Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 juillet 2016

Une opinion simplette de Jean-Christophe Fromantin.

Jean- Christophe Fromantin a publié une de ses opinions idéologiques sur le site les4verites.com

Comment Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly- sur- Seine  et député, peut-il occulter le fait d’être, lui, un citoyen arc-bouté sur ses avantages, rente de situation et privilèges ? Ignorant du peuple et surtout du monde ouvrier il décline ses critiques fumeuses. Le commentaire du 21 juin 2016, qui suit le texte,  est une réponse intelligente parfaitement adaptée à cette publication primaire.

L’égoïsme contre les réformes 2016 par les4v dans Economie avec 1 Commentaire

Cela fait des années que la France aurait dû lancer des réformes pour s’adapter aux évolutions du monde mais, à chaque tentative un peu courageuse, les gouvernants se heurtent aux résistances et aux égoïsmes de quelques-uns.

Plusieurs de nos concitoyens, arc-boutés sur leurs avantages ou sur leurs rentes de situation, portent une responsabilité très grande dans les difficultés que connaît la France. Ils profitent de tous les droits, jusqu’à oublier parfois qu’ils ont aussi des devoirs.

Ce sont eux – les syndicats minoritaires qui refusent tous les changements, les professionnels de la politique qui gardent leurs mandats à vie, les mouvements « zadistes » qui bloquent les grands projets ou, parfois, de simples Français qui ne voient plus que leur propre intérêt qui, par la priorité accordée à leurs privilèges, ont progressivement anéanti tous les changements indispensables.

Ce refus de partager l’ambition collective d’un pays au nom de son propre intérêt, pèse de plus en plus lourdement sur la France.

Le chômage de longue durée en est une des premières conséquences mais, au-delà de ça, c’est une génération entière que nous sommes en train de sacrifier au nom de l’égoïsme…

Jean-Christophe Fromantin Député-maire (NI) de Neuilly-sur-Seine (92)

Jaures. 21 juin 2016 à 14 h 48 minRépondre

Que veut dire « des réformes pour s’adapter aux évolutions du monde » ? Les réformes proposées par la droite, quel que soit le candidat, ne sont que des punitions pour les salariés: hausse de l’âge de départ en retraite, hausse de la durée hebdomadaire de travail, plafonnement des indemnités de licenciement, baisse des prestations sociales, mise en cause des services publiques,… Même A. Madelin s’est ému d’un tel programme qualifié de « purge ». De l’autre côté, par contre, c’est champagne ! Suppression de l’ISF, de la taxe de 75%, des impôts sur les sociétés,… En somme, une réforme c’est ce qui profite aux riches, aux actionnaires et aux rentiers et qui fait rendre gorge aux salariés. C’est ce que Fromantin nomme « les évolutions du monde ». Mais il est vrai qu’à Neuilly/Seine on connaît le monde.

Annie Keszey.

 

 

 

 

 

 

 

Bas du formulaire

Publié dans France, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean-christophe fromantin | | |  Facebook

11 octobre 2014

LA SUCCESSION DE JEAN-LOUIS BORLOO.

Jean-Louis Borloo, président du Parti Radical et, depuis 2012, de l’Union des Démocrates Indépendants, l’UDI, a mis fin à son engagement politique actif, depuis avril 2014, après 25 ans de travail. Jean-Louis Borloo s’engage dans l’éclairage de l’Afrique. La présidence de l’UDI se renouvelle actuellement. 

Jean-Louis Borloo est un politique hors normes, « loin de toute posture », très travailleur, fédérateur, attaché concrètement au service de l’intérêt général et non dans son seul discours. Sa relation avec autrui, en apparence,  a le plus souvent été souriante, attentive et proche. Il n’a pas été concerné par des malversations cupides pourtant courantes en politique. Son expérience  est étendue et ses initiatives particulièrement conséquentes. Avant sa carrière politique, il a exercé les professions d’avocat d’affaires, (avocat célèbre : Bernard Tapie fut l’un de ses clients), puis de professeur à HEC. Il a connu ensuite toutes les fonctions politiques possibles : maire, conseiller régional, député, député européen, ministre aux attributions nombreuses pendant 8 ans.  En 1996, l’hebdomadaire « Le Point » l’a inscrit dans le club des 15 meilleurs maires de France. Il a su transformer et promouvoir sa ville sinistrée de Valenciennes. Social, attentif à l’ensemble de ses administrés, il y a créé, en particulier, un programme de remise en activité des personnes en difficultés et innové dans la construction des logements. Il présida aussi l’union sportive Valenciennes-Anzin. Concerné par la protection de la terre, ministre de l’Ecologie, il reste le premier artisan du «  Grenelle de l’environnement »  pendant lequel il rechercha le consensus, indispensable en politique, selon lui, pour redresser le pays.  Il n’a pas eu les résultats escomptés. 

