Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 avril 2017

L'obscurantisme dictatorial du logiciel "APB". (Admission post-bac.)

Benoît Hamon ministre éphémère de l’Education nationale, il est actuellement un candidat socialiste à l’élection présidentielle. Najat Vallaud- Belkacem, actuelle ministre de l’Education nationale, soutient la campagne de Benoît Hamon. Tous deux socialistes, ils devraient accorder leurs actes à leurs discours, quand ils militent en particulier pour la transparence ! Or, le logiciel d’orientation après le bac, dont ils sont co-responsables, méprise les parents d’élèves et les élèves tant il est d’une « opacité extrême* ».

En juillet 2016 pourtant, Thomas Piketty*, directeur d’études à l’EHESS, un des conseillers actuels de Benoît  Hamon, dans une chronique pour le journal Le Monde, s’élevait contre le logiciel APB qui organise l’orientation et l’affectation dans l’enseignement supérieur de quelque 700 000 bacheliers chaque année en France. Il souhaitait  que le débat sur le logiciel et la sélection à l’université soit inscrit dans la campagne électorale ! Thomas Piketty a-t-il  été entendu ? Pas encore !

Extraits de la chronique.

« Disons-le clairement : l’attitude du Ministère de l’Education nationale sur ce dossier est proprement scandaleuse. Il maintient une opacité extrême sur les critères utilisés dans le logiciel et ne distille les informations qu’au compte-gouttes, tout en promettant régulièrement une plus grande transparence, jamais réellement appliquée. C’est d’autant plus regrettable que le système APB pourrait permettre de sortir par le haut de cette très ancienne querelle française sur la question de la sélection à l’université.

Rappelons les faits : sur l’accès à l’enseignement supérieur, la France se caractérise par la cohabitation d’un modèle hyper-sélectif (les classes préparatoires aux grandes écoles richement dotées) et d’un secteur universitaire supposé parfaitement égalitaire (chaque bachelier est censé y avoir accès, sans sélection, mais les moyens sont faibles). APB conduit à exposer au grand jour les contradictions du système : les lycéens classent leurs choix dans le logiciel (prépas, universités, IUT etc..), les filières sélectives classent les lycéens, mais les universités ne classent rien du tout. Sauf qu’en pratique il existe de multiples exceptions et rafistolages dans le système, jamais assumés publiquement par le ministère. Lorsqu’il existe un trop plein de candidatures, on pratique allègrement le tirage au sort, alors qu’on pourrait prendre en compte des critères objectifs, comme les notes, la distance à l’établissement, ou bien un objectif clair de mixité sociale, ou encore un mélange assumé de tout cela. On laisse les étudiants s’entasser dans des premières années surchargées, comme en médecine, avant de pratiquer une sélection drastique à la fin de la première année, où le premier critère de réussite est souvent la capacité des parents à payer des cours privés en lieu et place des amphis saturés. En 2013, les députés avaient voté un dispositif visant à réserver des places en filières sélectives aux meilleurs élèves des lycées défavorisés. Mais cette mesure n’a jamais été évaluée, et la façon dont elle a été paramétrée dans APB est totalement obscure.

Cette opacité ne peut plus durer... »

« Thomas Piketty propose alors des modifications d’APB pour promouvoir un modèle européen d’égalité et de justice dans l’éducation défini dans les pages 258 et 259 de son livre « Aux urnes citoyens ! », éditions «  Les liens qui libèrent », publié en octobre 2016. »

Le logiciel APB ne peut être modifié positivement que si l’Education nationale devient efficace en luttant contre l’échec scolaire pour atteindre, dans les résultats, l’égalité des chances.

L’orientation en classes supérieures d’élèves en difficultés scolaires est insensée.

