de la République que vous affirmiez défendre. Membres équilibrés du Parti Les Républicains, contraignez vos « égarés » à expliciter la consigne de vote de votre Parti : conseiller simplement de voter contre Marine Le Pen est une hypocrisie. Ne cédez pas à l’obscurantisme dangereux de Laurent Wauquiez !  Christine Boutin, démissionnez du Parti chrétien-démocrate!  Annie Keszey.

04 décembre 2016

Révolution. C'est notre combat pour la France. Emmanuel Macron.

Editions XO 2016. 17.90 €.

 En noir : les extraits discontinus originels

Ce livre de 268 pages est divisé en 16 chapitres : Ce que je suis. Ce que je crois. Ce que nous sommes. La grande transformation. La France que nous voulons. Investir dans notre avenir. Produire en France et sauver la planète. Eduquer tous nos enfants. Pour vivre de son travail. Faire plus pour ceux qui ont moins. Réconcilier les France. Vouloir la France. Protéger les Français. Maîtriser notre destin. Refonder l’Europe. Rendre le pouvoir à ceux qui font. Chacun d’entre nous est le fruit de son histoire...

Cette courte présentation d’un livre dense, en 3 pages, ne peut suffire et ne se substitue pas à la  lecture complète.

Emmanuel Macron est  candidat à l’élection présidentielle de 2017 : un candidat singulier, instruit, cultivé, expérimenté, de 38 ans. Il n’appartient actuellement  à aucun parti politique, de droite ou de gauche, et s’adresse à tous les Français, au-dessus, au-delà du tripartisme. Ses études supérieures, ses missions et  professions dans de hautes fonctions des secteurs privés et publics lui ont donné une connaissance de la France d’une profondeur exceptionnelle, rare en politique. Il connaît les évolutions des états soumis à la mondialisation et, à partir d’une conscience aigüe des changements en cours, il propose une VISION pour la France.

Il est  un progressiste (terme exceptionnellement utilisé par François Hollande lors de son renoncement), réformateur, libéral à partir de sa confiance en l’homme, un libéral éclairé : « Pour comprendre la dynamique propre du monde il faut faire preuve de discernement : lutter contre la finance sans finalité et encourager la finance qui permet d’investir. Or, depuis la crise de 2008, nous avons collectivement fait le contraire... » Il veut que les plus pauvres et les plus faibles soient protégés sans être discriminés.  Il consent volontiers à être qualifié d’homme de gauche (c’est-à-dire social). Il comprend la dynamique propre du monde qu’il souhaite changer. En effet, ses propositions d’actions inédites dans les secteurs explorés dans ce livre reposent sur une connaissance rare de la situation présente, ce qui lui permet de distancer, de démoder, tous les politiques connus du moment. Il veut avancer vers une grande transformation sans se contenter de rafistoler un modèle créé pour avant-hier, parce que ce n’est pas la France.

Après la lecture du livre, quelques mots et expressions prédominent, tous inscrits dans des développements pensés  et en dehors du cadre traditionnel, usé: liberté, progrès, égalité, humanité,  justice, honneur, réalisme, autonomie, évaluation , innovation, efficacité, prospérité, mobilité, capital humain, transition énergétique, fibre numérique, économie de l’excellence, nouvelle économie, clean- tech, finance verte, nouvelles protections, nouvelles sécurités,  goût de l’avenir, nouvelle démocratie, homme capable...

 [Les boucliers de son projet sont la laïcité, un bouclier de sécurité qui donnerait la visibilité sur cinq ans aux gendarmes et aux policiers et un bouclier social. Emmanuel Macron pense que le déremboursement des petits soins voulu par François Fillon est une erreur.]

Respectueux de sa famille, attaché à la langue française et à  la  littérature, qu’il connaît, il aime la France. « La France est aimée pour le rang qu’elle tient. La voix qu’elle porte. Pour sa culture, sa force, son peuple, sa langue, ses talents. Elle est elle-même, forte et fière, quand elle tient ce rang. Elle y est toujours prête. Il lui faut simplement reconstituer ses forces. Nous en sommes là...

Affronter la réalité du monde nous fera retrouver l’espérance...

Vouloir la France, c’est vouloir ses valeurs...