Dans « Libre et engagé », publié chez Plon en décembre 2011, Jean-Louis Borloo livre six règles d’or : 

  • Maîtrise des comptes publics et justice fiscale : 50 milliards d’euros dès 2012.

  • 100 % des enfants sachant lire, écrire et compter.

  • Reconquête économique par la production industrielle en France et  stratégie de filière dans tous les domaines.

  • Abaissement du coût du logement de 20 % en 5 ans et construction de 600 000 logements par an.

  • Justice plus efficace, plus sereine, plus libre et mieux équipée. Une seule justice pour tous.

  • Accélération de la transition énergétique et de  la croissance verte.

  • «  Il nous faut revenir sur les valeurs, (écrit Jean-Louis Borloo) et pour nous ces valeurs sont la République, l’humanisme, la solidarité, le respect de l’autre, le refus de toute discrimination, les majorités de projet…C’est dans ces périodes qu’il faut changer nos manières d’agir et sortir des méthodes de gouvernance traditionnelles pour aller vers des modes d’action nouveaux, fédérateurs, partagés et collectifs…La question n’est pas de choisir entre la droite et la gauche mais entre le sursaut ou le déclin… »  

Jean-Christophe Fromantin, député-maire de Neuilly-sur-Seine, est un des candidats à cette succession. Non ! 

Cette candidature à la présidence de l’UDI ne semble pas à la hauteur : l’expérience politique  est réduite, 6 ans par rapport à 25 ans, c’est peu,  la clarté du propos et des choix fluctue. Jean-Christophe Fromantin,  peu apte à sortir des chemins politiques traditionnels inopérants, n’est pas « social», Il souffre aussi d’un mal répandu : celui du décalage entre les paroles et les actes. 

Dans le journal « L’Opinion » du 1/09/2013, contrairement à Jean-Louis Borloo, il s’est dit très réservé quant au rapprochement entre l’UDI et le MoDem : «… ce parti est la quintessence de l’opportunisme politique. C’est une vraie girouette. Il est allié au PS dans beaucoup de territoires…L’UDI est, elle, ancrée dans une alliance de centre droit avec l’UMP ». 

Pourtant, selon le blog de Gérard Lambilliotte, Jean-Christophe Fromantin aurait eu l’intention de voter pour François Bayrou au premier tour de l’élection présidentielle de 2012! 

Critique du « MoDem- girouette », il choisit pour suppléante une parfaite girouette politique de Puteaux, Sylvie Cancelloni, pour l’élection législative du 20/06/2012, « une femme dynamique et compétente » écrit-il.  

Le blog www.notreputeaux.com/archive/2014/01/31 présente, en détail, Sylvie Cancelloni, prisonnière de son labyrinthe. Cette suppléante est plus connue à Puteaux pour son opportunisme politique et le néant de son action communale. Ses engagements variables ne veulent servir que ses intérêts personnels.  

Dans son livre « Le temps des territoires. Pour un modèle de croissance » Jean-Christophe Fromantin déclarait pourtant « L’exemplarité du comportement de ceux qui s’engagent en politique pour le bien commun, est de ce point de vue fondamental… ». Parfois ces duperies politiques sont contrariées et c’est juste : ce ne sont pas les électeurs putéoliens qui ont promu député Jean-Christophe Fromantin, associé  à  cette suppléante controversée, mais surtout ceux de Neuilly-sur-Seine. En mars 2011, Sylvie Cancelloni, pourtant candidate du MoDem, lors de l’élection cantonale, avait été soutenue, paradoxalement, par Jean-Christophe Fromantin, par le PS, précisément  par Arnaud Montebourg et par Europe- Ecologie Les Verts. 

Tête d’une liste Divers droite, cette fois, à l’élection municipale 2014 contre la maire sortante de l’UMP, Sylvie Cancelloni n’a pas conquis la mairie. « L’UMP, cette droite républicaine qui est naturellement notre partenaire politique»,  avait dit Jean Louis Borloo. Alors, Jean-Christophe Fromantin et sa suppléante : pour qui, contre qui et quand ? 

La confusion  et l’instabilité des positionnements politiques ne correspondent à aucune des attentes des électeurs, surtout après l’élection européenne. 

