Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 septembre 2015

LA TRAHISON DE François HOLLANDE.

 

A part les idéologues bloqués  par le déni, ou dans l’enfumage d’un PS malade, les citoyens sont parfaitement conscients de la trahison politique de leur actuel président de la République, François Hollande. Les promesses de sa campagne électorale sont  oubliées, trahies, les deux principales sont rappelées régulièrement par la presse :

 

-...Mon adversaire, c’est la finance !

 

-...Le dernier traité européen sera renégocié !

 

L’hebdomadaire Marianne du 4 au 10 septembre 2015, livre des positions diverses, modulées et fines sur cette trahison.

 

Jean-François Kahn, dans son dernier ouvrage « L’ineffaçable trahison- Plon- 180 pages- 10 € » analyse et juge les décisions prises par François Hollande : « Le revirement hollandais n’a jamais été assumé, expliqué, sublimé...L’erreur majeure de François Hollande, celle qu’il est en train de faire payer au pays tout entier, c’est de n’avoir jamais fait le récit de sa trahison... En trois ans de mandat, jamais il n’a fait l’effort (ou cru bon) de théoriser, de justifier, de transfigurer son changement de politique. Au lieu de quoi, le non-dit. Au lieu de quoi, le bazar...

 

Michel Onfray, philosophe, dans son article « Fidèle à l’infidélité » écrit « Pour faire simple, je dirai qu’il y a deux Hollande, celui qui parle et celui qui agit...Mais dans la perspective signalée par Machiavel, Hollande ne s’est jamais posé que deux questions. Celle du passé : que faire pour parvenir au pouvoir ? Celle du présent, quand j’y suis que faire pour m’y maintenir ? La réponse à ces deux questions est : tout. Ce Hollande-là, oui, s’est trahi et a trahi... Mais le Hollande qui agit comme patron du PS pendant dix ans et comme président de la République depuis trois ans, c’est le même et il ne lâche rien à la ligne à laquelle il croit : le libéralisme européen dans le cadre dessiné par Maastricht. A cet idéal, il sacrifie tout. La trahison fait partie des armes utilisées...Il n’y a pas une feuille à papier à cigarette entre un libéral de droite et un libéral de gauche, juste une différence de style, de ton, de caractère, d’emballage. On a vu combien  le « moi candidat »  Hollande s’est désintégré en vol et comment la pratique de cet homme semblait indexée sur celle de Sarkozy, des copains placés par le pouvoir à l’étalage de sa vie privée en passant par le massacre de la langue française ou les pleins pouvoirs donnés à ses communicants....

 

En régime médiatique, autrement dit, le nôtre, celui qui a remplacé le régime démocratique, le plus certain d’être élu est le libéral qui aura le plus surenchéri dans la démagogie...

 

Alain-Gérard Slama, historien et politologue tempère le jugement de Jean- François Kahn. Certains cas de trahison, sont plutôt, d’après lui, « des cas d’ajustements, de nature pragmatique, à une réa3lité que l’on n’avait pas pleinement anticipée. En accomplissant le tournant social-libéral incarné par Emmanuel Macron, Hollande se situe dans ce type d’ajustements... ».

 

Pour Alain-Gérard Slama, la trahison est plutôt celle de Nicolas Sarkozy devenu chef des « Républicains », alors que « chacun garde en mémoire son plaidoyer pour la « laïcité positive », son exaltation du rôle éminent du curé, ou sa défense de la « discrimination positive » doublée de la création du CFCM. »

 

Luc Ferry, homme de droite, philosophe, ignore la traitrise. Dans l’article « Pour être généreux, il faut être riche », il reproche à Hollande « de n’avoir pas poussé beaucoup plus tôt et beaucoup plus loin la politique de l’offre, afin d’avoir moins de chômage et plus de richesse à partager. »

 