Si nous voulons avancer, faire réussir notre pays et construire une prospérité du XXIème siècle dans le droit fil de notre Histoire, il nous faut agir. Car la solution est en nous. Elle ne dépend pas d’une liste de propositions qui ne se feront pas. Elle ne saurait émerger de la construction de compromis bancals. Elle se fera grâce à des solutions différentes qui supposent une révolution démocratique profonde. Elle prendra du temps. Elle ne dépend que d’une chose : notre unité, notre courage, notre volonté commune »...

Emmanuel Macron, par sa formation, appartient à l’élite de la Nation, il le sait, sans appartenir au système ni à l’antisystème parce qu’il est libre et l’a prouvé. Son parcours relève de l’excellence : études de philosophie à Nanterre où il  rencontre le philosophe Paul Ricœur. « ... Aux côtés de Paul Ricœur, j’ai appris le siècle précédent et appris à penser l’Histoire. Il m’a enseigné la gravité avec laquelle on doit appréhender certains sujets et certains moments tragiques »...Il entre à l’ENA et y cumule des stages formateurs au service de l’Etat, à l’ambassade de France au Nigeria puis à la préfecture de l’Oise où il se lie à ceux qui resteront ses amis : Michel Jau, Henry Hermand*, Michel Rocard* (décédés). Bien noté à la fin de l’ENA, il peut choisir et opte pour l’inspection des finances. Il sillonne la France, pendant quatre ans et demi, pour apprendre à analyser, décortiquer les mécanismes multiples qui font la vie de l’Etat et de ses agents. Puis, pendant six mois, il devient rapporteur général adjoint de la Commission pour la libération de la croissance française présidée par Jacques Attali. Il a pu s’ouvrir à de multiples sujets qu’il n’a ensuite jamais quittés. Puis, il choisit  de quitter le secteur public pour le secteur privé : il entre à la banque d’affaires Rothschild.

En 2012, librement, il quitte cette banque pour retrouver le service de l’Etat. IL devient Secrétaire général adjoint auprès de François Hollande, jusqu’en 2014, quand il décide de partir. Plus tard, rappelé par François Hollande, il devient ministre   de l’Economie, de l’industrie et du numérique... « Après les attentats de l’automne 2015, la renonciation à une stratégie indispensable pour saisir les nouvelles opportunités économiques dans notre pays, l’absence de véritable volonté réformiste et d’une plus grande ambition européenne et le choix d’un débat stérile autour de la déchéance de nationalité- débat qui divisait le pays sans apporter de réponse à ce qui venait de se produire- me sont apparus comme des erreurs-voire parfois de véritables fautes politiques. Alors que la crise et la désespérance sociale nourrissaient l’extrémisme et la violence, au moment où nos voisins ont su trouver les solutions pour réduire durablement le chômage, le véritable état d’urgence à déclarer était à mes yeux économique et social. Je n’ai pas dissimulé ces désaccords... »

« ...C’est à mon pays seul que va mon allégeance, non à un parti, à une fonction ou à un homme. Je n’ai accepté les fonctions que j’ai eues que parce qu’elles me permettaient de servir mon pays. Je l’ai dit au premier jour et je n’ai pas varié ensuite. Lorsque les obstacles mis sur ma route, l’absence de renouvellement des idées et des hommes, le manque terrible d’imagination, l’engourdissement général, m’ont montré qu’aucune action  utile n’était plus possible, j’en ai tiré les conséquences en démissionnant. Ma conception de l’action publique, ce n’est ni celle de la gestion de carrière ni celle du ticket dans la file. C’est celle de l’engagement partagé fondé sur le service. Rien d’autre ne compte à mes yeux, et surtout pas les critiques, ou les calomnies de ceux dont la loyauté va, non à leur pays, mais à un système dont ils ont parfaitement compris tout ce que le fonctionnement pouvait leur assurer d’avantages et de prébendes... »

 

Parce que la réforme majeure est celle du système éducatif, il paraît nécessaire d’observer les propositions d’Emmanuel Macron dans le chapitre VIII : Eduquer nos enfants.

