Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 avril 2017

DEUX FUTURS.

...« La France est à la croisée des chemins. L’un mène vers l’abîme et la haine de l’autre ; l’autre, quoiqu’incertain, est porteur de renouveau et d’espérance. Résumons. Notre pays, ballotté par la crise, rongé par l’angoisse identitaire, attaqué par  le terrorisme islamiste, fracturé de toutes parts depuis une dizaine d’années, a donc accouché d’un duo de finalistes qui s’opposent en tous points. D’un côté, les tenants d’une France ouverte, partisans de ce que quelques naïfs biens nés appelaient jadis « la mondialisation heureuse », se sont ralliés au panache juvénile d’Emmanuel Macron. De l’autre, les oubliés de la modernité, les perdants de la robotisation, les sacrifiés de la transition numérique, se sont rangés une fois encore derrière l’oriflamme lepéniste.

L’irruption aussi soudaine qu’inattendue d’Emmanuel Macron comme la progression aussi continue qu’inéluctable de Marine Le Pen sont les deux faces d’un même phénomène. Elles illustrent la mort d’un vieux système, l’épuisement de cette alternance pavlovienne entre partis de gouvernement de droite comme de gauche qui se sont succédé en vain au pouvoir depuis trente ans. C’est cette impuissance commune qui a condamné le Parti socialiste et Les Républicains...

Apparu comme un antidote au déclinisme ambiant, Emmanuel Macron doit renouer de toute urgence avec les classes populaires...S’il se fait défricheur de nouvelles pratiques et inventeur d’un nouveau modèle social, Emmanuel Macron peut contribuer à accoucher d’une nouvelle France, plus moderne, plus juste et surtout enfin apaisée"...Extraits de Renaud Dély. (Marianne n°1048.)

..."Ne nous y trompons pas : la défaite de la gauche désormais désertée par le peuple,  est d’abord une défaite intellectuelle. Sur la société moderne, celle dans laquelle nous allons vivre de plus en plus, la gauche n’a rien à dire en dehors de vagues condamnations morales. Et une gauche qui n’a plus de jugement sur le présent ne peut avoir de programme pour l’avenir. Ce n’est plus qu’une droite un peu balourde, un peu vertueuse. Qui n’a pas compris que le revenu universel du gentil Benoît Hamon ne pouvait pas apparaître dans la conjoncture actuelle comme autre chose  que la généralisation préventive à la société entière de l’assurance chômage." Extrait de Jacques Julliard. (Marianne n° 1048.)

Lâché de toutes parts le candidat de la droite a donné les clés de sa campagne à son courant le plus radical, identitaire et réactionnaire, celui de « Sens commun ». Les modérés de son camp n’ont pu le suivre... « La droite est au beau milieu de Ground Zéro ».

Benoît Hamon, le candidat socialiste, au nom de son Parti,  l’UDI, de nombreux politiques de droite, ont appelé à s’opposer au Front National en votant Emmanuel Macron. Ils sont républicains : qualité majeure dans le monde tel qu’il devient. Jean-Luc Mélenchon : dégagez ! Votre refus d’appeler à voter pour Emmanuel Macron trahit les valeurs de la République que vous affirmiez défendre. Membres équilibrés du Parti Les Républicains, contraignez vos « égarés » à expliciter la consigne de vote de votre Parti : conseiller simplement de voter contre Marine Le Pen est une hypocrisie. Ne cédez pas à l’obscurantisme dangereux de Laurent Wauquiez !  Christine Boutin, démissionnez du Parti chrétien-démocrate!  Annie Keszey.

21 mars 2016

Un jugement expérimenté, sévère et juste sur la LOI d'actualité.

Jacques Julliard, écrivain et éditorialiste, nous livre, dans le numéro 988 de Marianne, son point de vue synthétique sur la loi « Hollande, Valls, Macron », abritée derrière le bouclier féminin, souriant : El Khomri.

Loi-El-Khomri-2016a.jpgExtraits de « La France au miroir de ses branquignols » : les positions des uns et des autres.