Nicolas Baverez, avocat et essayiste, explique « Déni, mensonge et trahison ». Il rappelle que Machiavel au XVIème siècle a affirmé l’autonomie du politique vis -à- vis de la morale. Pour César Borgia, la moralité des moyens et des fins  doit s’effacer devant le résultat...Nicolas Baverez admet que la trahison puisse être légitimement mise au service des intérêts supérieurs de l’Etat...Dans les exemples qu’il donne, il cite Alexis Tsipras... « La trahison de François Hollande  ne provient pas du non-respect de ses engagements qui étaient placés d’emblée sous le signe du déni de la situation de la France et du monde au XXIème siècle. Elle est plus profonde. C’est une trahison vis-à-vis de la politique et de la République. La politique est action et résultats. Or, après trois ans et demi de pouvoir le quinquennat n’a toujours aucun cap. Les mots n’ont jamais autant juré avec les actes. Les premiers sont désormais sociaux- démocrates : les seconds restent étatistes, malthusiens, antieuropéens. Les résultats de cette indécision permanente sont calamiteux, cumulant stagnation économique, paupérisation des Français, chômage de masse, surendettement public, destruction des pôles d’influence publics, dégradation de l’influence de la France dans le monde et en Europe. Le cynisme de François Hollande est une arme de destruction massive contre les valeurs républicaines et le meilleur allié de l’extrême droite....

 

Jacques Généreux, économiste et anthropologue juge que François Hollande est « trop médiocre pour trahir ».

 

« François Hollande et Nicolas Sarkozy sont justes des politiciens qui ont consacré l’essentiel de leur existence à se battre pour devenir présidents, c’est tout. Le mot (trahison) est trop grand pour de si petits personnages »...Les discours gauchisants de la campagne de François Hollande ne s’adressaient qu’aux imbéciles qui se gavent de mots et d’images au lieu de s’informer et de réfléchir. Ceux-là n’ont été trahis que par leur ignorance et leur paresse. »

 

2017 : François Hollande, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen. AU SECOURS !

 

Annie Keszey

 

18 juin 2012

LA CATASTROPHE DU 6 MAI 2012.

Jean-François Kahn, journaliste et écrivain. Plon.

Triste mandat présidentiel achevé, triste campagne, triste résultat du 6 mai 2012. C’est un livre pessimiste quant au présent qui propose une autre organisation politique.

Lire la suite

12 juin 2012

NECESSITE D'UN GOUVERNEMENT D'UNION NATIONALE.

La bataille entre candidats lors de la dernière campagne pour l’élection présidentielle a aggravé la désillusion politique du peuple. Le clivage ancien, brutal, entre la droite et la gauche et le renforcement du Front national ne répondent plus aux enjeux d’un avenir difficile, ni aux attentes d’une meilleure démocratie. Des intellectuels, des journalistes et des engagés politiques souhaitent la fin de ces divisions de la Nation et proposent, à partir de procédures diverses, des gouvernements d’Union Nationale.

