Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 avril 2009

Logiciels libres : le dilemme des USA

 

logiciel libre_puteaux.jpg

La crainte des éditeurs de logiciels « propriétaires »: Obama s'intéresse aux logiciels libres.

Aux états Unis, le Président américain a chargé Scott McNealy, co-fondateur et Président de Sun Microsystems, de rédiger une étude sur les logiciels « open source », logiciels libres. Ces logiciels constituent une alternative  aux logiciels « propriétaires » (qui permettent à un éditeur de maintenir les clients captifs afin qu’ils ne partent pas vers la concurrence). Les logiciels libres sont gratuits, mis au point collectivement par des informaticiens du monde, soutenus par des utilisateurs. Firefox et google développent le marché des logiciels libres, marché contraire aux intérêts de Microsoft.

Le coût du «  propriétaire ».

Scott McNealy insiste sur les atouts des logiciels libres. Il est d'ailleurs soutenu par l'OSI (Open Source Initiative) et son président, Michael Tiemann. Il n’a pas hésité à annoncer des montants colossaux, directement imputés aux «logiciels propriétaires » : mille milliards de dollars par an de « pertes », dont  400 au minimum pour les Etats-Unis uniquement.

Scott McNealy prône également la création d'un nouveau poste à la Maison Blanche : une personne qui aurait « un réel pouvoir et une réelle compréhension des enjeux de ces changements de logiciels ».

Le financement de la campagne d'Obama et ses conséquences.

Les cinq plus gros donateurs pour Obama étaient :

  • Google (485 961 dollars),
  • Cisco Systems (149 078 dollars),
  • Hewlett-Packard (148 047 dollars),
  • Oracle (134 421 dollars),
  • Yahoo (100 276 dollars).

John McCain a, lui, bénéficié du soutien financier de :

  • Cisco Systems (80 676 dollars),
  • Oracle (36 586 dollars),
  • Intel (29 663 dollars),
  • Sun Microsystems (21 500 dollars)
  • Google (20 600 dollars).

Charles Phillips, président d'Oracle, figure parmi les 17 membres du Conseil d'Experts que Barack Obama vient de constituer pour lui fournir un avis indépendant sur les questions économiques, dans le cadre de son plan de relance.

Obama ne peut  négliger les intérêts contradictoires suivants :

  • Les éditeurs informatiques de logiciels « propriétaires », essentiellement américains, enrichissent le pays, et agissent positivement sur la balance commerciale américaine.

    Ces éditeurs ont financé une bonne partie de sa campagne.

    • Passer en « open source », serait satisfaire des millions d’utilisateurs d’Amérique et du monde.

    Le gouvernement des Etats- Unis n'a donc d'autre choix que de désigner ce Conseil d’Experts pour concilier des contraires, en consultant les entreprises concernées.

    Publié dans Monde, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : informatique, logiciels, gratuit, openoffice | | |  Facebook

    13 mars 2009

    La crise des multinationales de l’informatique

    crise_economique_prehistorique.jpg

    On peut comprendre que des entreprises en difficulté licencient, mais la logique nous dépasse  quand des entreprises largement bénéficiaires et, de surcroît, en progression, licencient.

    Les exemples sont nombreux.

    Dans l'industrie pharmaceutique,  Pfizer licencie  20 000 personnes alors que l'entreprise s’apprête à acquérir la société Wyeth pour 68 milliards de dollars… Des sociétés informatiques licencient.

    • Les sociétés américaines: Texas Instruments: 3400 licenciements, 10% de l’effectif (dont à Nice Sophia Antipolis). Intel: 6000. Sprint Nextel: 8000.
    • La société japonaise Sony : 5000.
    • La société néerlandaise Philips : 9000 (8% de l’effectif).
    • La société suédoise Ericsson : 5000

    En 2008, dans le monde, tous secteurs confondus, plus de 2,5 millions d'emplois ont ainsi été perdus dont près de 600 000 pour le seul mois de décembre 2008.

    Lire la suite

    Publié dans Monde, Travail | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, crise, informatique, entreprises | | |  Facebook