Le gouvernement joue sur cette réforme la fin du quinquennat Hollande. A supposer que la loi soit votée, il ne sera pas, dans le laps de temps dont il dispose, le bénéficiaire de la réforme ; mais un succès symbolique redresserait sérieusement son image, tandis qu’un échec en rase campagne rendrait difficile, pour ne pas dire impossible, une nouvelle candidature de Hollande.

L’opposition de droite, qui a aujourd’hui le culot de reprocher au pouvoir son manque de fermeté, ne saurait faire oublier qu’ayant exercé la totalité du pouvoir pendant dix ans (2002-2012) elle n’a rigoureusement rien fait contre le chômage et pour l’amélioration du marché de l’emploi. La remarque est aussi valable pour le Medef. La surenchère de la droite n’est pas seulement indécente elle relève du comique...

L’opposition de gauche...On se demande toujours si le PS connaîtra une scission, mais moralement elle a déjà eu lieu. La faiblesse intrinsèque de ces frondeurs, pris entre l’arbre et l’écorce, tient à leur inconsistance intellectuelle. C’est une tribu délirante éblouie de ses propres paradoxes, qui assure qu’il suffit de taxer davantage les entreprises pour créer des emplois, d’endetter davantage l’Etat pour redresser l’économie, et de surveiller davantage les gendarmes pour attraper les voleurs...

Les syndicats « non-réformistes » (CGT, FO, UNEF)...Leur programme se résume en une formule : à bas l’abolition du statu quo !...En termes d’astronomie, cette mouvance syndicale est « un trou noir », dont il ne ressort rien de ce qui vient s’y abîmer. En termes marins, c’est la mer des Sargasses ou le triangle des Bermudes, je ne sais, c’est-à-dire le degré zéro dans l’art de la navigation : en termes philosophiques, c’est l’illustration de cette pensée du grand Gaston Bachelard : « Le crabe ne pince pas pour vivre, mais il vit pour pincer. »

La CFDT, avec Laurent Berger...Je crois pouvoir avancer que la CFDT a été dans cette conjoncture le seul acteur social qui ne se soit pas comporté en chien de Pavlov, et qui a exploité la situation pour amorcer quelques mutations sociales essentielles dans la lutte à long terme contre le chômage, comme le primat de la négociation sur la loi, ou encore le compte personnel d’activité...

Le peuple français lui-même, et d’abord la masse des salariés, qui a vu dans le projet gouvernemental une menace pour la stabilité de l’emploi et un encouragement à la précarité : la nouvelle version du projet devrait apaiser une partie des craintes. Il faut dire que le pouvoir, qui a fait de l’improvisation, de la pagaille et de l’incommunicabilité la marque propre du quinquennat en cours, s’est, cette fois-ci, surpassé. Une démocratie sans leadership, c’est un peuple déboussolé. Il ne reste plus guère qu’un an avant qu’un éventuel changement de boussole ne nous fasse regretter la pétaudière actuelle.

Image : www.crise-economique.net

Annie Keszey.

 

08 septembre 2015

LA TRAHISON DE François HOLLANDE.

 

A part les idéologues bloqués  par le déni, ou dans l’enfumage d’un PS malade, les citoyens sont parfaitement conscients de la trahison politique de leur actuel président de la République, François Hollande. Les promesses de sa campagne électorale sont  oubliées, trahies, les deux principales sont rappelées régulièrement par la presse :

 

-...Mon adversaire, c’est la finance !

 

-...Le dernier traité européen sera renégocié !

 

L’hebdomadaire Marianne du 4 au 10 septembre 2015, livre des positions diverses, modulées et fines sur cette trahison.

 

Jean-François Kahn, dans son dernier ouvrage « L’ineffaçable trahison- Plon- 180 pages- 10 € » analyse et juge les décisions prises par François Hollande : « Le revirement hollandais n’a jamais été assumé, expliqué, sublimé...L’erreur majeure de François Hollande, celle qu’il est en train de faire payer au pays tout entier, c’est de n’avoir jamais fait le récit de sa trahison... En trois ans de mandat, jamais il n’a fait l’effort (ou cru bon) de théoriser, de justifier, de transfigurer son changement de politique. Au lieu de quoi, le non-dit. Au lieu de quoi, le bazar...

