Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 février 2016

La laïcité au quotidien. Guide pratique.

Inédit. Régis Debray et Didier Leschi. Folio. 154 pages. 7 €.

laïcité,guide pratique, régis debray, Didier LeschiRégis Debray est directeur de la revue Medium, président d’honneur de l’Institut européen en sciences des religions. Didier Leschi est préfet, ancien chef du bureau central des cultes au ministère de l’Intérieur.

Ils étudient trente-huit cas pratiques d’interrogations quotidiennes sur l’application de la laïcité, avec érudition, précision et finesse.

C’est un manuel attendu, adapté à l’enseignement de la laïcité dans les écoles publiques, même s’il reste encore perfectible face aux opinions ou aux convictions contradictoires tenaces. Les deux auteurs font un retour aux fondamentaux moyennant un socle commun de règles de conduite. Là où la théorie divise, l’exercice peut unir.

Luc Ferry, un des premiers lecteurs, note que les argumentations développées le sont avec intelligence et tact, avec cet alliage de profondeur et de bon sens qui est si rare et pourtant si précieux sur ces sujets délicats. Les deux derniers paragraphes, consacrés aux excès de zèle donnent le ton et le sens d’ensemble de l’ouvrage...

Les chapitres suivent un ordre alphabétique : Aumôneries, Autorisation d’absence...Cantine scolaire, Caricature...Crèche de Noël ...Dimanche...Foulard...Imans, Injure et blasphème, Jupe longue...Non- mixité...Nourriture...Services au public, Services publics, Vues de l’étranger, Zèle (excès de).

A partir de faits historiques, politiques, sociaux, qui conduisent à des attitudes contradictoires dans la vie courante, ils prennent des positions fondées sur des argumentations pour énoncer les comportements laïques les mieux adaptés à notre République et à son vivre-ensemble.

Dans un entretien au Monde, le 27/01/2016, Régis Debray recadre les débats qui enflamment la société française. « La laïcité relève d’abord du droit. C’est une exigence de la raison inscrite dans la loi...L’ex-fille aînée de l’Eglise n’a pas fait sa révolution pour se retrouver la fille cadette de l’islam, dont une fraction intégriste témoigne aujourd’hui des mêmes ambitions d’emprise que le catholicisme en 1900...Si on veut un islam de France, un institut supérieur de théologie musulmane s’impose en France...On ne devient pas prêtre, pasteur ou rabbin sans avoir fait de longues études sanctionnées par des diplômes. C’est une obligation. Pourquoi ce n’en serait pas une pour les imans ?...Si l’homme est quelque chose qui doit être dépassé, la grandeur d’un régime laïque concilie humanisme et optimisme : elle consiste à laisser à chaque individu le soin de choisir en conscience, sans pression ni soumission, ce qu’il estime devoir dépasser sa pauvre vie individuelle.»

Extraits du guide pratique.

Autorisation d’absence. « ...Ces dernières années, les dates d’examen, concours, contrôles sur table ou interrogations écrites ont donné lieu à réclamation de la part de parents d’élèves, d’étudiants ou du monde enseignant. Il est pourtant clair qu’écoles primaires, lycées ou universités ne sauraient vivre au rythme des fêtes religieuses vu la capacité des cultes à les multiplier. Depuis 1967, les autorisations d’absence peuvent être accordées aux fonctionnaires qui désirent participer aux principales fêtes propres à leur confession. Afin que chacun ait connaissance de ces fêtes, tous les ans, le ministère de la Fonction publique édite une circulaire en direction des chefs de service pour indiquer celles de l’année qui vient...S’il est indiqué d’accepter des congés exceptionnels pour les principales fêtes mentionnées dans la circulaire, on ne peut accepter de voir proliférer des jours de congé pour motifs religieux ce qui ruinerait toute organisation collective du travail... »