Jean-Christophe Fromantin a certes hérité d’une ville au très faible pourcentage de logements sociaux, inférieur à 5%, mais il n’a pas eu le désir social de changer la donne : en 2013, Joël Cagnon, policier municipal à la retraite, s’est fait le porte- parole des 400 à 500 habitants des HLM des 167 et 169 avenue Charles de Gaulle à Neuilly-sur-Seine, dénonçant l’indécence des logements, l’insécurité, les trafics internes et l’immobilisme des responsables ! Jean-Christophe Fromantin est trop préoccupé par sa promotion personnelle, en un temps court : maire, conseiller général pendant 1 an 1/2, député, vice-président de l’UDI, vice-président de Paris- Métropole, initiateur de l’exposition universelle de 2025, à Paris. Pourquoi en vouloir davantage ? 

Très hautes compétences, désintéressement, sincérité, moralité, humanisme, solidarité, aptitude à rassembler sont les qualités attendues du nouveau responsable de l’UDI. Une succession  fondée sur des copinages, des pressions,  des promesses  factices, des ambitions classiques,  ne saurait correspondre à l’idéal de l’UDI, encore moins répondre au rejet citoyen des partis politiques.  

Une pensée solidaire, reconnaissante et très respectueuse pour Jean-Louis Borloo. Cet avis d’une citoyenne ordinaire hors-partis est adressé à Hervé Morin et à Yves Jégo. Un principe de précaution contraint à éviter actuellement Jean-Christophe Lagarde « aux pratiques épinglées » dans le numéro 912 de Marianne. Annie Keszey.

 

28 mai 2012

LETTRE A JEAN-CHRISTOPHE FROMANTIN, MAIRE DE NEUILLY.

Objet : élections législatives.