 

Michel Onfray, philosophe, dans son article « Fidèle à l’infidélité » écrit « Pour faire simple, je dirai qu’il y a deux Hollande, celui qui parle et celui qui agit...Mais dans la perspective signalée par Machiavel, Hollande ne s’est jamais posé que deux questions. Celle du passé : que faire pour parvenir au pouvoir ? Celle du présent, quand j’y suis que faire pour m’y maintenir ? La réponse à ces deux questions est : tout. Ce Hollande-là, oui, s’est trahi et a trahi... Mais le Hollande qui agit comme patron du PS pendant dix ans et comme président de la République depuis trois ans, c’est le même et il ne lâche rien à la ligne à laquelle il croit : le libéralisme européen dans le cadre dessiné par Maastricht. A cet idéal, il sacrifie tout. La trahison fait partie des armes utilisées...Il n’y a pas une feuille à papier à cigarette entre un libéral de droite et un libéral de gauche, juste une différence de style, de ton, de caractère, d’emballage. On a vu combien  le « moi candidat »  Hollande s’est désintégré en vol et comment la pratique de cet homme semblait indexée sur celle de Sarkozy, des copains placés par le pouvoir à l’étalage de sa vie privée en passant par le massacre de la langue française ou les pleins pouvoirs donnés à ses communicants....

 

En régime médiatique, autrement dit, le nôtre, celui qui a remplacé le régime démocratique, le plus certain d’être élu est le libéral qui aura le plus surenchéri dans la démagogie...

 

Alain-Gérard Slama, historien et politologue tempère le jugement de Jean- François Kahn. Certains cas de trahison, sont plutôt, d’après lui, « des cas d’ajustements, de nature pragmatique, à une réa3lité que l’on n’avait pas pleinement anticipée. En accomplissant le tournant social-libéral incarné par Emmanuel Macron, Hollande se situe dans ce type d’ajustements... ».

 

Pour Alain-Gérard Slama, la trahison est plutôt celle de Nicolas Sarkozy devenu chef des « Républicains », alors que « chacun garde en mémoire son plaidoyer pour la « laïcité positive », son exaltation du rôle éminent du curé, ou sa défense de la « discrimination positive » doublée de la création du CFCM. »

 

Luc Ferry, homme de droite, philosophe, ignore la traitrise. Dans l’article « Pour être généreux, il faut être riche », il reproche à Hollande « de n’avoir pas poussé beaucoup plus tôt et beaucoup plus loin la politique de l’offre, afin d’avoir moins de chômage et plus de richesse à partager. »

 

Nicolas Baverez, avocat et essayiste, explique « Déni, mensonge et trahison ». Il rappelle que Machiavel au XVIème siècle a affirmé l’autonomie du politique vis -à- vis de la morale. Pour César Borgia, la moralité des moyens et des fins  doit s’effacer devant le résultat...Nicolas Baverez admet que la trahison puisse être légitimement mise au service des intérêts supérieurs de l’Etat...Dans les exemples qu’il donne, il cite Alexis Tsipras... « La trahison de François Hollande  ne provient pas du non-respect de ses engagements qui étaient placés d’emblée sous le signe du déni de la situation de la France et du monde au XXIème siècle. Elle est plus profonde. C’est une trahison vis-à-vis de la politique et de la République. La politique est action et résultats. Or, après trois ans et demi de pouvoir le quinquennat n’a toujours aucun cap. Les mots n’ont jamais autant juré avec les actes. Les premiers sont désormais sociaux- démocrates : les seconds restent étatistes, malthusiens, antieuropéens. Les résultats de cette indécision permanente sont calamiteux, cumulant stagnation économique, paupérisation des Français, chômage de masse, surendettement public, destruction des pôles d’influence publics, dégradation de l’influence de la France dans le monde et en Europe. Le cynisme de François Hollande est une arme de destruction massive contre les valeurs républicaines et le meilleur allié de l’extrême droite....

 

Jacques Généreux, économiste et anthropologue juge que François Hollande est « trop médiocre pour trahir ».

