Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 octobre 2018

APPRENDRE!

Comment les ministres Luc Chatel, Vincent Paillon, Benoît Hamon, Najat Vallaud- Belkacem, par exemple, ont-ils pu occulter les découvertes des neurosciences?

L’actuel ministre de l’Education nationale, Monsieur Jean-Michel Blanquer, a appelé Stanislas Dehaene, psychologue cognitiviste et neuroscientifique, pour présider le Conseil scientifique de l’Education nationale et c’est une décision opportune: de même, imposer certains dédoublements de classes, des évaluations objectives et envisager la scolarité obligatoire à 3 ans, sont des mesures de progrès.

Au moment où l’Education nationale réfléchit à des propositions nouvelles contre la violence à l’école, il est utile, en particulier, de consulter  Stanislas Dehaene, le déchiffreur du cerveau, qui propose des réformes du système éducatif dans son ouvrage de 380 pages « Apprendre ! Les talents du cerveau, le défi des machines » aux Editions Odile Jacob.

Stanislas Dehaene nous livre enfin un descriptif  savant, précis, complet, justifié du métier de professeur : apprendre et   apprendre à apprendre. L’idée d’un métier spécifique fut longtemps réfutée par de nombreux intellectuels. Bien sûr, les enseignants possèdent, implicitement, un modèle mental de ce qui se passe dans la tête de l’apprenant « quelles sont ses intuitions, correctes ou erronées, quelles sont les étapes par lesquelles il doit passer pour progresser et quels facteurs l’aident à développer ses connaissances... » Mais les connaissances du « savoir invisible », des principes fondamentaux de la plasticité cérébrale et de l’apprentissage, du fonctionnement du cerveau en liaison avec les activités externes et internes multiples pendant le jour et la nuit,  n’ont jamais encore été évoquées, avec autant de rigueur, lors des formations des enseignants, par exemple.

De nombreuses pratiques professorales expérimentales, malgré la méconnaissance totale du fonctionnement du cerveau, s’approchent pourtant, semble-t-il, des conseils essentiels de Stanislas Dehaene.

L’auteur développe aussi les mécanismes scientifiques de l’intelligence artificielle et définit ce qui lui manque par rapport à l’intelligence humaine... Les logiciels de l’intelligence artificielle  ne parviennent pas encore à imiter « la faculté d’apprendre »...

Les neurosciences, dont la connaissance du cerveau et de son fonctionnement, les démarches complexes, successives pour apprendre à apprendre, doivent occuper une place majeure dans la formation  initiale et la formation continue des enseignants.

Les réformes du système éducatif que Stanislas Dehaene propose, dans cet ouvrage, sont d’actualité.

Quelques extraits discontinus.