« L’Ecole est le combat premier...Car nous devons refuser tout ce qui conduit à l’assignation des Français à leurs différentes origines...Notre système éducatif maintient les inégalités, voire les accentue au lieu de les réduire... Les élèves manquent de confiance en eux et dans l’institution. Les parents sont anxieux. Surtout les enseignants se battent dans l’indifférence d’un système bureaucratique qui ne sait plus reconnaître ni leurs efforts ni leurs mérites...Commençons donc par l’objectif prioritaire d’une école maternelle et d’une école élémentaire plus performantes et plus justes... »

Emmanuel Macron propose un grand plan de réinvestissement concernant aussi les réseaux d’éducation prioritaire, le dédoublement des classes de CP, la formation et l’accompagnement des enseignants, l’investissement dans des personnels non-enseignants et l’amélioration de la médecine à l’école. Le financement se fera en revenant sur plusieurs des dernières réformes inutiles et coûteuses. Il développera la scolarisation précoce, utile pour tous et surtout pour les enfants des milieux défavorisés  afin d’enseigner davantage le vocabulaire et de parfaire l’acquisition du langage. Ce sont en effet les conditions de base reconnues pour apprendre à lire. Il veut désenclaver les quartiers afin de combattre le déterminisme social et scolaire, rétablir les classes bi-langues, réformer l’orientation avant et après le baccalauréat afin d’éradiquer l’actuel gâchis des 100 000 élèves qui quittent le système sans diplôme ni formation et des nombreux bacheliers égarés dans des formations universitaires inadaptées. L’enseignement professionnel, négligé, doit être développé et les entreprises appelées à participer aux formations. La gestion de ces filières serait transférée aux régions. Les défis de l’université ne sont pas minces. Le nombre d’étudiants s’accroit plus vite que les possibilités d’accueil, des millions d’emplois sont en train d’être transformés dans les usines, les banques et les assurances mais l’université ne saisit pas ces opportunités et le taux de chômage reste élevé.

D’autres correctifs au système sont explicités : le recours à l’e-learning  pour renforcer l’apprentissage de la lecture, par exemple.

« Dans ce contexte, si nous voulons réussir, nous devons leur donner davantage d’autonomie pédagogique et de moyens. Protéger les étudiants les plus modestes avec une véritable aide  sociale, permettre aux universités de faire contribuer les étudiants les plus aisés, avoir les moyens d’attirer les meilleurs enseignants, d’ouvrir les bibliothèques universitaires en soirée et en fin de semaine...Comment y parvenir ? Grâce aux enseignants ! »

Emmanuel Macron veut sortir de la rigidité administrative, celle des règles des mutations, des textes réglementaires dont les circulaires qui maintiennent un fonctionnement lourd  et inefficace du système. Il faut développer l’autonomie des écoles, des équipes, des établissements  pour contrer un mode de fonctionnement paralysant et donc faire évaluer ces nouveaux modes de fonctionnement  par une instance  d’évaluation indépendante et puissante. Des équipes pourraient se regrouper et même s’engager dans la création d’écoles, de collèges, de lycées radicalement nouveaux.

« Alors oui, la Révolution de l’Ecole est possible parce que nous la ferons  avec eux. »

Les faiblesses majeures du système éducatif sont parfaitement connues par Emmanuel Macron qui s’engage à y remédier, ce que n’ont pas fait ses prédécesseurs.

Dans un autre chapitre, Emmanuel Macron écrit : « J’ai conscience que cette refonte de l’organisation de l’Etat viendra heurter des habitudes »...Cela vaut aussi pour le système éducatif.

De nombreuses transformations et particulièrement la transformation des institutions européennes rencontreront certainement de très fortes oppositions. Il lui faudra être pédagogue. 

« Les révolutions numérique, écologique, technologique, industrielle qui se profilent, sont considérables. La France doit y prendre part. Elle ne doit pas laisser l’écart se creuser avec les Etats-Unis ou, plus encore, avec la Chine, ce pays-continent qui démontre, chaque jour un peu plus, sa puissance. Nous n’y parviendrons  qu’à deux conditions : relancer l’Europe, notre chance dans la mondialisation, et retrouver la confiance en nous-mêmes, l’énergie qui nous manque depuis tant d’années, mais que je sais présente dans le peuple français. Pour cela, chacun en France, doit, de nouveau, avoir sa place. Pour mener ce combat, la responsabilité du président de la République est immense. Un président n’est pas seulement investi d’une action. Il porte aussi, de manière moins visible, tout ce qui dans l’Etat transcende la politique : les valeurs de notre pays, la continuité de son histoire, et, de manière cachée, la vigueur et la dignité d’une vie publique.