Cérémonie religieuse. « Les autorités civiles peuvent-elles ou doivent-elles y assister ?...Pour ce qui est des autorités républicaines, il pourrait être suggéré que la place de la République à Paris, lieu de rassemblement populaire et spontané, devienne le point focal de la célébration officielle. » Dans ce chapitre les auteurs rappellent l’évolution historique du sujet depuis la loi de 1905 : 1917, le président de la République, le président du Conseil, les parlementaires assistent aux funérailles religieuses du général Gallieni-... 1918, les Autorités boudent le Te Deum de la victoire, le 11 novembre... Le préfet en uniforme est présent dans le temple, la synagogue, l’église et même la Grande mosquée de Paris (où il n’assista pas au prône) en mémoire des morts de 14-18 et de 39-45... Le 26 août 1944, de Gaulle prend l’initiative de faire célébrer un Te Deum à Notre-Dame pour célébrer la libération en marche... Le président Chirac s’autorise à communier lors des obsèques de son prédécesseur, un sérieux coup de canif fut apporté à cette règle protocolaire qui distingue entre la présence et la participation... Nicolas Sarkozy a porté la kipa... La laïcité semble s’égarer lors de la cérémonie du 11 janvier 2015 à la Grande Synagogue de la Victoire, après les criminelles attaques antisémites perpétrées dans le prolongement du massacre de Charlie Hebdo. Le président de la République, le Premier ministre, de nombreux membres du gouvernement sont présents...En 2015, un préfet en chaussettes assiste à une prière de l’iman en mémoire des victimes des attentats...C’est cette instabilité qui engage les auteurs à choisir la place de la République.

Crèche de Noël. « Une crèche dans un hôtel de ville ? Le sujet est anecdotique mais illustre bien un phénomène plus large : la métamorphose d’un culte en culture, liée à la sécularisation de nos sociétés...On peut autoriser une crèche en bas d’un sapin de Noël sur la voie publique, comme dans une vitrine de grand magasin, mais sa mise en valeur ostentatoire dans un hall de maison commune pour autorisée qu’elle soit par la jurisprudence, reste un geste discutable. Le siège d’un conseil municipal abrite les élus de la population. Ils peuvent avoir leurs affinités ou leurs traditions mais le maire est à la fois notabilité locale et agent du pouvoir central...Le marquage des temps liturgiques à l’intérieur des bâtiments publics constitue une entorse aux principes républicains issus de l’histoire française...

Financement des mosquées. «  ...Une mosquée est-elle achetable comme un club de football où l’on sait que celui qui dirige est celui qui paie ?... Avec l’impérialisme idéologique du wahhabisme, distributeur de milliards, la question devient cruciale. Cet argent véhicule des conceptions et des pratiques attentatoires à notre mode de vie...La Caisse des Dépôts pourrait être le lieu de passage obligé des fonds dont elle contrôlerait l’origine et l’utilisation selon un cahier des charges arrêté en concertation avec les représentants institués d’un islam de France. »

Foulard. « La loi du 15 mars 2004 qui interdit le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse concerne l’espace du primaire, du collège et du lycée...Il serait préférable de laisser l’Université libre de s’autogérer. Il ne faudrait pas cependant que certaines universités adoptent tel règlement intérieur et d’autres, tel autre, et que se mette en place une concurrence entre elles sur un critère religieux. Le mieux est donc de ne pas toucher au présent statu quo (absence d’interdiction).

Actuellement cependant une étudiante voilée de vingt ans a formulé un recours auprès du tribunal administratif contre son exclusion de l’Ecole nationale de commerce, l’ENC Bessières !

Zèle (excès de). Entre les laïques qui ont peur pour eux-mêmes et les laïques qui veulent faire peur aux autres s’est récemment enclenché un cercle vicieux...Il n’y a pas de laïcité viable dans un Etat qui se défait, un peuple qui se renonce, une République qui éteint les Lumières. Les temps qui courent changent l’ordre du jour. La défense de la société ne suffit plus. Pour sauvegarder notre droit de rire, de boire et d’écouter de la musique, ce qui est à défendre en premier lieu, c’est l’existence d’une puissance publique résolument en charge, par- delà les passions et les intérêts particuliers, du Bien commun.

Bonne lecture !

Annie Keszey.

 

Publié dans Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : laïcité, guide pratique, régis debray, didier leschi | | |  Facebook

20 janvier 2013

LE CASSE DU SIECLE CONTRE LA LAICITE.