 

« François Hollande et Nicolas Sarkozy sont justes des politiciens qui ont consacré l’essentiel de leur existence à se battre pour devenir présidents, c’est tout. Le mot (trahison) est trop grand pour de si petits personnages »...Les discours gauchisants de la campagne de François Hollande ne s’adressaient qu’aux imbéciles qui se gavent de mots et d’images au lieu de s’informer et de réfléchir. Ceux-là n’ont été trahis que par leur ignorance et leur paresse. »

 

2017 : François Hollande, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen. AU SECOURS !

 

Annie Keszey

 

21 décembre 2014

ACHEVONS LE MAMMOUTH.

 

Extrait de l’éditorial de Jacques Julliard. Marianne n° 921. 

 

En vérité, l’histoire sera beaucoup plus sévère pour le bilan éducatif de François Hollande que pour son bilan économique…

Il est temps de donner le coup de grâce à un mammouth engoncé dans sa graisse, mais toujours aussi malfaisant : le ministère de l’Education nationale. Il faut le soustraire aux aléas politiques, aux plans de carrière des ministres, à l’arrogance administrative, à la stérilité intellectuelle, à l’alibi pédagogique. Il faut raser la forteresse de la rue de Grenelle, et lui substituer un Haut-Commissariat à l’éducation et à la recherche rattaché directement au Premier ministre, et animé par une grande personnalité nommée pour cinq ans, à l’abri du microcosme politicien. Aux formes près, c’est de cette façon que pendant près de cinq années Jules Ferry et sa phalange  de grands esprits républicains, nourris de culture et de désintéressement, ont fondé notre école. Avec pour programmes de répondre aux urgences (la lutte contre l’illettrisme, la revalorisation financière et morale de la fonction enseignante, la réforme en profondeur du premier cycle de l’enseignement supérieur)   et renouer avec la largeur de vues de la mystique républicaine… 

 

Quelle urgence, en effet ! 

 

Annie Keszey

 

24 septembre 2014

LA DESAGREGATION.

 

http://ts1.mm.bing.net/th?&id=HN.608050653661758418&w=300&h=300&c=0&pid=1.9&rs=0&p=0

 

 

L’expérience politique de Jacques Julliard est rare. Il publie, chaque semaine, en particulier, un éditorial dans Marianne.

 

 

 

Extraits du n° 908.

 

 

 

 

 

« …Oui, on a perdu les couches populaires ! Mais on a trouvé à la place le Front national ! Voilà, en raccourci, la crise française actuelle dans toute sa profondeur. France, qu’as-tu  fait de ton peuple ?... 

Il est temps…de rassembler les éléments épars, constitutifs, de la crise que nous traversons. Un leadership politique défaillant, celui de François Hollande ; un milieu politique gangréné par l’argent et en proie à la corruption ; une société en lambeaux, du fait d’une mondialisation mal négociée et de l’individualisme communautaire. Fidèles au crétinisme institutionnel régnant, les politiques nous disent qu’il faut changer le numéro de la République. Et moi, je dis qu’il faut changer la politique ! 

« C’est le cœur du système qu’il faut changer, non la carrosserie » (Ernest Renan). Il faut donc croire au savoir et à la vérité. Il faut croire à l’honnêteté personnelle. Il faut croire au dévouement, à l’intérêt général. 

Si vous pensez qu’on y arrivera avec la télé que l’on nous fait voir tous les soirs, cette apologie permanente du fric, de l’égoïsme, de la violence, de la bassesse et de la dérision, vous vous trompez. J’en appelle à la révolte contre la veulerie, l’égoïsme petit-bourgeois, le despotisme de l’argent…Je déteste le matérialisme cynique de la droite. Je déteste l’hypocrisie pharisienne de la gauche. A la fin de sa vie François Mitterrand disait croire aux forces de l’esprit. Moi aussi. » 

Moi aussi. 

Image : le figaro.fr 

Annie Keszey.

 

 

 

 

 

      

 

13 avril 2014

L'ECHEC DU PS AUX ELECTIONS MUNICPALES

L’ANALYSE DE JACQUES JULLIARD. MARIANNE  885. 