  • « Le cours magistral, où l’élève reste passif tandis que l’enseignant pérore pendant cinquante minutes a fait son temps. Lorsqu’on compare ce cours magistral traditionnel aux pédagogies qui promeuvent l’enseignement actif, l’effet est manifeste : dans toutes les disciplines, des maths à la psychologie en passant par la biologie ou l’informatique, un étudiant actif réussit mieux... Toutes les solutions sont bonnes à condition de forcer les élèves à renoncer au confort de la passivité...»
  • «Et c’est l’occasion ... de clarifier un point très important : l’idée que l’enfant doit être attentif, actif, engagé, acteur de son propre apprentissage- idée fondamentalement juste- ne doit pas être confondue avec le constructivisme ou les pédagogies de la découverte : une vision généreuse, séduisante, mais dont l’inefficacité a été cent fois démontrée. La distinction est fondamentale mais rarement comprise, en partie du fait que l’on connait également ces dernières sous le nom de « pédagogies actives » ce qui est source de nombreuses confusions... »
  • « Lorsqu’un enfant  est découragé, qu’il soit brillant ou en difficulté, il faut avant tout lui redonner le goût d’apprendre en lui proposant des stimulations adaptées à sa curiosité...   Il est donc possible  de décourager la curiosité en sanctionnant chaque tentative d’exploration par une punition. Imaginez un enfant qui, chaque fois qu’il essaie d’intervenir est tancé, moqué ou puni...  La solution ? Elle est bien connue de la plupart des  Il s’agit de récompenser la curiosité au lieu de la punir... »
  • L’un des travers de la note « est d’être totalement dépourvue de précision. Simple cumul de nos fautes, elle résume, sans les distinguer, différentes sources d’erreurs. Elle n’est donc pas suffisamment informative, car elle ne permet pas, à elle seule, de savoir pourquoi on s’est  trompé ni comment se ..La note sèche, lorsqu’ elle n’est pas accompagnée d’appréciations détaillées et constructives, constitue donc un bien piètre retour sur erreur ...
  • « Les professeurs doivent désormais savoir qu’il faut espacer les apprentissages...C’est donc toute l’organisation des manuels qu’il faut revoir. La plupart d’entre eux sont organisés en chapitres qui font le point sur un  sujet spécifique (ce qui est bien) et qui sont suivis d’exercices qui ne portent que sur cette leçon (ce qui est moins bien). Cette organisation a deux conséquences néfastes : les révisions ne sont pas suffisamment espacées, et le travail est prémâché car l’élève n’apprend pas de lui-même quelles connaissances ou quelles stratégies permettent de répondre à un problème donné. L’expérience montre qu’il vaut mieux mélanger les exercices, sans se cantonner à ce qui vient d’être étudié, de façon à remettre régulièrement en jeu la totalité de ses connaissances... »
  • « Les examens à court terme, qui ne portent que sur les acquis des semaines précédentes, ne suffisent pas à garantir un souvenir à long terme. Mieux vaut un examen cumulatif, qui porte sur l’ensemble du programme depuis le début de l’année... »
  • « La chronobiologie a démontré qu’avec la puberté le cycle du sommeil se décale : les adolescents ne ressentent pas le besoin de se coucher tôt, mais, comme chacun a pu le constater, ils éprouvent les plus grandes difficultés à se lever. Ce n’est pas  de la mauvaise volonté mais la simple conséquence d’une réorganisation des réseaux neuronaux et hormonaux qui contrôlent le cycle veille/sommeil. Malheureusement, personne ne semble en avoir informé les directeurs d’école qui continuent d’exiger que  les élèves fassent acte de présence en tout début de matinée... »
  • « Les organismes de recherche devraient inciter les chercheurs à mener de grands programmes de recherche fondamentale dans tous les domaines des sciences de l’apprentissage, depuis les neurosciences et l’imagerie cérébrale jusqu’à la  neuropsychologie des enfants « dys », la psychologie cognitive et la sociologie de l’éducation... »

                                                                                                                             

Des extraits de ce livre sur les principes fondamentaux de l’apprentissage suivront ultérieurement.

notreputeaux.com         rupture-et-metamorphose.org                atelier-idees.org

Annie Keszey.                 

 

25 octobre 2018

Jean - Michel Blanquer, Gabriel Attal.

25/10/2018.

Annie Keszey, LaREM- Génération-Puteaux,  44 ans d’Education nationale, à Monsieur Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse et à Monsieur Gabriel Attal, secrétaire d’Etat.

Objet : Rappel de quelques mesures contre la violence dans les établissements scolaires publics.

Monsieur le Ministre, Monsieur le Secrétaire d’Etat,

Existe-t-il un rapport de synthèse sur les nombreuses mesures concrètes existantes propres à éradiquer la violence dans les établissements scolaires publics ? Il m’est difficile de partager les témoignages de professeurs sur #pasdevague parce qu’ils ne correspondent que très peu à mon expérience professionnelle. 