Il faut inscrire, maintenant,  dans la Constitution, le principe de la séparation des Eglises et de l’Etat de la loi de 1905 et supprimer le concordat d’Alsace-Moselle puisque la République est « une et indivisible ».

laicite,patrick kessel,marine le pen,riposte laique,nicolas sarkozy,françois hollande,loi de 1905Patrick Kessel, journaliste, ancien Grand Maître du Grand Orient de France, président du Comité Laïcité République, publie chez l’éditeur Jean-Claude Gawsewitch: « Ils ont volé la laïcité ! ».
Patrick Kessel est franc-maçon. Il est difficile de partager cette appartenance à une organisation secrète, sélective, théâtrale, dont les femmes furent exclues jusqu’à une période récente. Cependant l’exposé de Patrick Kessel sur la situation inquiétante de la laïcité, peut être totalement partagé. Ces deux pages suivantes d’extraits  invitent à la lecture des 218 pages du livre.
Extraits.
« Ce livre est né d’une sidération d’avoir vu ce hold-up ahurissant: le spectaculaire détournement de la laïcité par l’extrême droite, à la longue histoire antirépublicaine et anti- laïque. Un casse abracadabrantesque rendu possible par l’accumulation des abandons, des détournements, des manipulations et autres trahisons de l’idéal républicain. Par des politiciens de droite comme  de gauche, à courte vue…
L’extrême droite ! Celle qui aux avant-postes contre la loi de séparation de 1905, qui a de tout temps combattu l’universalisme, la Liberté,  la Fraternité ; celle qui, de Joseph de Maistre à Romain Marie, en passant par Déroulède, fut- et reste- aux avant-postes de la contre-Réforme, de la contre-Révolution, de la contre- République ; celle qui inspire et infiltre les courants catholiques intégristes, se retrouvant en héraut de la laïcité… ! La laïcité selon Marine Le Pen n’est qu’une duperie. C’est un ersatz. Un mot-valise qui, dans sa novlangue, veut dire anti Arabe/ super chrétien.
…Car la laïcité de Mademoiselle Le Pen n’est pas la laïcité: elle en est un détournement. Elle en a les apparences, à travers ces exhortations contre les prières des rues ; mais on voit vite qu’elle sert de paravent à un combat contre le musulman, l’étranger, l’autre. Un paravent ou un faux nez si grossier qu’on aurait pu croire que la supercherie serait vite dénoncée. Pas le moins du monde. Les medias, pour la plupart, ont relayé sans ciller, la « croisade laïque » (sic) de Mademoiselle Le Pen.
Une laïcité instrumentalisée. Dans la logique du choc des civilisations chère à Samuel Huntington.
Une laïcité amputée de son autre jambe : la fraternité…
La laïcité serait antimusulmane, c’est ce que laissent entendre Marine Le Pen et Riposte Laïque, avec son caractère obsessif, et son flot de non-dits et d’allusions qui, pourtant, ne devraient pas tromper le républicain sincère. Car ce qui fait problème en France, ce n’est pas une religion ; c’est le communautarisme religieux, ou ethnique, qui s’érige en ghetto, en Etat dans l’Etat. La laïcité n’a pas vocation à stigmatiser les musulmans comme voudrait  nous le faire croire l’extrême droite ; le racisme n’est pas un point de vue mais un délit qui doit être réprimé. La laïcité n’a rien à voir avec cette parodie laïque qui se fait entendre exclusivement contre les musulmans. La dérive de Riposte laïque en est le symptôme. Cette association, où d’authentiques laïques dévoyés convergent en une douteuse alliance avec les extrémistes de droite du « bloc identitaire » est désormais plus antimusulmane que véritablement laïque.
…Riposte laïque qui prétend révéler le danger de l’islamisme, ne nourrit plus que le sentiment antimusulman. Et joue de la provocation. En juin 2010, l’association organise, avec «  le bloc identitaire », un « apéro-saucisson-pinard »…La dérive s’affirme, s’affiche, s’assume. Inéluctablement le lien de complicité se tisse avec le nouveau discours du Front national qui présente les musulmans comme les nouveaux envahisseurs. Certains  de ses animateurs s’engagent ouvertement aux côtés de Marine Le Pen et se présentent aux élections sous l’étiquette « Bleu Marine »…
Le débat sur l’Islam et la laïcité, ce débat nécessaire continue d’être faussé, d’être caricaturé, prisonnier entre des positionnements extrêmes : L’UOIF, l’Union des Organisations Islamiques de France, d’un côté, Riposte laïque de l’autre ».
Il faut agir. La parenthèse des Lumières ne saurait se refermer. L’Universalisme républicain doit prévaloir.
« Les fronts qui menacent  la  « laïcité à la française » sont aujourd’hui planétaires et multiples. C’est le nouveau monde qui tente de se mettre en place. Une sorte de coproduction entre un ultralibéralisme économique où prévalent l’argent-roi, le multiculturalisme anglo-saxon et des institutions internationales neutres (aussi neutre que la Croix- Rouge dans les camps de déportés !), et une offensive géopolitique des états du Golfe, comme le Qatar avec sa stratégie de conquêtes médiatique, (immobilière, financière) et footballistique »…Par exemple, la puissante FIFA (Fédération Internationale de football Association) a pris une décision spectaculaire, à l’unanimité ! Elle autorise le port du voile pour les joueuses de football. Presque seule dans la presse, Caroline Fourest s’est levée contre cette victoire des pays du Golfe sur l’universalité ».