« Le bilan se décompose en deux figures ; la défaite intellectuelle du PS, la défaite personnelle de François Hollande. 

La première est illustrée de manière éclatante et même caricaturale par les succès du Front national : que trente années d’ANTIFASCISME se  soldent par une implantation de plus en plus profonde du mouvement de Marine Le Pen dans les milieux populaires devrait, s’il y avait quelque chose  dans les cervelles du parti réputé le plus intellectuel de France, soulever quelques vaguelettes d’interrogation. Je ne crois pas, je n’ai jamais cru, je ne croirai jamais qu’il y a 50% de fascistes à Hénin-Beaumont, à Béziers ou dans les quartiers nord de Marseille.

Lire la suite

Publié dans France, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jacques julliard, marianne, ps, échec, françois hollande, valls, fn | | |  Facebook

08 juillet 2013

LETTRE A M KONOPNICKI, JOURNALISTE DE "MARIANNE".

VOTRE ARTICLE SUR LA CENSURE DE MARIANNE  ET DE « L’OBS » PAR LA MAIRE DE PUTEAUX.


maire de puteaux,médiathèque,censure,marianne,nouvel observateurRappel : dans le numéro 839 de Marianne, du 18 au 24 mai 2013, vous avez écrit que la bibliothèque municipale de Puteaux renonçait à présenter Marianne et le Nouvel Observateur, pour des raisons budgétaires. Vous avez induit que c’était « une censure » de la maire, même si vous n’avez pas écrit ce mot, après la publication dans Marianne d’une enquête sur «  les parrains du 92. » Etait-ce, de votre part, une « vérité », une information-déformation idéologique ou une hypothèse fondée sur la psychanalyse ? «…  La censure a une action de défense contre le surgissement de l’angoisse et des affects pénibles pour la conscience, écrit l’encyclopédie Larousse…»
Par courrier, je vous ai fait savoir que je ferai don de ces deux hebdomadaires à la médiathèque, même si, connaissant le très important budget de Puteaux, j’étais peu convaincue de la réalité de l’argument financier à ce niveau. Cette lettre est publiée sur ce même blog.
Les deux premiers hebdomadaires apportés n’ont pas été mis sur les présentoirs parce qu’ils étaient en retard sur leurs jours de parution. Je les avais lus, à tort, avant de les donner.
Les deux suivants, achetés chacun en double, remis donc le jeudi 20 juin pour le Nouvel Observateur et le samedi  22 juin pour Marianne, ont  été placés aux bons endroits le mardi 25 juin, à 14H45, par la directrice des médiathèques et mis à la disposition des lecteurs.
N’est-ce pas la meilleure réponse, très positive, à votre article?

Le Nouvel Observateur est en cours de réabonnement et restera disponible à la médiathèque. Marianne ne sera plus exposé, mais consultable, à partir d’un nouvel abonnement par informatique, dans  8 ou 15 jours. Mes dons s’arrêtent donc là. J’ai expliqué à la directrice de la médiathèque qu’il faudrait modérer son appel aux dons, inadapté à la situation financière privilégiée de la ville.

Les médiathèques nécessitent une politique de gestion transmissible aux Putéoliens, ce qui serait en cours de rédaction, (selon le personnel présent) et la publication d’enquêtes diverses : taux de fréquentation des locaux, par heures et jours, nombre de journaux et livres consultés, titres choisis majoritairement et ouvrages inutilisés, titres souhaités et non acquis. Des réclamations et critiques diverses reposent sur des habitudes ou des idées fixes qui ne résisteraient peut-être pas à des études concrètes, rationnelles. Ainsi, faut-il vraiment acheter tous les quotidiens ? La médiathèque est fermée deux jours par semaine et ouverte l’après-midi, pendant trois jours, pendant les heures de travail. Deux jours de lecture par semaine sont possibles pour les élèves, les étudiants et les travailleurs, le samedi et le dimanche. Lit-on Le Monde ou Le Figaro d’un lundi avec cinq ou six jours de retard ? Les « vieux » ne liraient pas des journaux informatisés. Quels « vieux » et combien ? La mairie propose des cours d’informatique, une assistante est présente au bureau d’emprunt des hebdomadaires…
La gestion des médiathèques doit être pensée avec professionnalisme et dans la transparence, conciliant une liberté maximale de la presse, pertinente, avec une intelligente rigueur budgétaire. Les rumeurs, l’obsession polémique que critique Marianne sur son site, ne servent à rien.
Image : Madame Anastasia, l’Eclipse 299. André Gill (pseudonyme de Louis-Alexandre Gosset de Guines). 19/07/1874. BNF. Le hibou symbolise l’obscurantisme et les ciseaux, bien sûr, la censure.
www.notreputeaux.com   
Annie Keszey.