Ma carrière de professeure puis de principale ne m’a qu’exceptionnellement exposée à des faits de violence interne. Une expérience difficile, inattendue,  a  cependant marqué mon entrée dans la carrière de principale et m’a convaincue de la nécessité d’une formation permanente. Nommée pour la première fois principale de collège à la cité scolaire Joliot -Curie de Nanterre, je remplaçais, en janvier, la précédente principale entrée en dépression nerveuse. Un imposant graffiti mural, dans les toilettes « indécentes » des élèves portait son nom suivi de « Pute » ! Ma première décision fut de demander la réfection des toilettes, avec de belles couleurs.

 Le premier jour de la rentrée de janvier, j’étais retenue prisonnière devant la machine à café, pendant la récréation, par l’ensemble des professeurs mécontents du passé récent, une chaise était lancée volontairement du 3ème étage, dans la cour, pendant la récréation, deux élèves « se  piquaient » dans les toilettes et, enfin, le gymnase était, volontairement aussi, inondé : un cours était suspendu. Un bon début, donc, de prise de fonction qui oblige à la réflexion et à un travail très intense, en heures de présence et en décisions appliquées. Un mois plus tard, le collège était devenu un paisible lieu de travail jusqu’à la fin de l’année scolaire, fin aussi de mon remplacement en ce lieu.

Quelles mesures ont permis cette transformation ? Elles ne relèvent en aucun cas d’un talent particulier !

Quelques exemples :

Avec le principal adjoint nous sommes allés aux domiciles de deux élèves, qui avaient été exclus par conseils de discipline en fin de premier trimestre, afin de les réintégrer. Ils ont terminé leur « punition » au Centre de Documentation du collège avec des devoirs, toujours corrigés, par la principale : moi-même. Deux de ces devoirs préparaient deux contrôles que ces élèves ont fait en classe ultérieurement après les avoir travaillés « en profondeur » : ils ont obtenu des « bonnes notes », à leur surprise, et ce fut « un changement » important. Ils pouvaient réussir ! Exclure est incompatible avec « l’égalité des chances » encore non atteinte!

Nous avons prévenu les professeurs qu’il n’y aurait plus d’ici la fin de l’année scolaire d’ exclusions du collège, antérieurement trop fréquentes, mais uniquement des inclusions, en heures supplémentaires, le mercredi après-midi  et le samedi, toujours consacrées à l’acquisition de connaissances nouvelles, sous la surveillance et l’engagement pédagogique de la principale. Tous les principaux peuvent le faire. Il a fallu discuter longuement avec les professeurs qui craignaient d’être démunis mais ce ne fut pas le cas. Ces retenues d’élèves, en dehors du temps scolaire, se sont montrées très dissuasives et quelques rares élèves sont venus deux fois! Ils ont cessé, à partir de cette contrainte possible, de perturber.

Le lendemain de la rentrée, nous avons organisé une réunion des délégués des élèves qui n’avaient encore jamais pu s’entretenir avec la hiérarchie du collège. Nous avons écouté et noté leurs doléances afin d’y remédier. Nous les avons informés qu’ils pouvaient nous rencontrer librement, dans nos bureaux respectifs, à chaque fois qu’ils le souhaitaient. Nous avons maintenu ces réunions, une fois par mois.

La partie du bâtiment unique occupée par le lycée était en très bon état, la partie occupée par le collège n’avait pas été entretenue. Les murs étaient désespérément grisâtres. Avec des élèves volontaires de 4ème et de 3ème, en accord avec les familles, nous avons organisé des ateliers de reprise des peintures des murs de couloirs, les mercredis après-midi. Je peignai les parties hautes et les élèves les parties basses pour des raisons de sécurité. Le couloir refait n’a jamais reçu aucun graffiti.  Ces graffitis ont d’ailleurs disparu de l’ensemble des murs sans doute parce que chaque matin, avant la rentrée, on vérifiait leur présence éventuelle pour les effacer et l’on veillait aussi à ce qu’il y ait toujours une belle plante d’accueil à l’entrée des élèves...

A tout moment de la scolarité, la principale devait être « autoritaire » et « juste ». Être juste avec un élève demande une diplomatie particulière, compliquée, quand il s’agit de ne pas donner raison à un professeur, malgré l’évidence.