Patrick Kessel développe les lourdes menaces contre la laïcité :
-L’ONU œuvre contre les droits de l’homme. Par exemple, la conférence de Durban 2, contre le racisme, porte atteinte à l’universalité des droits.
-Le «  printemps arabe », en un an, après avoir renversé des régimes corrompus, menace de sombrer dans l’hiver des dictatures religieuses et de la charia.
-L’offensive évangélique des réseaux missionnaires témoigne d’une volonté hégémonique spatiale, mondiale, dans tous les domaines de la vie, en particulier dans l’éducation. La version biblique de la Création s’installe comme vérité face aux acquis scientifiques et à la théorie de l’évolution.
- Mitt Romney, Mormon pratiquant, candidat du parti républicain à l’élection présidentielle de 2012 pense que Dieu a créé les Etats-Unis pour dominer le monde.
-Le patriarche orthodoxe Kirill parle de Vladimir Poutine comme «d’un miracle divin » et adhère à son parti, le Front populaire.
-Le Vatican continue son activisme pour modifier, à petits pas, très sûrs, la loi de 1905, afin d’obtenir des «  assouplissements »: financements d’écoles privées ou de bâtiments baptisés « culturels », propositions « politiques » de modifications de textes de lois ou oppositions victorieuses. En 2008, à l’ONU, le Saint-Siège s’est opposé à une proposition française de dépénalisation universelle de l’homosexualité. Son conservatisme extrême ne se fonde pas sur la Raison mais sur une idéologie bloquée. L’Eglise catholique tente de s’imposer comme racine culturelle dominante de l’Europe contre les apports de la Grèce, de la religion juive, des Cathares, des Albigeois, de la Renaissance, de la Réforme,  des Musulmans et des Lumières…Mais, les racines du catholicisme sont aussi les bûchers de l’Inquisition ! Elle prétend imposer sa morale tout en fermant les yeux sur les turpitudes de ses milliers de prêtres pédophiles…

laicite,patrick kessel,marine le pen,riposte laique,nicolas sarkozy,françois hollande,loi de 1905- Nicolas Sarkozy,  fut le président le plus anti- laïque de la cinquième République. En voyage au Vatican, il fait publiquement le signe de croix devant ses ouailles, déclare que c’est au prêtre et non à l’instituteur d’enseigner la distinction entre le bien et le mal. Sa trouvaille de « laïcité positive » tente de cacher son œuvre de démantèlement de la laïcité. Ses décisions vont toutes dans le sens d’un affaiblissement de la loi de 1905 : le plan banlieue Sarkozy/ Amara a créé cinquante écoles privées, toutes catholiques …
François Fillon est, lui aussi, étonnement à l’écoute de l’Eglise : il fait voter, par exemple, le loi Carle, qui contraint les communes à financer les établissements scolaires confessionnels au détriment de l’école laïque, sur le seul critère du choix des parents…

Et la gauche ?
C’est Aristide Briand, socialiste modéré, soutenu par Jean Jaurès, après  vingt- cinq années de débats et treize rapports qui  fait voter le loi de séparation des Eglises et de l’Etat en 1905. Le bilan politique, quant à  la laïcité,  des gouvernements socialistes du 20ème siècle est défaillant. Les responsables de gauche sont divisés : Pierre Joxe, Alain Poperen, louis Mermaz, André Laignel, Alain Savary Louis Mexandeau, Laurent Fabius, Jean Glavany  et Jean-Luc Mélenchon, « preux chevalier de la laïcité »… résistent aux pressions de l’Eglise, tandis que Pierre Mauroy, Michel Rocard, Jack Lang… faiblissent. François Mitterrand et Lionel Jospin, Présidents de la République tergiversent et dénaturent la laïcité.
Quant à François Hollande, en 2003, lors de son audition devant la commission Stasi, il a déclaré : « le pacte laïque est indissociable de la République jusqu'à devenir un patrimoine commun. La laïcité est indissociable de l’égalité…c’est l’intégration, l’égalité entre hommes et femmes, le non-financement public des cultes… » 
En 2012, François Hollande, contrairement à Nicolas Sarkozy, se présente en rassembleur, calme, serein. Il marque nettement son attachement à la défense de la loi de 1905 et souligne sa volonté de sanctuariser la laïcité.
La défense de l’humanisme laïc impose de ne pas laisser sans réaction le hold-up de l’extrême droite. Le sursaut s’impose.