J’y suis prêt... »

Emmanuel Macron ne nous propose pas des rêves mais de possibles réalités inattendues, surprenantes, motivantes : un renouveau du « politique », un lien fraternel sincère entre un sujet d’élite et le peuple : enfin !

Le programme d’Emmanuel Macron sera analysé avec une  concentration exceptionnelle. Le peuple ne veut plus être trahi par ses représentants.

Annie Keszey.

20 juin 2016

Rétablir la vérité. Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron· lundi 13 juin 2016

Ces derniers jours, certains médias se sont fait l’écho de commentaires concernant ma situation de contribuable.

J’y ai d’abord répondu de manière lapidaire, préférant m’exprimer sur les sujets du ministère, et parce que ma situation fiscale est à la fois parfaitement régulière et à jour. Je n’ai rien à dissimuler.

Je soutiens l’idée que l’intimité de chacun doit être protégée. Je défends donc la mienne et celle de ma famille. Le secret fiscal qui protège chaque contribuable n’est rien d’autre que le droit à l’intimité de la vie privée.

Cependant, cette réponse n’a pas empêché certains de propager volontairement doutes, soupçons, et accusations. Des propos qui sont faux circulent pour me discréditer. C’est mon civisme et celui de ma famille qui sont visés par ces commentaires. C’est notre intégrité qui est questionnée.

Après mûre réflexion, j’ai décidé de rétablir la vérité sur ces sujets, même si cela me conduit à révéler ce qui devrait rester privé. 

1) Pour ce qui concerne mon assujettissement à l’ISF :

Je n’ai évidemment jamais rien dissimulé à l’administration fiscale. Je n’ai pas sous-évalué mon patrimoine en vue d’échapper à l’ISF, ni organisé de dispositif fiscal pour échapper à cet impôt.

Des échanges ont eu lieu avec l’administration fiscale au sujet de l’évaluation de la maison de famille de mon épouse au Touquet. Conscient de la nécessité, dans la fonction qui est la mienne, de faire les choses de manière irréprochable, j’ai fait appel à l’un des cinq experts nationaux indépendants près la Cour de Cassation. Cet expert a conduit un travail approfondi pendant plusieurs semaines, a étudié les valorisations des biens comparables situés à proximité, a visité la maison qui avait fait l’objet de travaux en 2011, et l’a au final évaluée à 1,2 million d’euros. Compte tenu des emprunts que j’avais contractés pour des travaux et pour acheter notre appartement à Paris, cette valeur nous plaçait en-dessous du seuil de l’ISF.

De son côté, l’administration fiscale a reconsidéré la valeur de la maison du Touquet. Après discussion, l’administration a arrêté sa valeur à 1.453.255 euros.

Compte tenu de mes fonctions, j’ai accepté cette évaluation administrative et j’ai renoncé à engager plus avant les discussions. Alors que j’estime être parfaitement dans mon droit, il n’était pas envisageable pour moi, comme ministre, d’entamer un dialogue plus long voire une action contentieuse contre l’administration. Le 18 septembre 2015, j’ai donc procédé au règlement d’un ISF, pour les années 2013 et 2014, respectivement de 4.174 euros et 2.264 euros.

Il est donc faux de dire que j’aurais fait l’objet d’une procédure de redressement fiscal, car c’est une régularisation que j’ai moi-même effectuée.

Il est à tout le moins étonnant que près de 9 mois plus tard, ces échanges aient été « révélés » le même jour et au même moment par deux titres de presse différents : ce sont des discussions tout à fait normales et fréquentes entre l’administration et les particuliers, et le sujet était résolu. 