20 mai 2013

MARIANNE ET "L'OBS" censurés à Puteaux.

ŒIL POUR ŒIL.

Extrait du numéro 839 de Marianne, du 18 au 24 mai 2013. Article de Guy Konopnicki, page 27.

« La bibliothèque municipale de Puteaux (92) renonce, pour des raisons budgétaires, à présenter Marianne et le Nouvel Observateur sur ses rayonnages. C’est par un pur hasard que la maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, a pris cette décision après la publication dans Marianne d’une enquête sur les parrains du 92, fondée sur l’ouvrage de Noël Pons et Jean-Paul Philippe, 92 Connexion. Joëlle Ceccaldi-Raynaud ne s’abaisserait pas à censurer un journal qui a évoqué la procédure fiscale et judiciaire ouverte à son encontre, pour la bagatelle de 4 millions d’euros, sur un compte ouvert à son nom au Luxembourg. Les finances de la ville peuvent difficilement supporter les abonnements. Il y a des priorités sociales, la municipalité dépense 2 millions par an en champagne et petits fours. Une sorte de resto du cœur. »

L’essentiel, donc, est de redonner aux journaux exclus la possibilité de rejoindre rapidement, au moins un rayon de la médiathèque centrale. La démocratie locale ne peut s’affaiblir puisqu’elle doit progresser. Citoyenne ordinaire de Puteaux, j’achète régulièrement Marianne et dès sa lecture terminée, j’en ferai cadeau à la médiathèque avec un retard le plus bref possible. Je lisais peu souvent le Nouvel Observateur, mais vais procéder à la régularisation nécessaire pour le déposer chaque semaine également. En cas d’absence prévue, je remettrai les sommes nécessaires à leur acquisition.

Marianne est un des rares hebdomadaires attachés à la très difficile nécessité démocratique «  de dire la vérité », aux citoyens, en se dégageant des déformations idéologiques de la presse courante manipulatrice. Dans ce numéro 839, l’éditorial de Jacques Julliard sur les  sept plaies du foot est un modèle d’analyse expérimentée, pertinente, complète, qui apaise le lecteur parce qu’il faut, au moins, que ces vérités soient dites, bien dites. La synthèse marque par sa profondeur inversement proportionnelle à sa brièveté : « nous sommes si fiers de notre PSG qu’à l’avenir il n’aura pas le droit de célébrer ses victoires dans la capitale ».
Maurice Szafran, autre journaliste remarquable, respecte toujours le lecteur auquel il expose ses intentions,  ses difficultés, ses convictions et ses doutes. Qui pourrait s’opposer à son désir de contribuer à la construction citoyenne de la République ?
D’autres talents réguliers ou occasionnels tentent de nous éclairer sans occulter la complexité des données et, parfois, nous laissent devant les contradictions inconciliables d’opinions diverses. Les extraits du dernier livre pamphlétaire de Jean François Kahn, au style atypique, dense, positivement exubérant, rencontrent, dans ce même numéro, les critiques de la droite et de la gauche, de patrons, d’essayistes et d’économistes…Publier Christophe Cambadélis, Nicolas Baverez et Alain Minc, par exemple, sur un même support et autour d’une même œuvre politique de Jean-François Kahn, c’est s’opposer à la censure et permettre aux citoyens de surplomber les données afin de les clarifier. La critique totale d’Alain Minc « un ensemble vide » du livre de Jean- François Kahn  en dit plus sur ses propres errances épistolaires que sur la thèse de l’auteur.
Nicolas Bedos écrit une page chaque semaine dans Marianne : le journal mythomane. Sa créativité littéraire qui utilise les trois registres de langue et ses propos, parfois apparemment impitoyables, sont un bonheur. Dans le numéro précédent, 838, Isabelle Adjani et Nicolas Sarkozy sont ses deux personnages dans « le bruit du silence ».
Un extrait : « …Dans la famille des grandes artistes qui ont fait du silence leur outil promotionnel (dont Isabelle Adjani que Bedos adore), j’appelle à présent Nicolas Sarkozy…Nicolas Sarkozy ! A mesure que Hollande s’enferre dans une crise mortifère, l’ omniabsent rival redore son blason pour pas cher. L’avantage de sa retraite bidon ? De même que l’argent des très riches enfle pendant qu’ils bronzent, chaque silence de Sarko se transforme aussitôt en une solution potentielle ! Le bénéfice du doute, dont l’actuel président n’aura jamais profité, l’ancien loser en est plein aux as ! …