Seconde image:bigou93700.canalblog.com
Annie Keszey
www.atelier-idees.org

30 septembre 2012

LA LAICITE FALSIFIEE.

la laicite falsifiée.jpg

La laïcité  UMPénisée  ne supporte pas la diversité religieuse et discrimine les minorités. Elle effectue le mouvement inverse de celle de 1905: bloquée au niveau de l’Etat, elle restreint la liberté de conscience de certains citoyens. Nouvelle valeur de la droite, elle s’éloigne des droits de l’homme, valeur de la gauche. La laïcité historique était politique et démocratique alors que la « nouvelle laïcité » devient culturelle et identitaire.
Jean Baubérot, professeur émérite de la chaire histoire et sociologie de la laïcité à l’Ecole pratique des hautes études, dans « La laïcité falsifiée », Edition « La Découverte », démonte  avec rigueur les mécanismes de la « nouvelle laïcité », invite à lutter contre « les chauffards de la laïcité » qui voudraient poursuivre en toute impunité leur conduite dangereuse. Il propose un programme républicain pour refonder la laïcité.
jeanbauberotlaicite@blogspirit.com

Extraits discontinus.
Ce qui me fait peur, c’est qu’on puisse jouer avec nos peurs.
La laïcité doit pénétrer les esprits et débusquer les dogmatismes jusqu’au cœur de chaque individu par une discipline permanente. La laïcité est à la fois une organisation collective, (c’est-à-dire une organisation de l’Etat) et une ascèse individuelle, une conquête de soi sur soi-même. Il faut lutter, au plus intime de sa conscience, contre tout ce qui incite au renoncement à avoir une opinion à soi pour se fier à une vérité toute faite…Cultivons  notre laïcité intérieure ! Résistons !
La loi de 1905 s’avère une loi d’équilibre, articulant les diverses libertés et les divers droits des citoyens d’une société démocratique…
Cette loi est plus célèbre que connue. Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé, François Baroin, Claude Guéant, Marine Le Pen, Riposte laïque …, artisans d’une laïcité UMPénisée, falsifiée,  sont invités à la lire. Ils prônent, en effet, par méconnaissance, xénophobie ou esprit de division, une « nouvelle laïcité », antagoniste de la laïcité historique.
TITRE  PREMIER. Principes.
ARTICLE PREMIER. - La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public… www.assemblée-nationale.fr/
La loi (qui ne contient pas le vocable laïcité) établit des principes dont aucun ne peut être atrophié : la neutralité, la séparation entre les Eglises et l’Etat, la liberté de conscience  incluant la liberté religieuse et l’égalité des droits.
 L’UMP commet deux fautes importantes : réduire la liberté de conscience à la seule liberté religieuse, exfiltrer cette liberté de conscience de la laïcité. Ces  falsifications fonctionnent dans les débats actuels sur la laïcité et les polluent.
Il existe aujourd’hui deux profils différents de partisans déclarés de la laïcité. Le premier se situe dans l’actualisation, plus ou moins réfléchie, d’une culture laïque historique. Pour le second, l’attachement proclamé à la laïcité est en réalité proportionnel à une hostilité à l’égard de l’islam et des immigrés. C’est cette dernière représentation de la laïcité, à la fois réduite et hypertrophiée, qui, véhiculée par l’actuelle culture de masse, masse conditionnée par la liberté d’expression « cathodique », semble s’être imposée de manière dominante.
L’auteur démonte les procédés pernicieux utilisés par ces politiques, relayés par des medias producteurs « du réel-fiction fabriqué » sur une montée  menaçante des intégrismes, pour transformer et assujettir les mentalités collectives. Par exemple, Marine Le Pen, leader frontiste, lors de la campagne présidentielle, a dénoncé   les prières de rue de culte musulman : elle a parlé de dix ou quinze endroits. Il s’agit en réalité de moins d’une dizaine. En restant mesurée, elle est restée crédible. Le leader frontiste n’a pas voulu qu’une exagération outrancière vienne rendre litigieuse la teneur même de son propos.   Mais, le bruit médiatique a amplifié artificiellement le message. L’Institut Harris – Interactive a effectué ensuite un sondage et à la question ouverte : « Selon vous, combien y a-t-il en France de rues dans lesquelles les musulmans prient le vendredi ? » Le nombre moyen donné par les sondés est cent quatre-vingt- cinq ! Dans cet échantillon de sondés, la réponse des jeunes de 18-24 ans est de trois cent vingt, celle des cadres et professions libérales… de deux cents. Ce sont les anciens qui temporisent à partir d’une redoutable amplification cependant.