2) Sur mes emprunts :

J’ai lu des interrogations sur les emprunts que j’ai contractés. Voici la situation exacte :

Lorsqu’en 2007 (alors que j’étais fonctionnaire), j’ai acheté un appartement à Paris, je l’ai financé en totalité avec des emprunts car je n’avais aucun apport personnel ou familial. J’ai donc emprunté une partie auprès du Crédit Mutuel, et auprès de mon témoin de mariage, Henry Hermand, une somme de 550.000 euros (prêt personnel à un taux de 3,5 %, déclaré à l’administration fiscale et contracté devant avocat). J’ai remboursé ce dernier à échéances régulières, selon les modalités prévues par le contrat de prêt établi en bonne et due forme. En 2011, j’ai effectué des travaux qui m’ont conduit à contracter un nouvel emprunt au Crédit Mutuel. Lorsque j’ai vendu en 2015 mon appartement parisien, j’ai remboursé intégralement mes emprunts et les intérêts courus, tant auprès du Crédit Mutuel que de mon ami. Je n’ai plus aujourd’hui qu’un prêt pour travaux contracté en 2011 auprès du Crédit Mutuel. Ma situation, y compris ces prêts, a été intégralement exposée et mise à jour dans mes déclarations d’intérêts à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique. 

3) Enfin pour ce qui concerne ma déclaration d’intérêts auprès de la haute Autorité pour la Transparence de la vie Publique :

Certains ont cru pouvoir écrire que j’avais dissimulé des intérêts dans une société. C’est faux.

Dans ma déclaration de 2013, alors que j’étais Secrétaire général-adjoint de l’Elysée, j’ai précisé que j’étais membre du conseil d’administration de la revue Esprit et qu’à ce titre j’en détenais cinq actions. N’ayant plus participé aux conseils d’administration et aux travaux de cette revue – qui n’a d’ailleurs aucune espèce d’interférence avec mon périmètre ministériel –, je ne l’avais pas rappelé en 2014, mais la Haute Autorité en charge des contrôles des conflits d’intérêts en était pleinement informée.

Et comme chacun l’aura noté, il s’agit d’un mandat bénévole et la revue Esprit n’est pas une entreprise commerciale ou spéculative… mais une revue de débats intellectuels.

Voilà les faits. Que tous ceux qui ont pu à mon égard colporter des rumeurs ou tout simplement réclamer plus de transparence s’imposent la même avant de parler.

Sur le terrain idéologique, certains me reprochent d’avoir pu bien gagner ma vie pendant quelques années. Mais qu’ils sachent que je n’ai pas de compte à leur rendre : je suis certes né dans un environnement provincial favorisé, mais pas dans les milieux de la haute finance, de la haute administration ni de la haute politique. J’y suis parvenu par mon travail. Ils pensent qu’avoir été banquier est une lettre écarlate infamante. Qu’ils sachent que ce que j’ai appris durant ces années me sert tous les jours dans ma fonction. Et qu’ils considèrent que j’ai fait le choix de diviser par dix mes revenus en 2012 pour servir mon pays et prendre mes responsabilités. Parce que précisément je ne suis pas réductible à la caricature dans laquelle ils voudraient m’enfermer.

Au lieu de combattre l’image qu’ils se font de moi, celle d’un homme cupide et méprisant, je leur propose de revenir à ce qui fait le seul intérêt de la politique : la construction d’un projet pour nos concitoyens. Le mien est très simple : je me bats pour que chacun, d’où qu’il vienne, réussisse la vie qu’il veut selon ses seuls mérites et talents ; pour que notre société, par des mécanismes de solidarité adaptés au monde d’aujourd’hui, donne à chacun non pas une unique chance, mais une nouvelle chance à chaque moment important de sa vie.

La vie politique peut être le théâtre de désaccords. Je les ai toujours assumés et continuerai à me battre pour mes idées, y compris sur le terrain. Mais la vie politique n’est pas une jungle où tout peut être dit pour salir, où le soupçon remplace la transparence et où les indispensables contre-pouvoirs deviennent un autre pouvoir lui-même intouchable.

Comptez sur moi pour agir en conviction jusqu’au bout et prendre tous les risques mais sans rien céder à la démagogie du moment ni aux médiocrités de tout genre ; sans rien céder non plus sur l’idée que je me fais de la responsabilité d’un citoyen engagé.

Publié dans Fiscalité, France | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : emmanuel macron, rétablir la vérité, isf | | |  Facebook

13 avril 2016

MACRON L'ENCHANTEUR.

