Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 janvier 2017

Barack et Michelle Obama en vacances à Palm Springs

 2017 20 01 7.jpgUne des deux rues principales de Palm Springs le 26/12/2016.

Cette ville de Californie accueille des habitants très aisés. Des retraités, de façon durable, et des artistes, en janvier particulièrement, pour le festival annuel du film. La ville possède un patrimoine architectural unique de villas  de style mid-century modern, correspondant aux années de 1933 à 1965. Le temps est beau.

C’est une ville pour l’élite. Barack Obama, diplômé de la faculté de droit de Harward et sa femme, avocate, viennent s’y reposer, nous dit-on! La presse américaine accuse « l’élite » d’être responsable de l’élection d’un nouveau président atypique : Donald Trump.

Barack Obama  est-il le principal coupable  de la défaite de la candidate démocrate ? Le bilan définitif des deux mandats d’Obama n’est pas encore fixé, il oscille actuellement entre deux extrêmes. Pourtant, l’analyse de la cause principale de cet échec,  faite par Stéphane Lauer, est hautement probable.

« En novembre 2008, au moment de l’élection de Barack Obama, les Etats-Unis en pleine crise financière  détruisent plus de 500 000 emplois par mois, propulsant le taux de chômage à 10 % en octobre 2009. Le renflouement du secteur bancaire et automobile par la puissance publique et  les injections massives de liquidités par la Réserve fédérale dans l’économie américaine ont finalement réussi à renverser la vapeur. Sous les deux mandats de M Obama, ce sont 11,3 millions d’emplois qui ont été créés, selon le department of labor. Avec un taux de chômage de 4,7 %, les économistes considèrent que le pays est en plein emploi.

Comment un contexte aussi porteur a-t-il pu générer le phénomène populiste incarné par M Trump ? Une partie de la réponse tient dans la « qualité » de la reprise économique qui n’a finalement profité qu’à quelques-uns, alors que, pour de nombreux Américains, elle a rimé avec déclassement et pauvreté. Au cours des trois années qui ont suivi la crise, 91% de la richesse créée est allée dans les poches des 1 % les plus riches, rappelle le Nobel d’économie Joseph Stiglitz...

Certes l’emploi est reparti, mais le point noir des années Obama, c’est la faiblesse du rythme de la croissance par rapport aux précédentes reprises...

L’une des caractéristiques du marché de l’emploi est sa bipolarisation entre des postes très qualifiés et bien payés et de plus en plus de petits boulots qu’il faut parfois cumuler pour s’en sortir...La crise a divisé le pays en deux avec pour ligne de démarcation l’enseignement universitaire...Finalement l’administration Obama s’est peu attaquée aux mutations de long terme de l’économie, qui ont commencé bien avant son arrivée au pouvoir... 

Pour certains M Obama restera comme le président qui a sauvé l’Amérique de la crise mais pas nécessairement le peuple américain. Il a sauvé non seulement les banques, mais aussi les banquiers, les actionnaires et les détenteurs d’obligations, explique Joseph Stiglitz dans Project Syndicate Sa politique économique a brisé les règles du capitalisme pour sauver les élites, confirmant pour des millions d’Américains la suspicion que le système est, comme Trump dirait, truqué... »

Quel candidat à l’élection présidentielle sauvera la France de son système truqué ?

Annie Keszey.

 

 

19 janvier 2017

Oxfam dénonce l'inégalité économique croissante.

oxfam,inégalité économique,pauvreté,davos,élections,pétition,annie keszeyL’organisation OXFAM publie chaque année un rapport pour promouvoir une économie centrée sur l’Humain.

Le système économique mondial d’aujourd’hui est injuste, il est au service de 1% des plus riches de la population qui détient, depuis 2015, autant de richesses que les 99 % restants.

Huit personnes possèdent autant que les 3,6 milliards des plus pauvres de la population mondiale.

En France, vingt et une personnes, les plus riches, détiennent autant que les 40 %  des plus pauvres.

C’est le résultat d’un capitalisme débridé, d’une évasion fiscale incontrôlée et des pressions sur les travailleurs et les producteurs.

Les exemples stupéfient : Un PDG d’une entreprise du FTSE (les cent entreprises britanniques les plus cotées à la bourse de Londres) gagne en un an autant que 10 000 ouvriers de l’industrie textile du Bangladesh. La fortune de Liliane Bettencourt et de la famille Meyers (selon Challenges, en 2016), de 31,20 milliards d’euros, demanderait 1,8 millions d’années  de travail à un ouvrier au SMIC pour atteindre cette même somme.

Oxfam appelle donc les candidats aux élections présidentielle et législative à agir pour une France solidaire dans le monde.

Les citoyens attachés à la lutte contre la pauvreté sont invités à signer la pétition sur le site d'Oxfam France

 

Annie Keszey.