En hypertrophiant « un problème », on façonne la lepénisation de la société.
Jean Baubérot expose d’autres exemples  de cette fabrication d’un « système de masse » qui vire à droite, [« Le monstre doux » de Raffaele Simone], gravement erroné et dangereux quand il stigmatise les musulmans, en particulier. Après Marine Le Pen, Jean- François Copé, piètre imitateur, a présidé son…débat-débâcle, destructeur : sa laïcité est douce pour le catholicisme, dure pour l’islam. Quant à Nicolas Sarkozy, à partir de son « idyllique passé franchouillard », sa  nouvelle laïcité privilégie  les racines  alors que la laïcité historique se réclamait, elle, du progrès. De plus, le pluralisme (déséquilibré) des racines ainsi évoqué  est trompeur. Dans « le magnifique héritage de civilisation » légué à la France, essentiellement par la chrétienté, conflits, persécutions, discriminations liés à la société de chrétienté et au gallicanisme, sont totalement absents. Dans ce récit tronqué, il est question des racines juives, mais nul pogrom contre les juifs du Moyen-Age, nulle expulsion des juifs au XIVème siècle ne sont  jamais évoqués. Les rapports avec l’islam se réduisent à quelques inscriptions, rien n’est dit sur les croisades et l’empire colonial, sur le fait qu’être musulman constituait alors une catégorie juridique qui faisait de vous un sujet français et non un citoyen, à partir du code de l’indigénat de 1881.Nicolas Sarkozy s’oppose  aux appels à la prière…mais il n’y en a pas en France ! L’historique de la laïcité publié par le Haut Conseil à l’Intégration (HCI), successeur de La Haute Autorité de lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité, globalement positif pour la France, est faux. Il nie les conflits et l’exploitation de la peur de l’autre par l’Etat. En 1920, par exemple, période réputée tranquille, le travailleur immigré, les démobilisés, les chômeurs, le capitaliste allogène, le métèque, le délinquant, tout étranger, quelle que fut sa nationalité était jugé dangereux, comme avant et après !

chapeau de deuil.jpgPour la laïcité UMPnisée, l’habit fait le moine. Le port d’un voile interpelle plus que les inégalités de salaires hommes-femmes, que les  cent cinquante mille viols annuels de femmes, que les pensions alimentaires non payées aux femmes, que les femmes battues. Penser que la religion doit être réduite à une réalité confinée à la sphère intime et qu’elle ne peut s’exprimer dans l’espace public est contraire au sens défini dans la loi de 1905. Cette loi de 1905 a admis des accommodations intelligentes identiques pour toutes les familles de pensée. En fin de livre, dans son audition devant la mission parlementaire sur le voile, Jean Baubérot défend la différence essentielle entre les éléments réversibles pour lesquels il est utile de réglementer quand certaines nécessités de la vie publique l’exigent et les éléments irréversibles requérant de légiférer.
Le court-circuit opéré entre égalité des sexes et laïcité réduit la laïcité au seul islam, alors qu’elle devrait être le combat pour de nouvelles libertés laïques et permet de masquer le sexisme quotidien, structurel de la société toute entière…
…Ce qui est d’abord en jeu, c’est l’écœurant conformisme de ceux qui passent leur temps à fustiger les minoritaires et les exclus, mais ils ne sont que bassesse et obséquiosité à l’égard des dominants…