Les programmes pour l’Education des candidats à l’élection présidentielle ne sont pas  à la hauteur de la situation. Ils ne prennent pas suffisamment en compte la nécessaire formation  disciplinaire et interdisciplinaire des professeurs à un  métier complexe, mal théorisé, mal explicité, mal transmis par la plupart des formateurs. Les structures de l’école restent trop figées : nul candidat à la présidentielle n’envisage le travail en équipe des professeurs, à moyens financiers constants ce qui est possible,  pas davantage la possibilité de structurer des classes parallèles en groupes de besoins occasionnels, à partir d’emplois du temps novateurs. Les soutiens scolaires, indispensables à l’intérieur des horaires des disciplines,  tout au long de la scolarité, restent rares, et leurs modalités concrètes indéfinies. Le statut des enseignants, rigide, devrait être assoupli en ajoutant aux heures de cours  des heures de présence dans l’établissement, pour le travail en équipe hebdomadaire ou pour la formation continue rendue obligatoire...Il sera certes difficile de convaincre cet électorat attaché à son actuel statut. Mieux vaudrait s’attaquer aussi à des réformes qualitatives plutôt que quantitatives. Aucun rapport n’assure que la diminution des effectifs des classes, par exemple, soit liée à une amélioration des résultats s’il n’y a pas une transformation des pratiques professorales. Un assouplissement de la mentalité collective impliquerait que chaque professeur se sente co- responsable des notes  qu’il attribue aux élèves et s’engage à lutter contre les mauvaises notes en travaillant à une amélioration  de son efficacité professionnelle. La priorité est accordée pour le primaire et des moyens prévus pour y combattre l’échec scolaire inégal selon les appartenances sociales, mais il faut aussi accroître considérablement l’apprentissage du vocabulaire à l’école maternelle, afin de faciliter l’apprentissage de la lecture, par exemple...Ces mesures et d’autres, oubliées, sont connues des enseignants, des parents d’élèves et des élèves : peut-être n’est-il pas trop tard pour en informer les candidats ? 

Annie Keszey.

04 décembre 2014

UN SERPENT DE MER QUI SE MORD LA QUEUE. LA NOTATION.

LA NOTATION DES ELEVES.  

Les 3 ministres PS successifs de l’Education nationale, Vincent Peillon, l’agrégé, Benoît Hamon, l’étoile filante et Najat Vallaud- Belkacem qu’il faudra évaluer, ont négligé le cœur malade du Système, pour jouer à la périphérie : rythmes scolaires, ABCD de l’égalité, notation sur 20.

La sortie du système éducatif de 120 000 élèves environ, sans diplôme, chaque année, (à part le brevet pour certains), est le premier sujet d’étude,  un autre est l’inégalité des chances scolaires : sujets honteusement occultés !

Les notes sur 20 attribuées aux élèves ne sont majoritairement ni objectives, ni utlles. Elles portent en elles le désordre des programmes officiels, l’insuffisante formation de certains professeurs et l’idéologie, en survie, d’acteurs rétrogrades, faite d’élitisme, de concurrence et de bienveillance … envers  l’inégalité des chances : n’en déplaise à Luc Ferry !

Le sujet de la notation revient dans l’actualité, à partir d’une étude du Conseil supérieur des programmes - le CSP-  mis en place par Vincent Peillon, instance consultative de 3 députés, 3 sénateurs, 2 représentants du Conseil économique, social et environnemental et 10 personnalités qualifiées. Le ministère de l’Education nationale adresse au CSP des lettres de commande

Le CSP a souhaité  répondre à une ancienne et grave question : comment faire pour que l’évaluation scolaire ne soit plus cet instrument de tri au service d’un système élitiste, mais le moyen de faire progresser les élèves sans les casser ?

Le CSP propose la suppression des notes qui ne sont ni neutres, ni objectives, ni bienveillantes avec certains élèves qu’elles stigmatisent, la suppression des moyennes et des coefficients. Un élève ne peut pas racheter sa faiblesse dans une discipline par sa force dans une autre. Un élève fort en mathématiques et faible en sport n’est pas un élève moyen. Aucune compétence ou connaissance n’est plus importante qu’une autre.