Avec les professeurs volontaires, pendant quatre mois, nous avons rédigé un nouveau projet d’établissement, accepté par les autorités.

Dans les collèges suivants, d’autres mesures ont contourné la violence. Dans un collège des Yvelines, par exemple, les professeurs  de français et de mathématiques essentiellement, ont accepté de travailler en équipes hebdomadaires, limitatrices du « turnover professoral », ils ont été payés une demi-heure pour une heure de présence sur « l’excédent » de la dotation horaire globale. Cette pratique n’étant pas définie dans les textes officiels j’avais averti le ministre de l’Education nationale par un courrier auquel il n’a pas répondu. Dans l’emploi du temps, plusieurs classes d’un même niveau avaient leurs horaires disciplinaires alignés. Chaque contrôle, préparé en équipe, était le même sur l’ensemble d’un niveau, en français et en mathématiques. Corrigé en équipe, il était toujours suivi d’une heure d’explication des erreurs. Pendant cette heure, les effectifs des classes alignées pouvaient être modifiés afin de faire travailler en groupe réduit les élèves ayant le moins bien réussi. Cette structure et sa stratégie répondent partiellement aux observations que Stanislas Dehaene fait sur l’imperfection des notes dans son remarquable livre « Apprendre! Les talents du cerveau, le défi des machines ». Tous les professeurs du collège avaient suivi une formation collective sur l’évaluation objective de l’élève. Tous les contrôles, y compris de rédaction, annonçaient aux élèves le barème de correction du professeur. Tous les contrôles étaient annoncés à l’avance et il n’y avait pas de contrôles « surprises ».  En 2018, de nombreux professeurs utilisent encore des notations arbitraires, vécues comme injustes par leurs élèves, ce qui ne favorise pas un climat paisible. Antoine, en classe de 3ème dans un collège public, vient de recevoir une rédaction corrigée. La note est de 11/20, sans aucune autre remarque. Quatre incorrections orthographiques ont été soulignées, mais il y en a quinze ! Et puis, comment progresse un élève avec 6/20 ?

D’autres étrangetés professionnelles ne peuvent que renforcer la demande d’une formation exigeante, multidisciplinaire y compris, absolument, les neurosciences et la dynamique des groupes, au métier de professeur.

Un professeur doit avoir de l’autorité et ne saurait en appeler régulièrement à un tiers pour réguler ses classes. Les pratiques de régulation sont nombreuses, l’une est particulièrement efficace mais le professeur doit accepter une certaine mobilité de son emploi du temps et un engagement spécifique : tous ne l’acceptent pas. La rigidité du système est bloquante. Il s’agit, en début de cours, d’observer le début d’un décrochage de l’attention et de la discipline collective qui ne concerne souvent qu’un ou quelques élèves .Le professeur arrête son cours et prévient ces élèves que s’ils continuent à perturber, il sera malheureusement obligé de les séparer de la classe   mais, bien sûr, il leur fera cours à un autre moment puisqu’il souhaite leur réussite: tel jour à telle heure. Le plus souvent, la proposition du professeur dissuade les perturbateurs. S’ils continuent, ils sont exclus du cours avec la solidarité du chef d’établissement qui les accueille et encadre leur travail. Ils assistent ensuite au cours décidé à leur intention. Or, les élèves n’aiment pas se retrouver ainsi, exclus de leur groupe et en dehors de leur emploi du temps. Ils ne reviennent  deux fois que très rarement.

Il ne s’agit là que de quelques exemples des pratiques multiples, nées des expériences du corps enseignant, qui participent  à la guérison d’une école qui serait frappée, nous dit-on, d’une violence illégitime.

Annie Keszey

notreputeaux.com         rupture-et-metamorphose.org                atelier-idees.org

 

Publié dans EDUCATION, France | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j m blanquer, g attal, violences scolaires, exclusion, inclusion | | |  Facebook