Ce titre est celui de la chronique de Gérard Courtois, en page 22 du journal Le Monde du 13/04/2016.

Bien pensé.

Extraits.

« Randonne-t-il au centre ? Roule-t-il pour Hollande ? Court-il à la rencontre de son propre destin ? Ou les trois à la fois ? Les spéculations n’ont pas manqué depuis qu’Emmanuel Macron a lancé son mouvement, En marche !, le 6 avril. Il est vrai que la situation est baroque : un jeune homme de 38 ans, ministre depuis vingt mois à peine, sans mandat ni fief, seulement armé d’une popularité atypique et d’une ambition sans complexe, se permet de dresser un constat d’échec du gouvernement dont il est membre et de faillite de la gauche à laquelle il assure appartenir. Sans démissionner pour aller au bout de son audace. Sans être renvoyé, pour prix de son effronterie.

On verra où le mène cette aventure. Mais il serait prématuré de la balayer, dès à présent, d’un revers de main. Car l’initiative a été conçue soigneusement pour cocher toutes les cases du désenchantement démocratique actuel et tenter d’y répondre...

L’entreprise du ministre de l’Economie paraît symptomatique du marasme où est plongée la gauche... »

A suivre donc !

Annie Keszey.

Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : emmanuel macron, en marche, mouvement politique, gauche | | |  Facebook

20 février 2016

L'AMBIGU MONSIEUR MACRON.

L’AMBIGU MONSIEUR MACRON.Enquête sur un ministre qui dérange. Marc Endeweld, journaliste politique et d’investigation à Marianne. Flammarion Enquête. 330 pages. 19.90 €.

MACRON.jpg

Emmanuel Macron a été reconduit ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, du gouvernement Manuel Valls, lors du remaniement ministériel voulu par François Hollande le 11/02/2016.

Marc Endeweld expose dans son enquête très fouillée, à partir de faits et de témoignages nombreux, la personnalité, les parcours familial, scolaire et professionnel ainsi que l’idéologie et les convictions politiques d’Emmanuel Macron. C’est une lecture dont aucun électeur attaché à la connaissance approfondie de ses représentants ne saurait se dispenser.

Emmanuel Macron est sur le fil du monde politique- un pied dedans, un pied dehors - mais pense au-dessus des partis. Membre du Parti socialiste de 2006 à 2008, il est, depuis, sans étiquette.

Son cas réactualise la thèse du sociologue Pierre Bourdieu exposée dans « La noblesse d’Etat. Grandes écoles et Esprit de corps », aux éditions de Minuit. « ...La noblesse d’Etat qui dispose d’une panoplie sans précédent de pouvoirs, économiques, bureaucratiques et mêmes intellectuels, et de titres propres à justifier son privilège, titres d’écoles, titres de propriétés et titres de noblesse, est l’héritière structurale- et parfois généalogique- de la noblesse de robe qui pour se construire comme telle, contre d’autres espèces de pouvoirs, a dû reconstruire l’Etat moderne, et tous les mythes républicains, méritocratie, école libératrice, service public... »

Extraits discontinus.

Emmanuel Macron appartient à cette noblesse d’Etat et veut s’en distinguer à la fois. Il naît à Amiens le 21/12/1977, dans une famille bourgeoise de province. Son père, médecin spécialiste est professeur de neurologie au CHU d’Amiens, sa mère, pédiatre est aussi médecin-conseil à la sécurité sociale. Sa grand-mère, qui l’éleva, fille de parents illettrés, se hissa au poste de principale de collège : il lui doit son engagement à gauche. Dès la sixième, il entre à La Providence, un établissement privé sous contrat dirigé par des jésuites. A 16 ans, Emmanuel Macron est lauréat du concours général de Français, se passionne pour la musique et décroche le Troisième prix de piano du Conservatoire d’Amiens...C’est dans cette école qu’il rencontre sa future femme, Brigitte Trogneux, (Madame Auzière) fille d’une grande famille influente de chocolatiers, sa professeure de français en classe de première. Elle est totalement subjuguée par les talents d’écriture de son élève...Brigitte pousse le jeune Emmanuel à se dépasser : il gagne un concours d’éloquence organisé par le Rotary Club. Emmanuel Macron quitte Amiens pour entrer en classe de terminale dans le prestigieux lycée Henry- IV du Vème arrondissement parisien où il obtient le bac S avec une mention très bien...