Ce refus de compenser, par le CSP, montre des ambitions très élevées. Le socle, ce n’est pas une culture au rabais, c’est la meilleure pour tous.

M Michel Lussault, président du CSP, docteur en géographie urbaine, président de l’institut français de l’éducation, propose bien sûr de réaliser plusieurs évaluations de connaissances et de compétences, au collège, mais pas plus de cinq par an, parce qu’il faut en finir avec la course à l’armement en matière d’évaluation. Moins on en fait, plus elles sont de qualité.

Ces épreuves du bloc de compétences du socle commun et autres épreuves nouvelles prépareraient à un brevet transformé, en fin de 3ème.

D’autres systèmes d’évaluation utilisent des codages spécifiques, les lettres, les couleurs, les dessins, dans la majorité des écoles élémentaires, par exemple ou dans des pays étrangers. Ils ne répondent nullement à la révolution attendue 

Aucune révolution de la notation ne pourra réussir cependant sans une refonte prioritaire des programmes scolaires. Le CSP s’y attelle désormais. La rigueur généralisée des matières, leur adaptation aux évolutions, la clarté de leur rédaction, la  transdisciplinarité, le respect, nouveau, de la curiosité et de la créativité des élèves, la publication des méthodes d’apprentissage sont, en particulier, à considérer.

«  L’enseignement conventionnel avec son apprentissage par cœur, ses concepts artificiellement segmentés et ses programmes uniques visant à une évaluation trop étroite, ne sont clairement pas adaptés…Alors que ce monde de plus en plus interactif a désespérément besoin de cerveaux, de précurseurs, de rassemblement, l’école continue de décourager et d’exclure. .. »* 

Une formation obligatoire à la docimologie  des personnels de l’Education  non encore formés, peut contourner les méfaits de la concurrence et des humiliations liés à la note et atteindre une objectivité, juste. Les professeurs les plus compétents de l’Education nationale savent déjà limiter les effets négatifs de la notation.

Les recherches en docimologie du professeur Laugier en 1930, sur des copies de l’agrégation d’histoire, montrent qu’un même candidat classé avant dernier par un professeur et éliminé, fut classé second par un autre professeur à partir de la même copie !

Des recherches de 1932, 1975 et d’aujourd’hui, confirment la non- fiabilité des notes, la double correction est aussi illusoire, un professeur qui note une même copie déjà corrigée par lui-même plusieurs années auparavant, avec le même barème précis, ne met pas la même note et l’écart est…sidérant !

Le  site www.cahiers-pedagogiques.com développe ces recherches  certes déstabilisatrices mais éclairantes.

Des élèves et des parents affrontent trop souvent des pratiques professorales subjectives et incompétentes qui faussent les notes mais qu’ils n’osent ou ne peuvent dénoncer : 

  • Les contrôles «surprises » sévissent  dans l’impunité. Ils ont peu de chances d’être réussis par les élèves, mais sont notés !

  • Des dictées non préparées avec plusieurs mots nouveaux, inconnus, sont aussi notées. Echec programmé !

  • Des contrôles portent sur des notions non-apprises ou non-comprises en classe, d’autres sur ce que l’élève devrait savoir depuis les années antérieures…

  • Les leçons sont dictées en classe, alors que des livres bien faits existent. Les textes écrits par les élèves ne sont pas corrigés. Les erreurs, par excès de rapidité, sont apprises par cœur, restituées en contrôle et retirent donc des points ! De plus, cette passivité de l’élève lors des discours magistraux est une perte de temps. Parfois, c’est pire, il faut prendre des notes, très vite, en seconde par exemple, pour apprendre à prendre des notes ! La méthode est rarement exposée par le professeur ou se limite à l’apprentissage de mots « abrégés ».