Dans la conjoncture actuelle, un « Front républicain » peut s’opposer à ceux qui falsifient la laïcité et s’en servent comme un masque stigmatisant. Trois conditions sont requises :
- Il faut articuler deux éléments complémentaires : d’une part un débat interne à la gauche et plus largement aux républicains, et, d’autre part, le combat contre l’exclusion et la xénophobie, même quand elles se parent des plumes de la laïcité.
- En Europe, la droite dure et l’extrême droite progressent, une droite nouvelle devient globale et planétaire, la gauche recule, « s’édulcore avant de fondre » parce qu’elle n’a pas pris la mesure de la mutation des dominations. Elle ne livre pas les combats majeurs qui devraient être les siens: combat contre les dominations traditionnelles et contre la domination totalitaire du « mimétisme social ». Et si, précisément, le premier mimétisme s’effectuait entre l’ultra-capitalisme de la société mondialisée et les intégrismes qui constituent les contestations, en apparence, les plus radicales de la société ?
- Un effort de pédagogie doit conduire à une distinction claire entre sécularisation et laïcité. La nouvelle droite et le Front National se spécialisent dans les courts- circuits nullement innocents entre ces deux notions.
La première série de mesures consistera à remettre au cœur de la laïcité de nouvelles libertés laïques, liées à la séparation de la loi civile avec des normes religieuses et morales particulières. Une autre initiative consistera à transférer le bureau des cultes du ministère de l’intérieur vers le ministère de la justice, afin de sortir d’une vision sécuritaire de la religion. Des mesures pour l’égalité de toutes les convictions religieuses et non religieuses apaiseront la France. De même le HCI doit être dépossédé de ses prérogatives : il n’est pas compétent et trop idéologue
La lecture du livre de Jean Baubérot oriente vers un sujet dont on est rarement spécialiste, afin de ne pas se tromper de « militance ». La mise en cause des structures dominantes de la société elle-même s’avère nécessaire. Le rôle d’Aristide Briand, il y a plus d’un siècle,  initiateur d’une laïcité historique « de sang- froid », dépasse en efficacité politique la nouvelle laïcité « intégrale », productrice irresponsable de ressenti victimaire.
Image: listesetbidules.blogspot.com
www.atelier-idees.com
Annie Keszey.




18 février 2011

Une laïque ignorance

laicite_france.jpg

Comme en 1900, la laïcité française est à une croisée des chemins. Des manifestations et révolutions d’actualité interpellent légitimement l’avenir.

La nouvelle menace serait la norme salafiste publique, vision étroite et rigoriste de l’Islam, religion hégémonique de l’identité arabe. Des collectifs prétendent défendre la laïcité mais occultent un siècle d’évolutions souples, pluralistes, pour la cohésion sociale et proposent un modèle laïque rétrograde, figé et répressif. Leur démarche, conflictuelle, est une agitation médiatique, dangereusement provocatrice.

Or, il faut progresser, avec sang-froid, et puiser dans une tradition arabe et musulmane qui, pendant des siècles, a multiplié les espaces d’autonomie culturelle.

L’Education Nationale n’a pas développé  dans ses programmes scolaires  la notion politique, essentielle, des LAICITES : l’ignorance assez répandue de l’histoire, de la géographie, de la sociologie, du droit, constructeurs de cette notion fine, complexe et évolutive, dessert la paix sociale.

Jean Baubérot, universitaire, professeur émérite de la chaire histoire et sociologie de la laïcité à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes et Micheline Milot, universitaire du Québec, dans « LAICITES SANS FRONTIERES » aux éditions du Seuil, nous invitent à revenir aux fondamentaux. http://jeanbauberotlaicite.blogspirit.com

La LAICITE ne se limite pas au cas français  et se distingue de la sécularisation et du sécularisme. La laïcisation anglaise a commencé dans le domaine juridique en 1215, 1679, 1689… La loi française de séparation des églises et de l’Etat en 1905, s’est inspirée de l’Ecosse et de plusieurs états américains, réalisant un équilibre de frustration,  elle avait de quoi déplaire à tout le monde. Si le contexte idéologique de la séparation a été conflictuel, les lois de 1905 à 1908 ont su prendre, avec sang-froid, une distance structurelle avec ce contexte.

Depuis le 17ème siècle, l’idée laïque a pris corps progressivement dans le principe de tolérance à l’égard des cultes, dans le déliement de l’appartenance citoyenne et de l’appartenance religieuse et dans le déplacement de la légitimité de l’Etat, des religions dominantes à la souveraineté du peuple.

Lire la suite