Madame Ceccaldi-Raynaud aurait retiré ces publications pour faire des économies ? Impossible !
Vouloir enfin économiser est sage, nécessaire et attendu. Mais, à Puteaux, ville trop riche au sein des déséquilibres nationaux, l’économie de millions d’euros serait plus pertinente et efficace que l’économie de centimes et la maire le sait. Il lui faut combattre les gaspillages consensuels, tels que les factures explosives des constructions de palais surdimensionnés dont ceux de la médiathèque et du futur conservatoire de musique. L'absence objective de maîtrise des coûts extravagants, scandaleux en période de crise, des investissements et fonctionnements de nouvelles structures, pour des raisons confuses, frappe d’absurdité l’hypothèse de la suppression de journaux pour économiser.
Madame Ceccaldi-Raynaud aurait retiré ces publications parce qu’elles ne seraient pas « de droite » ? Impossible !
Madame Ceccaldi-Raynaud répond, en première ligne, du fonctionnement démocratique de sa ville. Le peuple souverain a « le droit de savoir », titre du dernier livre d’Edwy Plenel qui définit, avec professionnalisme, les cinq règles nécessaires aux informations vraies.
La démocratie locale ne résisterait ni à la censure ni au retrait du contradictoire parce que les citoyens putéoliens s’opposeraient aux tentatives dictatoriales, sauf les extrémistes mais heureusement encore très minoritaires. Le maire le sait et ne peut le vouloir.
Madame Ceccaldi-Raynaud aurait supprimé des journaux mettant en cause sa probité ? Impossible !
Puteaux n’est pas une cité fortifiée. Les Putéoliens savent tout ou presque sur la maire et sa famille, sauf toutefois les indispensables décisions de justice éventuelles sur certains des faits annoncés qui les valideraient ou invalideraient. 92 Connexion fut précédé par 9-2, Le clan du Président, d’Hélène Constanty et de Pierre-Yves Lautrou, en 2008 et par Le président des riches de Michel Pinçon et Monique Pinçon- Charlot. Divers journaux de la presse écrite et de la télévision commentent régulièrement l’action du maire. La décision du maire de vouloir protéger son honneur, à tort ou à raison, en supprimant des journaux, ne serait qu’infantile et illusoire : autre hypothèse donc qui ne tient pas puisque la maire en est certainement consciente.
La mondialisation est parfois surprenante et encourageante. Alors que Marianne serait « viré » officiellement de  la mairie de Puteaux, l’hebdomadaire français attire le regard, bien placé chaque semaine dans la vitrine de la librairie sur la place centrale de Soller, toute petite ville sur l’île de Majorque.

Restons-en à l’essentiel : les journaux informent et les citoyens agissent.
« C’est certain, on s’en sortira » écrit Jean-François Kahn.

www.notreputeaux.com
www.atelier-idees.org
www.rupture-et-metamorphose.org
Annie Keszey.