Trois nouvelles propositions, pour la France, dans ce sens, ouvrent la voie : celle de Luc Ferry, philosophe et ancien ministre de l’Education Nationale (luc.ferry@yahoo.fr), celle de Maurice Szafran, directeur de la publication de l’hebdomadaire Marianne et celle de Jean-François Kahn exposée dans « La catastrophe du 6 mai 2012 » aux éditions Plon. D’autres suivront. Dimitris Dimitriadis, dramaturge et essayiste grec, attend, pour son pays, une évolution similaire des institutions.
François Bayrou, homme politique en avance sur son temps, mal entouré, mais exceptionnellement lucide et courageux pour préférer des valeurs à sa carrière, a déjà préparé un avenir au-dessus des clivages. Précurseur, il mérite le respect. Le PS ne sortirait pas grandi s’il n’évitait pas la défaite de François Bayrou aux législatives, dans son fief, le 17/06/2012. Les voix du MoDem, partiellement, ont facilité l’élection de François Hollande et l’argument du PS, pour maintenir sa candidate face à François Bayrou, ne tient pas. François Bayrou appuierait toutes les mesures gouvernementales de réduction de la dette, de  justice fiscale et de  ré-industrialisation, par exemple. François Bayrou témoigne d’un avenir souhaitable, à parfaire, il ne peut être réduit au silence.
Dans sa chronique du journal Le Figaro du 7/06/2012, Luc Ferry dénonce la déraison et l’absurdité  de la Monarchie élective française, puisque le pouvoir d’un seul concentre entre ses mains toutes les décisions. Les citoyens adultes ne sont libres qu’une fois tous les cinq ans quand ils votent pour leur chef. Ce chef procède à toutes les nominations d’importance et Luc Ferry, à partir de son expérience de ministre, a pu constater à quel point ce petit monde finit par s’aplatir devant le président. Les ministres risquent leur place à la moindre incartade, dès qu’ils déplaisent au souverain.
Or, est-il « normal » que face à la complexité de nos économies, face à la dette publique, face à la nécessité politique et morale de rassembler, face aussi à cette mondialisation qui suppose des compétences internationales tous azimuts, on confie à un homme seul le soin de décider de tout ?
La loi de la majorité est la loi même de la démocratie mais est-ce une raison pour que le point de vue de 49% des Français, contre celui de 51% soit anéanti pour cinq ans ?
Croire ou faire croire qu’entre un camp et un autre on passe de l’ombre à la lumière est d’une telle absurdité qu’on est navré de voir nos électeurs fonctionner à 100% sur un principe aussi absurde.
Luc Ferry rejette l’idée du philosophe Castoriadis qui proposait de faire exploser le régime représentatif  au profit d’une démocratie directe. Il préfèrerait le système parlementaire allemand qui imposa parfois des gouvernements d’unité nationale ou le système du conseil suisse qui offre l’avantage d’inscrire l’impératif de délibération au cœur du pouvoir centralisé.
Luc Ferry avait plutôt, jusqu’à présent, un penchant pour la droite politique dont l’échec récent l’aura sans doute libéré pour proposer ce progrès de rassemblement.

Maurice Szafran, dans le n° 789 de Marianne, justifie son appui récent au PS et aux sociaux- démocrates, dans leur diversité, afin qu’une alternative au capitalisme financier qui détruit les sociétés démocratiques soit construite. Les centristes à la Bayrou, les vrais gaullistes, la gauche de la gauche façon Mélenchon, les démocrates-chrétiens, les républicains se reconnaissant en Chevènement et les humanistes ont leur place dans cette force politique indispensable à la réussite économique, sociale et morale.
Dimitris Dimitriadis voit dans la crise grecque actuelle la conséquence de trois siècles d’errements. La Grèce est morte. Ce pays par excellence historique est bloqué dans le mécanisme de l’Histoire. L’Etat appartient aux partis, et le parti utilise et exploite les ressources de l’Etat pour maintenir son système de clientèle…Le peuple grec aussi est coupable, il a vécu dans une facilité et une frivolité le conduisant à accepter tous les arrangements…L’actuel Pasok affiche comme référence suprême Andréas Papandréou qui a été le grand démolisseur de notre pays sur le plan moral, sur le plan de la langue, sur le plan des mœurs. Pour moi, il a été la Ceausescu grec (exactions mises à part) : ses victoires ont reposé pendant trente ans sur l’achat de votes par dizaine de milliers, comme une équipe de foot constitue des rangs de fanatiques. Je crois que le système politique grec actuel est incapable de créer une nouvelle étape…Faire émerger un changement profond, pour le moment, c’est quasiment de l’ordre de l’utopie…Si on parle de la Grèce comme « berceau de notre civilisation », il faut bien voir que ce berceau est devenu tombeau. Mais le tombeau peut à son tour devenir berceau…La situation est critique, mais l’on ne voit pas de véritable alternative sur le plan politique : on dit qu’il y a des jeunes gens très bien dans notre pays qui ont étudié à l’étranger, qui pourraient prendre la relève, mais ils sont sans force, sans organisation et on ne les voit pas…Peut-être est-il temps d’inventer une autre manière de gouverner ?...

Jean-François Kahn, journaliste et écrivain, s’insurge  contre «  la catastrophe du 6 mai 2012 ». La victoire de François Hollande  fut une victoire d’apparence et la réalité terrible, angoissante, effrayante même, risque de précipiter notre pays dans un cauchemar. Au concept de gouvernement d’Union Nationale, il substitue celui de « convergences créatrices » dont le développement suit dans la prochaine publication.
www.atelier-idees.org
Annie Keszey.