  • Les barèmes de notation ne sont pas donnés aux élèves, alors qu’ils doivent l’être, avant l’épreuve, même en rédaction et la notation sur 20 devient davantage encore un jeu de hasard exacerbé, le monopole du maître.

  • Les contrôles portent sur des contenus aux longueurs immaîtrisables ou à l’abstraction excessive mais doivent se dérouler en des temps limités. Le professeur stresse en égrenant le temps qui passe, comme dans un départ de course.

  • Des consignes imparfaites, mal rédigées, ambigües ou vagues empêchent des réponses justes.  Or, ces professeurs se sentent rarement responsables des notes de leurs élèves.

  • Les élèves doivent préparer parfois plusieurs sujets importants dans des disciplines  différentes, pour un même jour, les professeurs n’harmonisant pas leurs demandes : c’est impossible.

  • Certains devoirs du soir, par leur complexité, sont vecteurs d’inégalité  quand il n’y a pas un professeur de cours particuliers à la maison ou une famille apte à l’aide…

    L’énumération  est incomplète!

    Aucun système d’évaluation nouveau ne sera pertinent dans un tel contexte pédagogiquement faible. (La pédagogie n’est dépréciée que par ceux qui ne la connaissent pas.)

    Salman Khan*, après Harvard et le MIT (Massachusetts Institute of Technology), a fondé la plus grande école du monde, la « Khan Academy » qui compte des millions d’élèves. Il connaît le principe de l’évaluation traditionnelle qu’il n’applique pas…

    « Les évaluations mesurent approximativement la mémoire d’un élève et éventuellement sa compréhension sur quelques notions d’un sujet plus vaste et ce à un moment donné ». Les écoles ont tendance à utiliser les contrôles comme mesure du potentiel ou des capacités des élèves, et ce, non seulement lors d’évaluations nationales mais également à l’occasion d’interrogations spontanées parfois mal conçues….Ce que nous faisons alors-très efficacement- c’est cataloguer les élèves, leur coller une étiquette, les définir et bien souvent limiter leurs perspectives…

    Soyons clairs : je ne suis pas un « anti-évaluations ». Elles peuvent constituer des outils précieux pour identifier des lacunes à combler…Il faut toutefois conserver une bonne dose d’esprit critique lorsqu’on analyse les résultats d’un contrôle, même extrêmement bien conçu. Car ils ne sont finalement que des  créations humaines imparfaites…

    Le plus troublant est que le système de notation s’attache à évincer les gens créatifs qui pensent différemment, ceux qui seraient le plus à même de contribuer de façon positive à un domaine donné…La vérité est qu’en sciences ou en ingénierie les découvertes majeures sont le fruit d’une grande intuition et d’une grande créativité…

    J’éliminerais les notes. Dans un système fondé sur la pédagogie de la maîtrise, elles n’ont pas leur place. Les élèves n’avancent individuellement qu’une fois la notion parfaitement maîtrisée et un zéro faute obtenu aux tests des dix questions d’affilée (ou une version améliorée). Puisque personne n’est poussé en avant, ni laissé en arrière, tant que ce degré de maîtrise n’est pas atteint, la seule note possible, pour tous, est le maximum : 20 (ou A, ou…)

    Salman Khan,  dans L’Education réinventée aux Editions JC Lattès nous propose une école profondément pensée, adaptée à notre présent, grande comme le monde, dont pourraient s’inspirer les réformateurs de l’Education nationale. Quelques titres de chapitres précisent l’ouvrage : La pédagogie de la maîtrise- Evaluer les évaluations- la question des devoirs- L‘avenir des bulletins de notes- Favoriser les plus défavorisés- les diplômes de demain- A quoi ressemblera l’Université-Donner du temps à la créativité… »

    Dans la Khan Academy, la notation n’est plus un serpent de mer. 

    Annie Keszey.

    www.atelier-idees.org

    www.rupture-et-metamorphose.org

    www.notreputeaux.com