Publié dans Puteaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : puteaux, mme ceccaldi-raynaud, marianne, nouvel observateur, censure | | |  Facebook

19 janvier 2012

François, parler pour dire

Lettre ouverte à François Hollande, candidat à l’élection présidentielle.

 pour la france.jpg

Monsieur Hollande,


Jean d’Ormesson de l’Académie française, Nicolas Domenach et Laurent Neumann, journalistes de l’hebdomadaire « Marianne », Plantu, dessinateur du journal « Le Monde » et les autres…, en termes parfois vifs, critiquent votre absence de programme à 100 jours de l’élection présidentielle.


Jean d’Ormesson écrit: En face (de Nicolas Sarkozy), François Hollande. Il a un immense avantage: il n’a rien fait. Impossible de l’attaquer sur son action : il n’y en a pas. Elle se limite pratiquement à la Corrèze, dont il serait un peu vain de souligner qu’elle est le département le plus endetté de France…Non content d’avoir rien fait, il s’acharne à ne rien dire qui puisse l’engager si peu que ce soit…L’idéal pour Hollande, soucieux de ne faire aucune vague, serait de ne pas exister du tout. Il n’est pas très loin de ce rêve exaltant. C’est pour une absence de candidat qui fera une absence remarquable de président que beaucoup de Français se préparent à voter… (« Le Monde » du 13/01/2012)


En  page 12 du numéro 769 de « Marianne », à la fin de l’article « Etonnez-moi, François» les deux journalistes écrivent : Que François Hollande nous dise donc comment il va s’y prendre pour que les plus riches participent à l’effort national à proportion de leurs moyens ; comment il compte redonner foi en l’avenir de ces jeunes dont le marché du travail ne veut pas; comment il va procéder pour restituer un pouvoir d’achat à ceux qui en ont tant perdu, rendre fierté et autorité aux enseignants, sauver l’hôpital du naufrage, réindustrialiser ce pays qui a oublié ces petites et moyennes entreprises, ses artisans, ses petits producteurs…   


Réveillez-vous François !


Plantu est le plus rude ! François, statufié, est un penseur de Rodin : coude droit appuyé sur la jambe gauche, visage soutenu par la main et dos courbé. Le candidat, joufflu, crâne haut et lunettes rondes est nu, assis sur une « urne- trône » très réaliste et des bulles conduisent de sa tête à sa pensée du moment : Bon ! Heu…Et si je pondais vraiment un programme? La petite souris citoyenne debout et la rose socialiste restent perplexes. (« Le Monde » du 19/01/2012).


Monsieur François Hollande, écoutez votre « coach »: restez ordinaire et posé, vous n’empruntez pas des gestuelles oratoires éloignées de votre sobre personnalité et inutiles quand elles accompagnent des messages politiques d’attente particulièrement légers. Libérez-vous des contradictions de votre environnement proche et répondez aux attentes par un programme précis, stable, exigeant, créatif, passionnant de « Visionnaire concret».

 

Vous n’arrêterez pas  la destruction en cours de l’école publique par d’importants recrutements de professeurs (en supposant qu’ils soient utiles) : c’est plus compliqué. Développez, expliquez !


N’oubliez aucun domaine du rôle de l’Etat, par exemple celui de sa politique étrangère : continuerez-vous l’ingérence humanitaire guerrière à la manière de Messieurs Sarkozy et Henri Lévy en Lybie ou choisirez-vous l’ingérence humanitaire pacifique définie par Rony Brauman?...


Vos conseillers, en urgence, doivent « travailler plus ». Ont-ils lu Pierre Joxe, Philippe Bilger… (délinquance des jeunes, justice) Benjamin Coriat, Dominique Plihon, Henri Sterdyniak, Bernard Maris, Susan George…(économie), Pierre Rosanvallon, Michel Crozier, Michel Serres, Pierre Lascoumes, Edgar Morin…(société),, François Dubet, Philippe Meirieu, Marie Duru-Bellat… (école), André Grimaldi, Didier Tabureau…( santé). [Thomas Piketty (finances) ? Oui, c’est fait !]


Alors que les producteurs d’idées talentueux, en France et ailleurs, sont nombreux, aucun programme présidentiel ne propose encore le projet global espéré d’Union nationale.    

Image: www.forums.france2.fr

 

www.atelier-idees.org

Annie Keszey.