limites_stop_mauvais_marketing1.jpg


Monsieur Jean- Christophe Fromantin.
Le numéro 780, de l’hebdomadaire Marianne rappelle un extrait du célèbre discours du 14/01/2007 de Nicolas Sarkozy :… « Mais au-delà de la droite et de la gauche, il y a la République, qui doit être irréprochable parce qu’elle est le bien de tous…».
Jean-François Kahn, dans son livre « Menteurs ! », chez Plon*, relève, avec expérience et minutie, les mensonges permanents de la Droite, de la Gauche et du Centre. Il écrit: jamais, sans doute, depuis l’établissement de notre démocratie républicaine, les plus hauts responsables politiques n’avaient aussi systématiquement, effrontément et cyniquement menti aux Français…Le mensonge est intrinsèque à la politique vécue comme une guerre…*
Dans votre livre « Le temps des territoires », aux éditions François Bourin, vous remotivez vos lecteurs et électeurs puisque vous précisez: « L’exemplarité du comportement de ceux qui s’engagent en politique, pour le bien commun, est fondamentale …»
Vous avez annoncé votre candidature aux prochaines élections législatives, nouvelle que de nombreux citoyens, très confiants, approuvent. Votre suppléante est Sylvie Cancelloni de Puteaux qui a démissionné du MoDem.
Méconnaissez-vous votre partenaire ?
Sylvie Cancelloni, au cœur du clan d’imposteurs d’une partie du MoDem local, (imposture strictement définie dans la publication « Evaluation de la charte éthique de la liste sans étiquette ») appartient à un système politique fini. Le choix de la joindre à votre liste vous appartient mais vous ne pourrez faire campagne sur « des valeurs » sans être contré, ni sans être intégré aux représentants politiques médiocres.
Se taire, quand on sait, est un mensonge par omission*. Je vous transmets donc ce que je sais de Sylvie Cancelloni.
La première impression est celle d’une femme encore jeune, affable, souvent souriante. Facilement « parleuse », elle délaie ses propos en circonvolutions lentes et suaves dont la musique masque pourtant l’essentiel du message. Sa parole se révèle ensuite non pas comme expression d’une conviction mais comme instrument d’une conquête…Le discours devient une arme*.
Christophe Grébert, début 2008, l’a placée en 2de position sur sa liste sans étiquette pour les élections municipales de 2008, justifiant cette faveur par ses qualités remarquables. La liste visait l’excellence! Un accord « secret » avait été fait avec la minorité du MoDem de Puteaux, sans que la majorité des colistiers en soit informée.
A l’époque, la section locale du MoDem de Puteaux avait choisi, par un vote majoritaire, un autre candidat pour représenter le MoDem aux élections municipales. Sylvie Cancelloni, ne l’a pas accepté. Elle a manœuvré pour obtenir le droit de représenter le MoDem aux élections auprès des instances dirigeantes du 92 et du National. Une lettre de François Bayrou aurait confirmé la décision. Sylvie Cancelloni qui s’oppose, depuis 2008, au favoritisme, clientélisme, népotisme qu’elle attribue à Mme Ceccaldi-Raynaud avait pourtant accepté, le soir du premier tour des municipales de faire liste commune avec M Ceccaldi- Raynaud dont l’histoire nous apprend à quel point il fut spécifiquement démocrate!  Sylvie Cancelloni est d’ailleurs une ancienne élue de cet ancien maire.
Après le second tour des municipales, le 20 mars 2008, sur son blog, elle falsifie les résultats électoraux. Elle s’annonce chef de file des élections (ce qu’elle acceptera de corriger) et publie les noms de 2 élus du MoDem : elle-même et Frédéric Chevalier, sans étiquette. Cette dernière capture « mensongère » n’est appréciée ni du principal concerné, ni des colistiers, elle est à l’origine de la séparation définitive entre Christophe Grébert et Sylvie Cancelloni d’une part et les ¾ des colistiers d’autre part, parce que Sylvie Cancelloni a refusé de rectifier son mensonge, en le minimisant. Sur les 5 élus de la liste, deux s’en séparent et le 3ème   ne maintient que des relations «  techniques » ! 
La charte éthique de « Puteaux Ensemble » est piétinée, oubliée en un mois par ses deux premiers élus.
Christophe Grébert entre au MoDem et adhère à une nouvelle charte éthique.
Tous deux sont complices d’une falsification de la procédure des élections internes devant désigner la présidence de la section MoDem de Puteaux. Ils créent une liste parallèle à celle des militants dont la première place est occupée par leur favori de Nanterre, ce qui est interdit par les textes. Sylvie Cancelloni accepte, pour ce candidat, une fausse adresse à Puteaux, dans son immeuble. Quand cette liste est battue légalement, un de leurs amis intrigue pour tenter d’invalider l’élection.( Témoignage d'Evelyne Sanka, élue, sur le blog du MoDem de Puteaux).
Chantres de la liberté d’expression et quêteurs du «  buzz » leur permettant de se victimiser, Christophe Grébert et Sylvie Cancelloni finissent par s’égarer en dehors du périmètre acceptable de la liberté de parole et sont condamnés pour diffamation :
23 février 2012. Notre avocat Maitre Céline Cuvelier nous informe que par  jugement en date du 23 février 2012 le tribunal de Grande Instance de   Nanterre a condamné Madame Syvie Cancelloni et Monsieur Christophe Grébert, tous deux élus d'opposition au conseil municipal de Puteaux , pour faits de diffamation au préjudice de l'Association MusicArte et de sa Présidente  Youra Nymoff-Simonetti  en raison de leurs propos tenus dans des articles publiés sur leurs blogs respectifs sous le titre "Fausses notes aux Rencontres Musicales de Puteaux" . Nous espérons clore  cette très regrettable affaire, et tenions à vous en informer et à remercier tous les artistes amis, adhérents et sympathisants, pour leur  indéfectible et fidèle soutien, et la confiance qu'ils nous ont témoignée !
Dédions- nous au meilleur, la Musique. (MusicArte, organisation musicale à Puteaux)
Sylvie Cancelloni revendique légitimement une plus grande place pour l’opposition municipale, mais, membre du CCAS, elle est absente de la majorité des réunions !(statistiques de Puteaux-infos)
Ennemie permanente de Madame Ceccaldi-Raynaud, maire UMP de Puteaux, elle va donc « faire campagne » auprès d’un « ami » de l’UMP, vous-même. Une telle clarté politique est rare!
Jean-François Kahn sait parfaitement synthétiser l’imposture d’un « bout de chemin », extrait que je lui emprunte pour qualifier le résultat de ma rencontre avec Sylvie Cancelloni .
On nous a fait prendre non seulement des vessies pour des lanternes, au risque de se brûler, mais la régression pour la réforme, l’archaïsme pour la modernité, le recul pour l’offensive, des glands pour des truffes et de la piquette pour du château-margaux *…
Ne vous trompez pas. Vous restez libre de votre choix, mais avec Sylvie Cancelloni à vos côtés vous ne pourrez confirmer, sans mentir, votre souhait d’exemplarité.
Merci Monsieur Fromantin.

Image:blog-gagnant.com

Lors d’une brève rencontre à Puteaux, vous avez émis le souhait d’œuvrer pour l’avenir et de ne pas vouloir critiquer…Berceuse usée. Sans esprit critique nul ne peut rester « moral ».
Les sources permettant de vérifier les faits sont soulignées dans le texte.
Annie Keszey.