Il parcourt ensuite un long chemin dans les méandres des lieux d’excellence de l’école républicaine : classes préparatoires aux Grandes écoles : khâgne aux épreuves en lettres et sciences sociales et hypokhâgne- Sciences Po Paris avec une inscription parallèle en philosophie à la faculté de Nanterre où il travaille avec le philosophe Paul Ricœur puis obtient un DEA de philosophie sur Hegel. Il intègre ensuite l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) de Strasbourg de 2002 à 2004, puis choisit le corps des Inspecteurs généraux des finances (IGF). L’Inspection générale des finances n’est autre que l’un des corps les plus puissants de l’Etat. Peu nombreux –environ deux-cent soixante-, les inspecteurs des finances forment l’élite de l’élite des hauts fonctionnaires français. En entrant dans cette maison Emmanuel Macron fait désormais partie de l’aristocratie du capitalisme d’Etat et de connivence à la française...En 2008, Emmanuel Macron devient rapporteur-adjoint de la commission sur la croissance économique en France, souhaitée par Nicolas Sarkozy et présidée par Jacques Attali, il en sera membre en 2011. Il rentre à la banque Rothschild, devient banquier d’affaires en septembre 2008 et il y occupera les fonctions d’associé-gérant en 2011. En 2012, il pilote une des plus grandes négociations de l’année, celle du rachat par Nestlé d’une filiale de Pfizer. Il devient millionnaire.

Il quitte la banque et réintègre la fonction publique en mai 2012 puis devient secrétaire général- adjoint du cabinet de François Hollande à l’Elysée. Le 27/08/2014, Emmanuel Macron devient ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique en remplacement d’Arnaud Montebourg et part à l’assaut de la forteresse Bercy : il reste ministre après le remaniement de février 2016

Certes, Emmanuel Macron n’a pas eu de parents énarques ou capitaines d’industrie...mais il dispose d’un sacré capital social selon l’expression de Pierre Bourdieu dans « Les héritiers ».

Ses qualités sont reconnues par ses nombreux interlocuteurs. Il est brillant, extrêmement intelligent, séduisant, il apprend vite, connait ses dossiers par cœur, dans tous leurs aspects, économiques, financiers et techniques. L’excellence de sa faculté de synthèse est plusieurs fois reconnue. Il n’a aucune illusion sur les gens qui l’entourent. On loue aussi sa bonne humeur égale et sa bonhomie. Le flot de ses paroles est d’une précision redoutable. Il est d’une lucidité incroyable sur tous le gens qui l’approchent. Il est beaucoup plus chaleureux que n’importe quelle icône de la gauche. Il ne juge pas les gens d’où ils viennent mais est capable d’empathie avec tous. C’est aussi celui qui suscite le plus de curiosité à l’étranger. Sa parfaite maîtrise de l’anglais le sert et conforte son image quand il intervient par exemple devant les dirigeants de start- up dans la Silicon Valley en Californie ou quand il s’oppose à George Osborne, chancelier de l’Echiquier du gouvernement de Davis Cameron, lors du colloque franco-britannique à Londres en 2013.

Emmanuel Macron a aussi ses procureurs, ses détracteurs. Emmanuel Macron serait ambigu. Le ministre serait finalement devenu le symbole d’une méritocratie républicaine à bout de souffle, où copinages et connivences prennent le dessus, autant de travers qu’il se plait à dénoncer, alors qu’il a lui-même coché toutes les cases... « A Paris, tout le monde a placé Macron » s’amuse l’un de ses soutiens. Tout le monde est l’ami de Macron aussi parce qu’Emmanuel Macron est l’ami de tout le monde...Ses écarts de langage, « bourdes politiques » contre les fonctionnaires, les 35 heures ou le contrat de travail unique, par exemple, irritent épisodiquement. Mais il veut parler « vrai » !

Ce parcours d’exception en peu d’années s’explique par ses qualités et par son aptitude exceptionnelle pour accroître en permanence son capital social en s’insérant dans un réseau large de puissants, réseau diversifié aux relations en liaisons permanentes et utiles. Emmanuel Macron doit sa carrière à sa capacité à se lier aux « Dominants » français et étrangers qui soutiennent ses diverses candidatures et le conseillent dans ses choix d’orientations professionnelles. La liste est interminable : elle est un des intérêts majeurs du livre. Tout citoyen est conscient du rôle des réseaux mais il est rare de pouvoir en mesurer, avec autant de précision, les effets facilitateurs et les privilèges qu’ils sous-tendent.

Le réseau. L’économiste Marc Ferracci, l’homme d’affaires Henri Hermand, Michel Rocard, Jean-Pierre Chevènement, Laurent Bigorgne, Alain Minc, le philosophe Paul Ricoeur, Gilles Finchelstein de la Fondation Jean-Jaurès à laquelle Emmanuel Macron a collaboré, Sébastien Veil, petit-fils de Simone Veil, Sébastien Proto, futur banquier, Boris Vallaud, mari de la ministre de l’Education nationale, l’historien Patrick Weil, Jean-Michel Darrois, puissant avocat d’affaires, Laurent Fabius, André Verchuren, star de l’accordéon, Jacques Attali, Serge Weinberg patron du groupe pharmaceutique Sanofi-Aventis , Olivier Pécoux directeur général de la banque Rothschild et administrateur du groupe Essilor, Jean-Pierre Jouyet, Gaspard Gantzer communiquant de François Hollande, Mathias Vicherat directeur du cabinet d’Anne Hidalgo, Julien Dray, François Hollande, Pierre Bergé...et puis de nombreux grands journalistes, des chefs d’entreprise du CAC 40, des écrivains, des chercheurs, des géographes, certains membres des gouvernements de François Hollande et ceux de la promotion Léopold Sédar Senghor de l’ENA...Depuis 2014, il rencontre son homologue allemand Sigmar Gabriel une fois par mois et téléphone régulièrement à Wolfgang Schäuble, ministre allemand des Finances. Dès 2013, aidé au niveau des institutions européennes par Jacques Attali, il entre en contact direct avec Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroupe et avec Nikolaus Meyer-Landrut, influent conseiller d’Angela Merkel pour les affaires européennes...

Emmanuel Macron dans son rôle de ministre a mené des combats, contre Henri Proglio évincé de la direction de l’EDF par exemple, et subi des épreuves. Il n’a pas apprécié que Manuel Valls utilise l’article 49 alinéa 3 de la Constitution pour imposer sa loi Macron alors qu’il avait tenu compte des amendements proposés par les députés en acceptant d’échanger très démocratiquement avec eux pendant de nombreuses heures.

Emmanuel Macron est un non-élu du peuple, s’il ne se présente pas à une élection future il lui sera difficile de poursuivre une carrière politique surtout que ses soutiens populaires organisés, et sur Internet, sont réduits. Les sondages lui sont favorables. Dans une gauche dépassée, sous la contrainte de la grande finance et de la globalisation, il doit expliquer de quelle manière il compte instaurer le rapport de force nécessaire à l’établissement d’un véritable compromis entre le capital et le travail. Pour le philosophe Olivier Mongin, Emmanuel Macron doit se tourner vers l’avenir : « il faut qu’il arrive à un vrai déphasage. Il ne doit pas être ligoté, ni par Hollande, ni par le milieu de la deuxième gauche. » En pleine crise de la social-démocratie, Emmanuel Macron doit donc tout autant se réinventer que proposer un autre chemin à la France. Il faut qu’il s’ouvre à l’international. Il est encore trop européen, juge son ami philosophe. Il faut qu’il soit capable d’expliquer ce qui se passe en Chine. Et de tracer un nouveau cheminement, de permettre aux Français de retrouver un sens historique...Le 10/07/2015, Emmanuel Macron confiait à El País : « J’aime ce que je fais, c’est-à-dire changer beaucoup de choses...Ce qui m’intéresse, c’est une ouverture, une modernisation, une transformation idéologique de la gauche... »

Bonne lecture ! [Le chapitre 20 « Manuel Valls l’a tué » est un modèle parfait de lutte politique fratricide.]

Image : http://www.mollat.com

Annie Keszey.